La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La bible satanique - Anton Szandor LaVey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 24
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: La bible satanique - Anton Szandor LaVey   Ven 17 Mar 2017 - 17:59


Fiche du livre :
Auteur : Anton Szandor LaVey
Année : 1969
Editeur : Avon books
Genre : Art de vie

Mon avis :
Je crois que j'ai entendu parler de la Bible satanique pour la première fois dans un reportage sur des gothiques très clichés, et le principe d'un tel ouvrage avait dû me paraître absurde.
Depuis, une fille que j'ai rencontré m'avait vite fait parlé du satanisme sous un jour favorable et surprenant, mais je ne m'y étais pas plus intéressé jusqu’à ce que je lise la biographie de Marilyn Manson, où il parle de cette religion en des termes qui m’ont fortement intrigué.
Déjà, il écartait les préconceptions comme quoi le satanisme consiste en la vénération de Satan, qui pour lui n’existe pas. Ca consiste à rejeter les principes des autres religions, en particulier celle chrétienne, et d’y substituer un autre système de valeurs qui, du peu qui était évoqué, me semblait faire sens.

Le bouquin de LaVey est sorti en 1969, ce qui est relativement récent par rapport aux siècles d’existence du satanisme, mais l’auteur est le fondateur de la conception moderne de cette religion. L’attention qu’a eu son œuvre est d’ailleurs vraisemblablement responsable de la vague de films sur le satanisme dans les 70’s.
Malgré le nom de "Bible", le livre prend une forme différente du livre saint ; il n’a pas une telle dimension mystique, et ne cherche pas à faire croire en l’incroyable.
Avant tout, l’introduction, présente dans les éditions plus récentes, esquisse une biographie d’Anton Szandor LaVey, qui explique pourquoi il en est venu à fonder sa religion en 1966. Au cours de sa vie hors norme, il a notamment travaillé comme organiste, aussi bien dans une foire avec spectacles de strip-tease et dans une paroisse, et a pu constater que les hommes qui fréquentaient les lieux de débauche étaient les mêmes qu’il retrouvait à l’église, semaine après semaine.
Une hypocrisie qui se manifeste aussi bien chez les fidèles de la religion chrétienne que chez ses représentants, qui décident de ce qui est bien ou mal, et cherchent à faire taire ceux dont la pensée diffère de la leur, tout en proclamant l’amour de son prochain.
Et l’Eglise de Satan a été fondée parce que LaVey y voyait le meilleur moyen de véhiculer sa philosophie.

L’ouvrage propose énormément de remarques pertinentes, et fait valoir des principes et règles de conduite qui m’apparaissent relever du bon sens, et même être beaucoup plus sains que ceux des religions traditionnelles.
Ca démystifie la vision que l’on a habituellement du satanisme, et c’est quelque chose qui me paraît logique.
Le satanisme laveyen ne proclame pas la haine, mais l’amour uniquement à ceux qui le méritent ; ce qui d’ailleurs permet de démontrer un amour plus sincère que les personnes qui prétendent aimer tout le monde, même ceux qui ne le leur rendent pas.
LaVey fait, certes, valoir la loi du plus fort, du plus intellectuel, mais considère que l’homme, et non une entité supérieure, est seul responsable de ses actes et de ses progrès. Et ça me parle, c’est la suite logique de mes lectures de développement personnel dernièrement ; je dirais même que La Bible satanique en fait partie, en raison de ses conseils pour mener une vie libre et saine.
Le paradis et l’enfer sont terrestres ; pourquoi réprimer ses désirs, tant qu’on ne fait pas de mal à autrui ?
Bon après, il y a beaucoup de remarques très justes mais qui prêchent à un converti, si j’ose dire, car elles correspondent à des réflexions que je me suis déjà faites, par exemple sur l’absurdité de la confession et de l’absolution, ou le fait de tendre l’autre joue.

Plus je lisais ce livre, plus ça me convainquait que les religions classiques sont faites pour des esprits faibles, qui ont besoin de se libérer d’un poids par la confession de leurs "pêchés", et ne peuvent pas gérer leurs problèmes ou mener correctement leur vie par eux-mêmes.
Je pensais à une époque que la religion avait au moins l’avantage d’aider certaines personnes à respecter des règles de conduite, mais je me demande maintenant si le monde ne serait pas mieux sans, et s’il n’y avait pas eu tous ces tabous depuis des millénaires, qui maintiennent les gens dans la frustration sous prétexte de leur donner accès à une élévation spirituelle. La plupart se sentiraient probablement mieux s’ils cédaient plus régulièrement, mais avec mesure, à la colère,  le désir sexuel, etc.

Bien que LaVey présente sa bible non pas comme un outil d’endoctrinement mais un miroir dans lequel se reconnaîtront ceux qui vivent déjà par ces principes, on dirait quand même par moments qu’il cherche à convaincre le parti opposé (enfin, j’imagine mal quelqu’un de religieux lire la "bible satanique"), ou plutôt à donner à ses adeptes les moyens de débattre avec les autres croyants.
Et il faut avouer que l’auteur a un fort pouvoir de persuasion, par ses longues démonstrations sur l’obsolescence de la religion.
Toutefois, il y a quelques fois des idées farfelues (page 113 il parle d’un type qui charme une fille nostalgique de son village de pêcheurs, en mettant un maquereau dans sa poche… wtf ?), et surtout je n’adhère pas du tout à l’usage de rituels, détaillés dans la seconde partie du bouquin.

J’ai été plutôt déçu que LaVey croie en l’usage de la magie et de sorts. Il prévient quand même que ça ne peut pas faire des miracles, et du coup on dirait que ces rituels sont juste des placebos qui vont pousser les gens à atteindre leurs objectifs par eux-mêmes… ce qui rejoint l’idée du "aide-toi, le ciel t’aidera". A moins que ce soit juste un moyen de se protéger d’accusations de charlatanisme.
Et puis, en dépit de tout ce qui a été dit précédemment, l’usage de rituels fait que le satanisme rejoint la facticité des pratiques des autres religions. LaVey parle des rituels avec une précision impressionnante, alors que je me demande s’il n’a pas tout inventé lui-même.
Ensuite, une grosse portion de l’ouvrage énonce les "clés énochiennes", des sortes d’invocations, qui sont totalement incompréhensibles.

A moins que vous ne croyiez aux sorts, la lecture de la Bible satanique vaut uniquement pour la philosophie de LaVey détaillée dans la première partie. Les principes sont apparemment repris des écrits de Nietzsche et Ayn Rand, ce dont je n’ai pu me rendre compte n’ayant lu aucun des deux (oui, je sais…), mais reformulés sous la forme de préceptes.
Je ne me vois pas devenir sataniste, mais ce livre est une bonne source d’inspiration.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
La bible satanique - Anton Szandor LaVey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bible Pro 5 et Lightroom
» LA STEPPE de Anton Tchekhov
» Rock'An Music Festival - Lavey
» Une Bible et un Fusil - Rooster Cogburn - 1975
» Anton Deja de la flandres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Discussions :: Livres-
Sauter vers: