La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Swiss army man

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Swiss army man   Lun 7 Nov 2016 - 0:08


Fiche du film :
Réalisateurs et scénaristes : Dan Kwan, Daniel Scheinert
Année : 2016
Genre : Comédie dramatique / Fantastique
Acteurs principaux : Paul Dano, Daniel Radcliffe, Mary Elizabeth Winstead

Mon avis :
Swiss army man, voilà un film qui fait un peu parler de lui en ce moment, en raison de son pitch insolite.
Si j’ai été intrigué, comme tout le monde, j’ai quand même tendance à me méfier de ce type de film, censé être "décalé" et "original", quand c’est encore tout chaud et que l’excitation des débuts n’est pas encore retombée.
Dès qu’un truc sort un peu de la norme, c’est over-hypé. Je sais jamais si je vais tomber sur une œuvre effectivement fun ou si ça va être un pétard mouillé, un film qui va me faire penser que j’aurais dû attendre des retours plus variés, et me faire dire "mais pourquoi j’ai regardé ça ?".
Après beaucoup d’hésitations, cette fois j’ai cédé.

Hank, jeune homme seul sur une île déserte, est sur le point de se suicider, quand au dernier moment il aperçoit sur le rivage un cadavre, d’à peu près le même âge. Il le recueille, pensant qu’il est encore vivant, mais non : cet autre naufragé, qu’Hank nomme Manny, n’émet plus aucun son si ce n’est ceux qui s’échappent encore de son sphincter.
Dans sa folie, Hank croit toutefois que son compagnon se met à lui parler.
J’ignore pourquoi, mais il s’imagine Manny comme ne connaissant rien de l’existence, comme s’il renaissait. Il doit alors lui expliquer tout un tas de banalités sur les humains, rien de bien excitant…
On a le rapport classique entre l’individu ordinaire et le candide, qui découvre tout de la vie et fait des remarques déplacées sans le vouloir (cf Rencontre avec Joe Black, L’homme bicentenaire, Forrest Gump, …)
Sauf qu’ici, il n’y a rien de pertinent, d’intelligent, dans le regard particulier que porte Manny sur ce qui est, pour nous, commun.
Quelques remarques font sourire, mais pratiquement tout tourne autour de ce qui est scabreux.

Bon, en général je n’aime pas les "fart jokes", ou alors il faut qu’on me propose autre chose qu’une simple série de pets, un procédé soi-disant comique bien trop facile et vulgaire. C’est tout un art en fait ; il me faut un minimum d’originalité de par le contexte, il faut une certaine tournure…
Quand j’ai vu que le sujet des pets revenait souvent dans les avis sur Swiss army man, j’étais inquiet. Et bah… on a un cadavre qui pète perpétuellement tant qu’on ne lui met pas un bouchon : il pète quand on appuie sur son ventre, il pète quand on le fait rouler, il pète quand on le porte, …
Les réalisateurs se sont amusés avec tout ce qu’ils pouvaient éjecter de ce cadavre, et le seul outil pour rendre ça supposément délirant, c’est l’exagération, l’abondance.
Quand Manny crache de l’eau, c’est une véritable fontaine. Quand il pète, il se propulse en avant. Et quand il bande, sa bite bouge dans tous les sens.
Et puis de temps en temps, les héros tombent sur du caca.
Mais quel manque d’imagination navrant…
C’est juste bête et random, "Manny, your penis is leading us home", bah oui bien sûr… et ça sort de nulle part.
Ce qui m'a gêné encore plus c’est l'apparente gratuité de ces délires, la cohérence étant sacrifiée au profit de la rigolade décérébrée... du moins c'est ce que j'ai pensé, jusqu'à ce qu'arrive la fin. Mais ça fait une longue attente pour trouver une justification à tous ces éléments qui, tout du long, semblaient dépourvus de logique.

Il y a tout de même des moments sympas, la séquence du bus m’a amusé, et m’a également plu car elle donne une profondeur nouvelle au film, puisqu’on y voit vraiment qu’Hank projette en Manny ce qu’il voudrait être, sans y parvenir. Il l’incite à aller parler à une fille imaginaire, alors que lui même n’en est pas capable.
C’est à partir de là que j’ai souhaité voir le héros regagner la civilisation, pour avoir une seconde chance.
Malheureusement, hormis cette séquence de laquelle se dégage de la sincérité, à chaque fois que Swiss army man a l’occasion d’être plus qu’une farce avec un penchant pour les pets, on dirait que les réalisateurs ont eu peur de se prendre trop au sérieux.
La tirade de Manny sur l’humanité est rendue caduque par la vulgarité gratuite du vocabulaire, qui ajoute une dose de dérision malvenue et rend le discours, littéralement, "full of shit".
Et l’émotion de la conclusion, que je trouvais superbement tragique, est désamorcée par une nouvelle série de pets. Encore !

Mais pourquoi j’ai regardé ça ?

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Swiss army man
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Autres déviances et bizarreries-
Sauter vers: