La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les anges déchus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 24
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Les anges déchus   Mar 6 Déc 2016 - 23:51


Fiche du film :
Réalisateur et scénariste : Wong Kar-Wai
Année : 1995
Genre : Drame
Acteurs principaux : Leon Lai, Michelle Reis, Takeshi Kaneshiro

Mon avis :
Je n’avais vu que deux films de Wong Kar-Wai jusque là : 2046, que j’ai vu étant ado et dont je ne garde qu’un vague souvenir, et My blueberry nights… dont je ne me souviens absolument pas. J’ai vu hier que je l’avais noté sur SensCritique, et j’ai cru que c’était une erreur ; je ne sais même plus si je l’ai vu en entier, mais sûrement que non.
Je doutais que les films de ce réalisateur soient ma tasse de thé, mais je voulais en voir au moins un autre, parmi les plus appréciés, avant de décider de leur tourner définitivement le dos ou non. Et j’ai opté pour Les anges déchus.

Parmi les personnages principaux, un tueur à gages et sa complice, qui se charge de nettoyer son logement et de faire des repérages sur les lieux qui seront pris d’assaut. Ils ne se croisent jamais, et vivent toujours en décalage l’un par rapport à l’autre. Mais la jeune femme cherche à connaître son partenaire, à partir des ordures qu’il laisse derrière lui, et à se sentir proche de lui en fréquentant les mêmes lieux.
Cette distance et cette proximité illusoire sont très bien illustrées par l’idée d’un montage alterné, montrant les deux personnages parcourant le même lieu, mais à des moments différents.
L’idée de cette romance impossible et très atypique me plaisait, mais son application dans le film, beaucoup moins.
Le duo livre de jolies réflexions en voix-off, j’ai adoré comme ils exposent leur vision du monde en vivant en marge… par contre, quand on voit les personnages en situations, ils sont creux et ne dégagent pas grand chose. Ca m’agace quand un cinéaste retire le naturel, voire même l’humanité, d’un personnage pour appuyer ses intentions ; ici le tueur est froid et distant, sans émotions, du coup quand il croise un ancien camarade d’école, il ne dit absolument rien, il se fait comprendre uniquement par des gestes, et tourne carrément le dos à son interlocuteur… que ça n’empêche pas de continuer à déblatérer.

On trouve aussi déjà dans cette séquence la première incursion vers la comédie dans Les anges déchus, qui multiplie ensuite les tentatives d’humour assez gênantes, avec un autre personnage : un type muet (depuis qu’il a mangé des fruits pas frais… ???) qui se convainc qu’il "travaille" quand il lave de force les cheveux des gens, ou leur arrache les vêtements soi-disant pour les laver. J’ai pas compris pourquoi personne ne lui pète la gueule.
Le ton est tellement différent entre les deux intrigues qu’on croirait voir deux films d’un genre distinct, réunis en un. Car les évènements avec le muet virent à la pure fantaisie par la suite.
Mais dans les deux histoires, aucun des personnages ne présente un comportement normal, entre ceux qui intériorisent de trop, et ceux à qui il manque une case, comme s’ils étaient tout le temps sous l’effet de la drogue ou de l’alcool.

J’ai tout de même été impressionné par la forme, surtout au vu de la quantité de plans différents pour découper chaque action, en particulier au début du film.
Le but est de secouer le spectateur : caméra portée, plans débullés, très courte focale, jeu sur différentes profondeur de champ, … le résultat est surprenant. Les effets sont très marqués, il y a un côté amateur dans la brusquerie de la réalisation, mais étonnamment ça marche plutôt bien. Pour une fois, ces effets de mise en scène ne sont pas des gimmicks qui servent à donner un aspect "décalé" à une comédie ; le montage a beau être très découpé parfois, le rythme généré par l’action et la musique est plutôt lent. Du coup, les effets visuels donnent le sentiment d’être déboussolé, comme ces personnages, qui ne vivent que la nuit.
L’ambiance nocturne, les éclairages au néon jaunes, rouges ou verdâtres, produisent des plans très esthétiques, tout en teintant le film d’une mélancolie par laquelle je me suis laissé porté, pendant un temps.
Mais j’ai fini par trouver les scènes trop longues ; Wong Kar-Wai laisse certaines performances durer, comme si montrer longuement une femme pleurer, bouleversée, suffisait à empoigner le spectateur… moi ça m’ennuie à force. Ne m’étant pas attaché aux protagonistes, ce type de scène me fait constater le désespoir de l’un d’eux, mais ça ne me permet pas de partager ce sentiment.

Si certains plans font preuve d’un excellent sens du cadre (ce panoramique dans le bar, qui passe d’un reflet à un personnage, tout en effaçant la présence de la barmaid qui se situe au milieu), c’est volontairement le bordel dans les scènes de fusillade, probablement pour camoufler leur incongruité. A chaque fois, le tueur est seul, à découvert, et bute une dizaine de types, en agitant les bras un peu n’importe comment, avec pour principale préoccupation de garder une allure cool.
Et il y a un effet visuel qui m’a pris la tête à force, ce fameux ralenti saccadé déjà utilisé dans Chungking express… c’est désagréable à voir sur la longueur, or ici ça s’applique à des plans de plusieurs minutes.

Et alors que j’avais adhéré à certaines idées, certaines répliques au début, je me suis mis à décrocher lorsque le scénario devient trop dépouillé, s’appuyant trop sur la contemplation.
Les anges déchus n’a pas grand chose à raconter, mais s’éternise quand même.
J’ai apprécié le film un peu plus que je ne l’aurais pensé… mais je vais lâcher l’affaire avec Wong Kar-Wai malgré tout. Ce n’est pas mauvais, mais ça n’est pas pour moi.

Bande-annonce :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Les anges déchus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Anges Déchus par Mike Lee (2,5/5)
» Hush, Hush, la saga des anges déchus
» La cité des ténèbres • T4 Les anges déchus • Cassandra Clare
» Le Retour des anges / Les Anges déchus
» Fitzpatrick - Les anges déchus, t1: Hush hush

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films divers-
Sauter vers: