La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Arrested Development

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
K3vin
Zombie
Zombie
avatar

Masculin Nombre de messages : 425
Age : 27
Localisation : Derrière toi
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Arrested Development   Mar 15 Avr 2008 - 15:44



Fiche Technique
Saisons : 3 - Episodes : 53
Série créée par Mitchell Hurwitz en 2003
Avec : Jason Bateman, Jessica Walter, David Cross, Will Arnett, Michael Cera...

Synopsis : Veuf avec un fils de 13 ans, Michael est parti s'installer en Arizona pour débuter une nouvelle vie loin de sa riche famille. En apprenant l'arrestation de son père suite à des magouilles financières, Michael est contraint de rentrer auprès des siens. ou pour reprendre la première phrase du générique : "C''est l'histoire d'une famille richissime qui à tout perdu et d'un fils qu n'a pas d'autre choix que de la prendre en main".

Mon Avis :
La série débarque sur Virgin 17 dès ce soir à 23h et je vous la conseille fortement, je l'ai découverte récemment et j'ai dévoré les 3 saisons en deux semaines. L'histoire est génial avec plein de rebondissements et des personnages tous plus déjantés les uns que les autres (mes préférés sont Tobias (David Cross) et Buster (Tony Hale)). Je pense peu-être me procurer les DVDs de cette série qui à été acclamé par la critique mais boudé par le public et qui fut arrêtée bien trop tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mymirrorimage.canalblog.com/
BADAY
Cadavre
Cadavre
avatar

Masculin Nombre de messages : 76
Age : 23
Localisation : Polynesie Française
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrested Development   Dim 10 Mai 2009 - 23:57

Vive Arrested Development ! Je me suis acheté les 3 saisons avec des T-shirt Arrested ( genre Tobias qui dit sa phrase culte : " I'm afraid I just blue myself " ) , mon personnage préféré c'est bien Georges-Oscar Bluth II (Gob) ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Arrested Development   Jeu 22 Déc 2011 - 13:11

C'est fabuleux, je tape "arrested" dans le moteur de recherche du forum, et je découvre qu'il y a déjà un topic existant, où ont posté des membres qui ne sont plus là aujourd'hui. Ca me donne l'impression d'une génération qui est passée, sort of.
Ce sur quoi je veux dire surtout je crois, c'est que le topic a été créé il y a 3 ans déjà, à cette époque Kevin avait déjà vu les trois saisons, je viens seulement de finir la saison 1 de la série, et entretemps il y a eu le temps pour que des membres postent, et partent du forum.
Comme pour How I met your mother, j'ai plusieurs trains de retard, j'arrive bien après la bataille, surtout qu'il n'y a plus eu de saisons depuis le message de Kevin, mais de toute façon je ne suis pas les séries à leur apparition, déjà que j'en regarde peu.


Bref, après m'avoir poussé à voir cette série vraiment pas drôle qu'est Community, Flo a maintes fois insisté pour que je voie Arrested development. A côté, plusieurs personnes m'en ont dit du bien. Je m'y suis donc mis, juste après avoir arrêté Carnivàle, autre série qu'on m'a fortement conseillé et que je n'ai pas aimé.
Bon, sinon on avait vu le début de l'épisode 1 d'Arrested development en cours l'an dernier, et ça m'avait pas convaincu, donc heureusement qu'à côté des gens m'en ont dit beaucoup de bien.
Effectivement, le premier épisode n'est pas tellement encourageant.
Ce qui m'a un peu déplu, c'est déjà le style vraiment particulier de la série. C'est tourné comme si c'était un documentaire, c'est à dire que la caméra est portée et qu'elle tremble, que les cadres sont approximatifs, que les fenêtres sont surexposées à cause de la lumière entrant dans la pièce, et même une fois le point était super mal fait.
Je crois qu'allié à ça, il y a aussi, dans le pilote, un démarrage assez difficile à suivre, puisqu'on passe d'une chose à une autre complètement différente assez vite, en allant d'un personnage à un autre.
Bon et puis c'était pas si drôle que ça, à la limite un peu lourd dans le ou les premiers épisodes (je me souviens de l'audition que Tobias foire, où on voit trop que l'acteur fait exprès de mal jouer, exagérément...). Et je n'ai pas aimé Buster, un attardé mental, comme s'il y avait besoin d'un personnage comme ça pour ajouter de l' "humour".
Le gros point positif jusque là, en tout cas la première chose qui m'a frappé en bien, c'est le casting : Jeffrey Tambor, David Cross, Michael Cera, Jason Bateman.
Plus tard, il y a aussi en guests Clint Howard, Heather Graham, Carl Weathers, et Jane Lynch. Et je viens de découvrir que la voix-off est Ron Howard ; vraiment, il a une voix qui convient parfaitement pour être narrateur.
Je n'avais dû voir que le pilote, ou au maximum 2-3 épisodes, quand j'en ai parlé à un comparse qui adore la série et, comme Kevin qui a ingurgité la série, a vu toute une saison en un week-end, ou un truc comme ça. Je lui ai dit que j'avais trouvé le pilote... sympa. Juste sympa. Il m'a dit que ça avait été son avis aussi quand il l'avait vu, mais qu'après il était devenu accro.

Je ne me souviens plus assez de l'épisode 1 pour être sûr de ce que je dis, mais je pense qu'il est l'esquisse de ce qui fait l'humour de la série plus tard. Dans l'épisode 1, il y a des gags basés sur un jeu avec la temporalité, des retours en arrière rapide par exemple, bien que pour moi ils manquaient de punch.
Mais bientôt, la série devient assez énorme.
Le premier gag que j'ai beaucoup aimé, c'est le quiproquo avec la pièce de théâtre, avec Tobias qui croit que George Michael est gay et s'arrange pour faire que son partenaire sur scène soit un garçon (enfin, c'est bien plus poussé que ce que je résume).
Et il y a des répercussions géniales entre les différents évènement d'un épisode, qui se retrouvent lien. Dans celui de la pièce de théâtre encore, Lindsay cache une robe dans sa chambre pour ne pas qu'on découvre qu'elle a dépensé de l'argent, son mari Tobias retrouve la robe et s'en sert pour la pièce de théâtre, ce qui pousse Lindsay à en racheter une. Plus tard, cette robe est portée durant la pièce de théâtre, et Maeby, la fille de Lindsay, qui est amoureuse de ce garçon, l'embrasse en jouant son rôle, et ne l'apprécie plus parce qu'il... porte l'odeur de sa mère.
C'est vraiment très fort, et il y a des situations qui se recoupent comme ça dans pratiquement tous les épisodes.
Il y en a un où, en tant que gag, est introduite une parodie de Girls gone wild nommée "Girls with low self-esteem", et ça ressert plus tard dans le même épisode pour faire un gag avec la VHS de Tobias nommée "Family with low self-esteem", VHS elle-même introduite rapidement, juste pour un gag.
C'est comme si les scénaristes pensaient à tout.

Parmi les originalités de la série, il y a le fait qu'à la fin de chaque épisode, les scènes annoncées dans "the next Arrested development", ne figurent que rarement dans l'épisode d'après. Ce sont plutôt des sortes de gags annexes à l'épisode qu'on a vu. Du coup ça en devient étonnant quand on voit réellement dans l'épisode suivant ce qui était annoncé.
Bon, des fois ça donne des fausses pistes, comme quand on nous dit que la bonne découvre qu'Annyong va avoir 18 ans, ce qui n'est pas du tout utilisé par la suite en fait... c'est dommage.
J'ai l'impression que les épisodes ne dépendent pas vraiment d'une vue d'ensemble, et que certains problèmes, comme la faillite de l'entreprise dans le pilote, ou le fait que la mère ait bloqué de l'argent jusqu'aux 18 ans d'Annyong, sont un peu, voire dans d'autres cas complètement, oubliés.
Les relations entre les personnages diffèrent aussi selon les épisodes, on ne sait pas vraiment où ils en sont, même si ce n'est pas si important que ça dans les épisodes. Néanmoins, dans un épisode Michael et Lindsay s'entendent bien, puis dans d'autres ils s'envoient quelques piques. Et Lucille est la plupart du temps infect avec ses enfants, mais dans l'épisode 21 elle fait un câlin à son fils et l'aide (même si c'est peut-être pour se retrouver dans le conseil de l'entreprise).
J'avais bien aimé, dans l'épisode 21, le fait que Buster voit en son oncle, le frère-jumeau de son père, quelqu'un qui le supporte comme son père ne l'a jamais fait, alors même que Buster vient de lui dire de partir. Mais ça n'est pas exploité plus que ça, et je ne sais pas si ça le sera dans la seconde saison par exemple...
Enfin comme je l'ai dit, les relations ne sont pas ce sur quoi l'intérêt est porté, donc ce sera peut-être occulté, ce qui est dommage car quelque chose de bien pouvait se présenter, et la série gagnerait sûrement à mieux définir les personnages et les liens entre eux.
Dans l'avant-dernier épisode de la saison, alors même qu'il y a en général une voix-off qui nous apprend tout ce qu'on doit savoir, on apprend à travers les dialogues que plusieurs membres de la famille suivent un certain régime, ce qui m'a donné l'impression d'avoir raté un épisode. Comme quoi les épisodes sont peu liés entre eux, et finalement assez indépendants en dépit des intrigues qui chevauchent plusieurs d'entre eux.

Il y a un moment où l'humour était plus faible, j'ai trouvé que les gags avec l'avocate aveugle étaient un peu débiles et cruels, et celui où Michael et l'avocate couchent plusieurs fois ensemble d'affilée était à la limite du trop, mais en fait ça ne concernait que cet épisode, qui était assez faible en définitive.
Mais sinon Arrested development est une série très drôle, et justement c'est en était habitué à un certain standard que j'ai été surpris par la baisse de qualité de l'épisode avec l'avocate.
Au bout de la première saison, on peut deviner certains trucs, par exemple à chaque fois que des personnages font un plan, on sait que ça ne va pas se passer comme prévu, mais au moins on ne sait pas comment ça va mal tourner. Et quoi qu'il en soit, même avec des procédés parfois similaires, la série reste hilarante, et trouve régulièrement des running gag qui ne durent qu'un épisode, pour se rafraîchir un peu.

Je ne sais pas quand, car là je vais passer à d'autres séries maintenant que j'ai fini une saison d'Arrested development, mais je vais continuer à regarder cette série.
Et apparemment ça devient encore mieux. Woop woop.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Arrested Development   Ven 23 Mar 2012 - 20:11


Je sais plus, je crois qu'on m'a dit à plusieurs reprises de continuer Arrested development, et comme j'avais aimé la saison 1, après avoir fait une pause en regardant d'autres séries, j'ai continué avec la saison 2.
[EDIT : ah ouais, entretemps j’ai quand même vu Profit, la saison 3 de My name is Earl, saison 2 d’X-files, et des épisodes de Blue moutain state. La saison 1 d’Arrested development pour moi c’était en décembre dernier. Le temps passe vite.]
On m'a dit d'enchaîner avec la saison 3, étant donné que la série est pleine d'allusions et d'auto-références que l'on risque de ne pas remarquer sinon, alors je pense que c'est ce que je vais faire.
En me lançant dans la saison 2, j'ai pu remarquer que c'est vrai concernant les références et liens entre les épisodes et les saisons. Et j'avais oublié la plupart des éléments auxquels ce début de saison faisait déjà référence. Je ne me souvenais même pas que George Michael avait une copine (jouée dans cette saison par Mae Whitman, qui retrouve Michael Cera dans le film Scott Pilgrim).
Me souvenais pas non plus de la maison en Irak. Heureusement qu’on a droit à quelques rappels de ce qu’il s’est passé.
En tout cas, on peut reconnaître à la série qu’elle a plutôt bien réussi à se construire son propre univers au fil des épisodes, pour revenir régulièrement sur de petits éléments précis d’épisodes précédents. Dans un des derniers épisodes de la saison, on retrouve par exemple Girls with love self-esteem, la parodie de Girls gone wild apparue dans la saison 1, ou encore le film français fictif "Les cousins dangereux", dont Maeby fait un remake américain où les personnages ne sont plus cousins et dont la durée est réduite à la demande du producteur.

On me vantait les mérites de l’écriture de la série, en me parlant des liens entre les épisodes. Je me suis souvenu d’un foreshadowing qu’on m’avait spoilé, et en fait après un passage sur Wikipedia j’ai pu m’apercevoir qu’il y en a vraiment pleins dans chaque épisode, mais je ne sais pas si j’aurais pu m’en apercevoir de moi-même.
J’ai tout de même pu remarquer que la série était très bien écrite, non pas par rapport à une vue d’ensemble, mais en fonction des épisodes pris au cas par cas.
C’est toujours plein de surprises, et les épisodes sont très bien élaborés, dès la reprise avec l’épisode 1. Les gags autour du Blue man group, Lindsay qui croit qu’un agent immobilier veut sortir avec elle, la perruque qu’un personnage a perdu et que l’on apprend plus tard avoir servi à faire passer George Sr pour Oscar, … tout est excellent, bien écrit et/ou bien ficelé.

Quelques gags énormes qui m’ont marqué :
-Le gag des ciseaux et de la pierre, "everything was covered by the paper", c’est juste dingue d’excellence.
-“He found a loop in the Mexican judicial system”, et on voit George Sr dire à un garde “I have money”.
-Tobias chasse de la maison par Lindsay, et qui revient en jouant les Mrs Doubtfire. C’est complètement idiot, alors que la série paraît d’habitude plus futée, mais en fait ça s’avère être vraiment marrant. Le meilleur c’est dans l’épisode 16 quand Tobias veut sauter d’un escalier, un parapluie à la main, et tout en chantant. C’était tellement priceless, me suis revu ça trois fois d’affilée.
-Franklin, la marionnette black que Gob utilise en voulant faire le ventriloque. Il y a des moments à se plier en deux, avec cette poupée, notamment quand Franklin chante "I have children all over town", dans un studio d’enregistrement avec un mixeur noir.

Dans les gags moins bons :
-Le fait que les photos satellites soient en fait des photos de couilles. Mouais. Pas digne d’Arrested development, ça.
-Uncle Jack, qui est handicapé et est porté par un homme costaud mais benêt nommé Dragon. Le personnage de Jack est source de pleins de gags complètement débiles, comme quand il demande à l’autre de le balancer sur les gens. Il y a même un gag sur les "nuts"…

Mais sinon la série est remplie de bons gags.
Peu de choses me déplaisent, mais il y a un petit truc qui m’a un peu agacé lors de certains épisodes. C’est le fait qu’en début de saison, on croit que les personnages vont changer quand ils admettent qu’ils sont perdus sans Michael, mais ils restent toujours aussi infects avec lui. Ca fait partie de la dynamique de l’humour de la série, mais je suis incommodé pour le personnage à chaque fois que je vois sa famille continuer à le traiter n’importe comment, et lui garder son calme. Il devrait leur refuser des choses plus fermement, ou foutre un bon coup de poing dans la gueule de certains d’entres eux pour une fois, ça ferait du bien, pour moi et sûrement pour lui aussi. Je me souviens qu’il y a un moment où je me suis dit que George Sr méritait ça, et ai été étonné que Michael puisse garder son sang-froid.
Je crois que j’avais déjà reproché à la saison 1 de ne pas être cohérent par rapport aux relations entre les personnages.
C’est pareil ici quand on voit la relation entre Tobias et Lindsay, qui en fin de saison se demandent encore s’ils doivent rester ensemble ou non, si leur couple peut marcher, etc… Depuis le début de la série on sait que leur couple ne fonctionne pas, et pourtant les voilà qui répètent les mêmes questionnements comme si ça ne faisait pas des lustres que c’était le cas.
La série devrait faire évoluer les choses de ce côté-là.
Quand on aborde les problèmes de boisson de la mère, Lucille, en fin de saison, ça apparaît comme soudain car ils font comme si le problème devenait important de par uniquement une scène en début d’épisode où Lucille arrive à un meeting en ayant trop bu, alors qu’il était déjà présent, à petite dose, depuis le départ. Et la désintox de Lucille ne dure qu’un épisode, juste pour servir quelques gags quoi. Donc pas de réelle évolution, dans cette série, du moins pas avant le dernier épisode de la saison où là, on se doit de chambouler des choses.

En vrac :
-Les FX de la maison en Iraq sont mal foutus. Enfin la série se repose plus sur son humour que des trucs comme ça, surtout qu’elle requiert peu de trucages de ce genre.
-J’ai cru qu’il y avait Michael Moore en guest star. En fait, comme le dit Michael Bluth dans un autre épisode, c’était un lookalike.
-Depuis le début de la série, je me disais que Lucille Austero faisait penser à une Liza Minelli en plus âgée. Là, par contre, c’est vraiment Liza Minelli. Je m’en suis rendu compte qu’en milieu de saison 2.
-Ben Stiller, en guest dans le rôle de Tony Wonder, un magicien qui apparaît comme ridicule tout simplement en montrant les coulisses de ce que doivent certainement faire chaque magicien d’apparence trop cool. Du genre attendre trois plombes dans un lieu confiné pour attendre le bon moment afin d’apparaître derrière un écran de fumée. Très bon.
-Il y a au moins 5 références aux Simpsons dans cette saison. Les scénaristes ont dû se mettre à regarder activement la série de Matt Groening et se dire qu’elle est trop bien, parce qu’autant de références d’un coup…

En bref : c’est sans mal que je vais continuer avec la saison 3. Surtout qu’après ça j’aurai fini la série, et qu’il y a moins d’épisodes dans la dernière saison.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Arrested Development   Jeu 29 Mar 2012 - 21:36


Comme prévu, j'ai enchaîné la saison 3 après la 2, ce qu'on m'avait conseillé pour garder en mémoire des éléments importants sur lesquels reviendrait cette série pas mal auto-référentielle et pleines de foreshadowings.

Je vais procéder sous formes de notes.

D'abord, concernant les gags qui m'ont plu :
-Le premier, c'est Tobias qui se passe un coup de peigne sur ses implants et hurle de douleur.
-Tobias continue ses innuendos involontaires, un running gag apparu dans la saison d'avant.
-George Bluth se trompe en arrivant à une réunion de "Startled straigt" autre que celle où il devait aller. Au lieu de raconter ses histoires en prison pour effrayer des ados afin qu'il respecte la loi, il s'adresse à des ados gays, et ne comprend pas qu'ils apprécient ses histoires avec des mecs qui vous coincent, dans le noir.
-Pour s’échapper, George hésite entre prendre un véhicule de l’armée et la popemobile, et opte pour ce dernier, qui est le seul à être bulletproof. C’est le genre de gag qui s’avère être aussi une petite critique de la société que j’apprécie, mais est peu présent dans la série (cf le gag sur le "loophole" concernant le système judiciaire Mexicain, dans la saison 2).
-La fin de l’épisode "Ocean walker" est totalement énorme, et prouve encore une fois l’incroyable capacité des scénaristes à faire rebondir l’intrigue d’un épisode sur divers éléments établis plus tôt dans ce même épisode.
-L’idée des faux mariages et bar-mitzvahs réalisés devant des malades d’Alzheimer, pour les rendre heureux.

Tout cela relève de l’humour traditionnel d’Arrested development. Concernant ce qui change, en bien ou en mal :
-Certains gags deviennent vraiment trop creepy, comme quand Gob veut forcer Michael à avaler de roofies pour lui faire oublier ce que lui et la famille ont fait et qu’il les aime à nouveau, ou quand il veut faire goûter ses larmes à Michael en pressant son visage contre le sien. Ca va trop loin, même si on est dans une comédie.
-Le narrateur fait de plus en plus remarquer sa présence, brisant maintenant régulièrement le 4ème mur ou faisant allusion au fait que l’on regarde une série.
-La saison 3 se montre d’ailleurs particulièrement méta. La série étant en péril, il y a un épisode nommé "Save our Bluths", où ils font référence à des chaînes de TV, et veulent inviter des stars du show business à un gala pour sauver leur société de la disparition.
-Parmi les guests importants de cette saison, on a Charlize Theron, et à un moment l’oncle du personnage qu’elle joue fait allusion à une opération que sa nièce a subi il y a un an. Là, on a droit à une image de Charlize Theron dans son rôle dans le film Monster.
Gag énorme. J’ai éclaté de rire.
-Toujours dans le genre des gags qui font que la série devient self-conscious, il y a un moment dans les premiers épisodes où l’on voit une perche rentrer dans le cadre pendant un bref instant, au moment où un personnage évoque la possibilité qu’ils soient sous écoute.
Marrant comme la série joue, pour une fois, avec les défauts liés à sa mise en scène particulière. Le genre faux-documentaire avec caméra portée, surexpositions, et cadres approximatifs qui font qu’on a droit à quelques faux-raccords bien merdiques en certaines occasions. Et une nuit américaine toute pourrie, tout en bleu.

Les petits défauts qui m’agacent, qui ont disparu ou non :
-Michael rend ENFIN la monnaie de sa pièce à l’un des membres de sa famille d’emmerdeurs ingrats, à savoir son père. On croit au début que Michael se fait encore avoir, ce qui m’a exaspéré, et finalement c’est lui qui piège son paternel, pour une fois.
-Par contre, sa famille se montre toujours plus infecte. Et Michael persiste à rester de marbre, pointant du doigt les saloperies des siens sans jamais avoir l’air révolté, alors qu’il aurait toutes les raisons de l’être.
Si lui ça ne le saoule pas, moi si, à force.

Autres trucs que j’ai apprecié :
-La référence à Mr T dans l’épisode 11, quand Gob dit "I pity the fool" et "jibba-jabba".
-Les guests : Jamie Kennedy, Frankie Muniz sur le tournage de Malcolm in the middle, Bud Cort, Judge Reinhold, Gary Cole, et la sœur de Jason Bateman qui joue la sœur présumée de son personnage de Michael Bluth.


Arrested development est une série décidément drôle et très bien écrite, mais j’ai l’impression d’avoir moins apprécié ces deux dernières saisons, alors même qu’on m’a dit qu’elles étaient meilleures que la première. Je ne sais si de mon point de vue elles sont moins bien, ou si à enchaîner les épisodes j’ai fini par être un peu immunisé contre l’humour de la série. En tout cas, je sais qu’il y a certains éléments qui ont fini par m’user à force, notamment cette dynamique qui veut que Michael se fasse toujours avoir par sa famille toujours aussi horrible, ce qui me saoule étant donné que les choses ne changent jamais et que le personnage du gentil fiston ne rechigne jamais, continuant même à agir pour le bien de sa famille.
J’envisagerai peut-être de baisser ma note sur Senscritique, fixée à 8 jusque là, même si on ne peut nier que cette série est très bien écrite.
Je sais pas néanmoins si j'aurais continué ainsi avec une 4ème saison, si ça restait pareil.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrested Development   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrested Development
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [serie TV] Arrested Development
» Coda, one-window web development
» [NAND/ZIP 2.3.7/NO SENSE]NDT MIUI 2.3.7 DEVELOPMENT V48.0|STABLE V6.0 [13.02.2012]
» [ROM 2.2][04.07.10] MoDaCo Custom ROM R21 for HTC Desire with Online Kitchen [FRF91B]
» [RESOLU] Besoin de précisions Radio + Ril sur DHD Virtuous Unity v2.37

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Télévision :: Séries TV-
Sauter vers: