La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 The shield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: The shield   Jeu 29 Sep 2016 - 17:35


Fiche de la série :
Créateur : Shawn Ryan
Année de création : 2002
Genre : Policier
Acteurs principaux : Michael Chiklis, Catherine Dent, Walton Goggins, Jay Karnes

Mon avis :
J’ai du mal à me lancer dans de nouvelles séries, mais je me suis forcé à démarrer The shield, étant donné que ça fait des années que je vois comme elle est encensée. Jeter un coup d’œil aux critiques sur SensCritique m’a encouragé, vu le nombre de 10.
Et si j’avais su que le créateur de The shield, Shawn Ryan, avait écrit des épisodes de Terriers, j’aurais peut-être regardé plus tôt encore.

La série suit le quotidien d’un commissariat à Los Angeles, où réside notamment une brigade anti-gangs, la Strike Team, agissant directement dans la rue auprès des criminels.
Les affaires et les situations sont originales, tantôt cocasses (le joueur de basket séquestré), tantôt glaugues et plombantes, représentant une sombre réalité.
Les profils des personnages sont tout aussi intéressants : la nouvelle recrue gay refoulé, le capitaine qui veut entrer en politique, le flic méthodique mais isolé, souvent vanné par les membres de la Strike Team, dans un rapport de nerd/bully.
Il n’y a pas vraiment de personnage principal dans cette saison 1, même si un sort du lot : Vic Mackey, brute qui dirige la brigade anti-gangs, accompagné de ses potes tout aussi beaufs, qui partagent bières et blagues vaseuses autour de parties de cartes.
Il semble coller à la figure très classique du flic qui obtient des résultats mais avec des méthodes irrégulières…si ce n’est que d’habitude dans la fiction, la justice expéditive est représentée comme justifiée.
Dans The shield, malgré des touches comiques dans les magouilles des personnages, le traitement de leurs méfaits se montre plus terre-à-terre, et soulève un dilemme pour le spectateur. On se questionne sur la légitimité des méthodes de Mackey et ses hommes, et on ne sait trop comment on doit se positionner.
Dès la fin des l’épisode 1, Mackey franchit la limite de ce qui est moralement acceptable, et on se retrouve avec un des principaux personnages dont on condamne les actions, et qu’on aimerait voir plonger.
Au sein du même poste de police, le capitaine Aceveda aimerait voir Mackey plonger justement, mais de sorte à servir ses propres intérêts ; ces mêmes intérêts qui font qu’il a les mains liées.
La série suscite alors des sentiments très contradictoires, Mackey est un sale type mais agit tout de même au nom de la loi, et les intrigues avec sa famille l’humanisent malgré tout ; Aceveda n’est pas tout propre, mais il reste le personnage le plus "juste".
Il n’y a aucun personnage dont on prend vraiment le parti, et quand on se rallie à l’un d’eux, c’est face à un antagoniste pire que lui.
The shield, dans cette saison 1 du moins, n’est pas une série où l’intérêt passe par un attachement aux protagonistes ; ce qui est prenant c’est l’intrigue et la lutte de chacun pour ses intérêts.

Les dialogues sont (af)futés, bien sentis, ils s’enchaînent avec fluidité tout en allant droit au but, mais sans oublier quelques touches d’esprit ("Good cop and bad cop left for the day. I’m a different kind of cop")
J’adore l’exploration psychologique des témoins et suspects par les policiers, la façon dont ils les percent à jour ou leur tendent un piège par une réplique bien placée.
Les dialogues s’enchaînent à grande vitesse, et la mise en scène s’efforce de tenir le rythme. J’ai trouvé la réalisation du pilote insupportable au bout de quelques instants : très cut, une multitude inutile d’angles de vue, une caméra portée qui ne cesse de trembler, et des accélérés.
Heureusement, ça se calme par la suite.

The shield est une série assez prenante, et encore j’ai lu que la saison 1 est la moins bonne. Je vais enchaîner directement sur la seconde.

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: The shield   Mer 5 Oct 2016 - 16:57


Dans la saison 2, la Strike team se met à dos un baron de la drogue en début de saison, mais trouvent également un nouvel antagoniste sous la forme d'une contrôleuse civile, qui vient enquêter sur le commissariat et les évènements récents qui l'ont secoué à la fin de la saison 1.
On retrouve le même rapport qu'il y avait entre Mackey et Aceveda : ce dernier veut virer l'autre, mais craint que sa carrière politique soit compromise par ce que la contrôleuse civile pourrait trouver sur lui aussi. Les deux hommes collaborent donc contre cette menace commune.
Mais il y a également une autre flic, Wyms, qui commence à se mêler de leurs affaires.
Les problèmes s’accumulent donc pour Mackey, qui endosse de plus en plus le rôle de (anti)héros. Sa femme s’échappe avec ses enfants et ne veut plus le voir, ses deals tombent à l’eau, …
Le personnage se retrouve plus fréquemment dans des situations où il est pas loin de se faire coincer, et on ne peut s’empêcher de ressentir de la tension, et se demander comment il va s’en sortir (et c’est assez marrant, la façon dont il échappe au piège tendu par un mouchard)
…même si au fond, ce type reste un immense salaud. Le traitement humain du personnage découle surtout du fait qu’il ne se rende pas compte lui-même du mal qu’il fait, il se convainc qu’il agit avec justesse.

C’était déjà le cas dans la saison 1 : j’avais trouvé des scènes un peu abusives, comme quand Shane sautait une strip-teaseuse dans la salle d’interrogatoire, j’avais trouvé ça poussif.
Il y a plus de ces situations que je trouve trop grosses dans la saison 2 : la Strike team qui passe la frontière avec un type dans le coffre, qu’un douanier va checker et change d’avis au dernier moment ; Vic qui shoote un cadavre au visage pour le faire passer pour quelqu’un d’autre ; le FBI qui compromet une descente en gueulant sur les flics, …
Et pourtant, en prenant les épisodes dans leur ensemble, ça ne me gêne pas plus que ça, car les intrigues sont toujours prenantes, et les enquêtes restent intéressantes et assez originales.
L’écriture est intelligente, il y a des situations délicates et qui présentent des dilemmes, qui rendent bien compte du tiraillement que les flics doivent rencontrer régulièrement. On doute, comme eux, que ce qu’ils ont fait est juste.
Et même pour la Strike team, un épisode-flashback montre une situation qui oblige l’équipe à outrepasser la loi pour la première fois, et on peut s’imaginer qu’ils n’ont fait que prendre de plus en plus de libertés depuis.

Le développement de certains personnages est intéressant aussi ; le flic gay s’enfonce plus profondément dans le déni, et je commence à beaucoup aimer Dutch. Il est limite socialement inapte, ce qui donne des situations amusantes, et c’est sûrement pour ça qu’il est aussi impliqué dans son travail et qu’il retient autant d’infos sur les profils psychologiques.
Il a une certaine aversion pour lui-même, et gagne en cynisme face aux horreurs qu’il voit quotidiennement. Mais sans jamais se compromettre ; il reste fidèle à ses valeurs et évite de devenir comme Vic.

Bon par contre, je n’aime toujours pas la mise en scène. Honnêtement, l’image est moche : c’est souvent surexposé, les scènes de nuit sont pleines de grain ; c’est sûrement voulu pour avoir une esthétique de reportage mais je n’aime pas. La caméra est beaucoup trop mouvante, elle tremble, zoome et dézoome, prend des angles étranges, … le seul avantage c’est qu’il y a souvent de longs plans, qui passent d’une situation et d’un personnage à d’autres d’un seul mouvement.

C’est quand même accrocheur, cette série. Je me demande si je ne vais pas enchaîner sur la saison 3, surtout qu’il y a des évènements et des intrigues dont je veux connaître la suite.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: The shield   Jeu 13 Oct 2016 - 17:12


Ça doit être la première fois que j'enchaîne comme ça trois saisons d'une série. Jusque là, je n'ai pas vu en The shield la série de génie que tout le monde y voit, mais c'est quand même très accrocheur.

A la fin de la saison 2, la Strike Team volait une somme énorme à la mafia Arménienne, et maintenant ils sont menacés de toutes parts, la mafia voulant trouver les coupables et le FBI enquêtant de son côté.
Plusieurs pistes mènent aux personnages, du coup je pensais que cette intrigue serait centrale, qu'il y aurait tout du long des situations délicates pour lesquelles on se demande comment les héros vont s'en sortir... mais c'est assez régulièrement mis de côté pour des affaires épisodiques ; la routine, quoi.
Je n'ai à aucun moment ressenti une réelle tension pour le sort des personnages, même quand les choses dérapent un peu.

Claudette Wyms, qui entretient une relation tendue avec la Strike Team, devient leur supérieur et les associe à une autre équipe d’infiltration, ce qui rajoute de la compétition et leur retire de la liberté d’action pendant un temps.
La Strike Team, et Vic surtout, s’écarte un peu plus du travail de flic pour servir leurs intérêts, en oubliant par exemple la découverte d’une quantité énorme de drogue, si le dealer peut les mener à celui qui a volé leur fric.
Une scène de l’épisode 3 associe Vic à un mac, en le montrant malmener sévèrement une prostituée qui lui sert d’indic, et là c’est vraiment abusif, soudain le personnage va tellement plus loin que jusqu’alors. C’est forcé et lourd, même si on peut comprendre que le héros soit emporté par ses émotions, à cause de ce qui est arrivé à Connie.
J’ai quand même l’impression qu’il y a un tout petit peu plus de situations légères et comiques, qui sont bienvenues. Mais d’autres moments sont vraiment horribles.

Le scénario et les enquêtes sont toujours très bien ficelées, les personnages ayant des plans et des démarches très futées, auxquels on ne s’attend pas.
Ce que je trouve dommage, c’est qu’on a des aperçus de la vie privée de certains protagonistes, mais on ne nous tient pas au courant de l’avancée de certaines situations. La copine de Lem dans la saison 2, ou celle de Dutch… on ne les revoit pas, on ignore s’ils sont encore ensemble.
Les personnages de Ronnie et Lem, ils font partie de la Strike Team depuis le début et on en est à la saison 3, mais on en sait toujours très peu sur eux, on ne peut même pas leur attribuer une certaine personnalité.
Le personnage pour qui j’ai ressenti le plus d’empathie et que j’ai même trouvé poignant, c’est le violeur qui veut qu’on le "répare".
Le profil du tueur gérontophile est aussi très intéressant, surtout qu’il remet en question la méthode de Dutch, qui repose entièrement sur ce qu’il a dû lire, et les profils-types de criminels.

La mise en scène est toujours bordélique, et le montage déconne sévèrement parfois, avec des erreurs connes : déjà dans la saison 1, il y avait un plan où Vic est en amorce et parle sans qu’on l’entende, et là dans l’épisode 2 de cette saison c’est l’inverse, on a carrément un plan de face de Dutch qui a la bouche close mais qu’on entend débuter une phrase.

Bon sinon j’ai appris l’existence des "narcocorridos", des chansons Mexicaines qui relatent des crimes réels, et dans la série, ça aide à boucler des affaires. Je pensais que c’était exagéré, que ces chansons ne pouvaient pas parler de crimes non élucidés… mais j’ai vu ensuite le trailer d’un documentaire qui a l’air vraiment intéressant, "Narco cultura"… et il y a vraiment des gangsters qui commandent des chansons sur leurs crimes.

Après 3 saisons, je suis maintenant un peu lassé de The shield ; je vais laisser ça de côté pour le moment, et je reprendrai plus tard.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: The shield   Mer 9 Nov 2016 - 19:18


Après avoir enchaîné 3 saisons de The shield, j’avais besoin de faire une pause… mais je n’ai pas regardé d’autres série entretemps en fait, à part It’s always sunny in Philadelphia dont j’ai revu la saison 3.
Je n’avais pas envie d’attendre que j’oublie les évènements de la saison 3 de The shield avant de reprendre, donc je m’y suis déjà remis (et je viens de voir qu’il m’a fallu moins d’un mois !)

La première chose que je voulais savoir, c’était ce qui est arrivé à la Strike team. Les quatre membres s’entredéchiraient dans le dernier épisode, et on l’info tarde, sûrement volontairement, à arriver.
La brigade est en fait dissolue (Aceveda avait annoncé qu’il était prévu qu’elle disparaisse, de toute façon), et il ne reste plus que Mackey et Ronnie à Farmington. On n’en profite d’ailleurs même pas pour développer le second personnage, qui reste toujours en retrait, c’est dommage.
Il y a beaucoup d’autres changements dans les effectifs. On voit quelques nouveaux flics. Dutch et Claudette sont mis à l’écart par le procureur, après que Claudette ait fait réexaminer d’anciennes affaires, qui n’avaient pas été correctement jugées (Dutch fait par la suite un deal avec l’assistante du procureur, qui y voit un moyen de servir ses propres intérêts).
Et surtout, il y a l’arrivée d’un nouveau capitaine, pour remplacer Aceveda. Ce n’est nulle autre que Glenn Close, qui vient incarner Monica Rawling. C’est intéressant de voir le rapport différent qu’elle a avec Mackey, à qui elle donne une nouvelle chance, mais n’accepte aucun bullshit. Elle est consciente qu’il n’est pas clean, mais voit en plus un flic dévoué à son travail.
Elle veut qu’il forme une nouvelle brigade anti-gang, financée par l’argent d’objets confisqués, revendus aux enchères. Un projet censé aider aussi à faire bouger les choses dans le commissariat (on répare enfin les WC des hommes, depuis le début de la série !)

On revoit quand même régulièrement Lem et Shane, même s’ils bossent ailleurs. Leurs chemins n’arrêtent pas de croiser celui de Mackey, de façon un peu forcée, sûrement pour ne pas chambouler le casting. Mais j’ai jamais vu auparavant autant de flics extérieurs passer au poste de Farmington…
Shane, maintenant de son côté, dépasse encore plus les bornes en terme de corruption. On croirait vraiment voir un criminel, mais avec un badge. Il est devenu détestable, et j’avais envie de le voir crever dès l’épisode 1.
La présence d’Aceveda m’a paru plus justifié en revanche, et plus intéressante : il entre enfin en poste en tant que politicien, et ne cesse de surveiller et contrôler les démarches de la police, soucieux de l’image qu’ils donnent à la population. Quitte à jouer les hypocrites, en fonction de ce qui arrange au mieux sa propre image auprès des électeurs.
Les personnages et leurs relations sont de plus en plus développées et complexes, maintenant qu’on les connaît, qu’on les a vu évoluer…
Aceveda cherche par exemple à reprendre le contrôle sur sa vie sexuel, auprès d’une prostituée de luxe. Et on comprend son évolution en un dominateur violent, ses désirs malsains sont justifiés par ce qu’on sait du passé du personnage.

Les affaires restent originales, elles comportent des twists étonnants et parfois des dilemmes moraux assez douloureux.
Mais au bout de quelques épisodes, les intrigues se complexifient par rapport aux saisons précédentes, et son beaucoup plus prenantes, grâce à des personnages qui ont tous leurs intérêts contradictoires, et qui connaissent chacun une pression plus forte.
Shane se retrouve piégé par ses liens avec des criminels, et est obligé de les rencarder sur les agissements des flics. Vic le ramène à Farmington pour avoir un œil sur ses magouilles, mais en même temps le capitaine veut qu’il trouve de qui viennent les fuites. Et pendant ce temps, des flics comme Julien, étant black, s’opposent à la politique des saisies du capitaine, qui vise souvent les minorités.
Certains persos sont mis de côté pendant quelques épisodes, mais dans l’ensemble tous ont un rôle à jouer dans une intrigue de plus en plus riche.

Le seul vrai défaut qui persiste pour moi, c’est évidemment la mise en scène, qui n’a pas changé. Et cette fois il y a carrément des plans, dans les deux premiers épisodes, où on voit un cameraman ! Sérieusement ?
Mais bon, je vais quand même enchaîner avec la saison 5.


PS : j’ai entendu dans l’épisode 4 la fameuse réplique de CCH Pounder reprise dans un épisode de It’s always sunny. L’imitation de Dennis était parfaite…

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: The shield   Mar 15 Nov 2016 - 19:16


La fin de la saison 4 marquait le départ du capitaine Rawlings, et je suis déçu que Glenn Close soit définitivement partie (j'ai regardé sur IMDb, elle n'est dans aucun autre épisode). Et quand au personnage de Michael Pena, on ne fait presque jamais mention de lui, alors qu'il avait simplement refusé de passer au détecteur de mensonges, si je me souviens bien... on l'avait pas vu quitter la police ou quoi.
Le poste de capitaine est proposé à Dutch, qui refuse, et le rôle revient à Billings, un personnage très secondaire jusque là, sans caractère ni détermination. On voit nettement la différence, après deux capitaines qui prenaient vraiment les choses en main ; lui suit les ordres sans trop se battre. Il ne fait rien par exemple quand on annonce des coupes budgétaires.

On apprend que Claudette est atteinte d’une maladie qui risque de nuire à son travail, Dani est enceinte, et Julian forme à son tour une nouvelle recrue : une jeune femme pas très douée, qui n’est pas prise au sérieux et a du mal à s’adapter.
Vic quant à lui reçoit une notification de retraite en début de saison, indiquant que son travail va prendre fin dans 4 mois. Cette information est toutefois mise de côté au vu des évènements qui occupent la majorité de la saison.
A part Shane, les autres membres de la Strike team ont cessé leurs magouilles depuis le début de la saison 4, mais ironiquement, c’est une infraction commise pour une juste cause qui vaut à Lem de se faire pincer, et de lancer une enquête sur le reste de l’équipe. Kavanaugh, le flic qui s’en occupe, joué par Forrest Whitaker, réclame l’aide d’Aceveda et il force la main de Lem pour qu’il collabore, son but étant de faire tomber Vic pour le meurtre de la saison 1… dont Lem ignorait tout jusque là.
Quand le reste de l’équipe est mise au courant, ils cherchent à sauver Lem, sans éveiller les soupçons de l’Inspection Générale. Mis sur écoute, ils sont obligés au quotidien de faire parler les criminels autrement, sans enfreindre la loi.
Ca change, mais ils trouvent d’autres moyens efficaces d’agir, ce qui montre que les scénaristes ne manquent pas de ressources.

Le perso de Whitaker est détestable, c’est un fouineur, sournois, prêt à tous les coups bas pour arriver à ses fins. Il n’a aucun scrupule, et respecte strictement la loi. C’est en faire un malade qui aide à se mettre du côté des flics corrompus, et on s’amuse de voir l’inspecteur quand il rage de ses échecs.
Il y a de plus en plus de scènes tendues, de situations où on se demande comment les héros vont s’en sortir… soit exactement ce que j’attendais de la série depuis le début, sans que ça ne soit vraiment présent avant la saison 4.
Vic met en place des ruses élaborées, et pour la première fois, le spectateur ne sait pas tout de ses plans. On reste sur les nerfs, pendant que les personnages prennent des risques énormes, on est dans le doute, jusqu’à ce qu’arrive la conclusion de la manigance.
Là encore, The shield multiplie les intrigues et les problèmes de divers personnages, qui s’accumulent parfois au sein d’un même épisode.
C’est vraiment prenant, et cette saison est riche en drama, en moments qui nous tenaillent.
A la fin de la saison, bien que certains problèmes soient réglés, en quelque sorte… globalement, les personnages se sont enfoncés davantage.

Dutch est fidèle à lui-même depuis le début de la série, mais j’avais besoin de rappeler comme je l’apprécie. J’adore comme il rembarre sa collègue avec des remarques bien senties, on se doute qu’il fait ça pour blaguer, mais il est quand même cassant ; ils ont une bonne entente même s’il manifeste son affection bizarrement. Et à chaque fois, Claudette a la même réaction : elle dit rien, mais baisse la tête d’un air légèrement exaspéré.
Pour Vic, plus la série avance, plus elle le présente comme quelqu’un de sensé, qui réfléchit, qui n’est violent et n’enfreint la loi que lorsque c’est nécessaire, plus j’estime que c’est une erreur de la part des scénaristes, le crime qu’il commet dans l’épisode 1.
C’est censé secouer le spectateur… mais ça ne colle pas du tout avec la caractérisation du personnage depuis lors.

J’ai toujours des réserves par rapport à la série, je trouve pas ça aussi génial qu’on le dit… mais c‘est prenant, il y a beaucoup de bonnes choses, et vu le cliffhanger je sens que je vais enchaîner sur les 2 dernières saisons.


PS : Kavanaugh m’a appris le test du chewing-gum : si on en propose un à quelqu’un qui n’en veut pas, et qu’on tend le paquet assez longtemps, la personne se sent obligé de prendre le chewing-gum, ce qui serait une preuve que la personne craque sous la pression. Je testerai.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: The shield   Mar 22 Nov 2016 - 17:29


Un nouvel enjeu de taille dans cette saison 6, puisqu'un des membres de la Strike team cache aux autres un lourd secret sur un crime qu'il a commis envers l'un d'eux... et les autres jurent la mort du gangster qu’ils croient responsable, et qu’ils traquent en vain.
Ce secret est comme une bombe à retardement dont on ne sait quand elle va exploser, mais on appréhende ce moment tout du long.
La tension est d'autant plus présente que pour une fois il ne s'agit pas d'un ennemi externe contre lequel la Strike team est unie.
Kavanaugh continue en plus pendant un temps à enquêter sur Vic, cette fois car il croit que c’est lui qui est responsable de ce crime. Kavanaugh, qui est jusque là resté très à cheval sur les règles en toutes situations, doit être poussé dans ses derniers retranchements car il se met maintenant à mentir pour défendre sa cause, et trafique carrément des preuves et crée de faux témoignages.

En général, il y a un ennemi sur presque toute une saison, or cette fois la série traite surtout des retombées du drame survenu à la fin de la saison 5, même s’il y a aussi une enquête qui prend toute la saison pour être bouclée, concernant un massacre survenu à la saison précédente aussi. L’enquête n’est pas trop prenante, jusqu’à ce qu’on en arrive à sa conclusion et qu’on découvre toutes les implications qu’elle a.
En plus de ça, on ramène sur le tapis cette histoire de retraite imposée à Vic, à qui il reste peu de temps et qui cherche n’importe quel moyen de garder son boulot. En attendant, il doit former un remplaçant, et Julian rejoint son équipe.

Shane finit par se mettre la Strike team à dos, et il retourne à ses magouilles pour avoir les moyens de partir de Farmington, en s’associant à la mafia Arménienne.
De chaque côté de l’opposition, aussi bien Shane que Vic s’enfonce de plus en plus profondément dans la merde en essayant de s’en sortir.
Dans les derniers épisodes, c’est énorme tous les coups bas et twists où les personnages se retournent les uns contre les autres, forment de nouvelles alliances forcées, …
Ca promet beaucoup d’intrigues complexes pour la fin de la série.

Concernant les personnages secondaires, Dani accouche et bien qu’elle ne dévoile pas qui est le père, on a de gros soupçons. Maintenant que Claudette est capitaine, Dutch a Billings comme partenaire ; un personnage fainéant et peu compétent, qui prend une place plus importante maintenant, mais je me rends compte que même quand il n’était qu’un personnage de second plan, il avait déjà une personnalité mieux définie que Lem et Ronnie encore maintenant !
Et depuis la saison 5, Dutch a des vues sur la nouvelle recrue, Tina. C’est étrange, la fille a le profil assez commun d’une bimbo, elle n’est pas bien futée, son principal atout étant son physique. Je suis surpris qu’elle plaise à un intellectuel comme Dutch, au point de changer son comportement, puisqu’il s’abaisse à des moyens peu reluisants pour la séduire.
Cette sous-intrigue prend une tournure assez déprimante dans le dernier épisode, où même l’affaire sur laquelle enquête Dutch est plombante.
Je regrette par contre qu’on ne nous tienne pas au courant de la situation de couple de Julian, que j’imagine ne pas être idyllique.

Il y a une scène assez naze dans l’épisode 4 où Corinne raconte un rêve qu’elle croit avoir un sens caché, ça fait bizarre car ça sort de nulle part. C’est peut-être un problème d’écriture avec cet épisode en particulier, car soudain Shane reproche aux autres d’avoir oublié le fameux drame tandis que Vic dit que la vie continue, alors que jusque là c’était l’inverse !
Bon et je vais pas revenir sur la mise en scène, c’est exactement pareil.
Je me rends pourtant compte que j’ai enchaîné 6 saisons en même pas deux mois… c’est la plupart du temps bien écrit et prenant. Je vais directement enchaîner sur la dernière saison, d’autant plus que l’épisode final de la saison 6 ressemble à un épisode ordinaire, sans aucune forme de conclusion… comme s’il devait directement enchaîner sur la suite.
Hâte de voir comment ça va se terminer.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: The shield   Sam 26 Nov 2016 - 14:56


Pour une fois, les évènements de The shield reprennent directement après ceux de la saison précédente.
Vic n'est qu'à quelques jours de la retraite, et cherche encore comment y échapper.
Ronnie, Vic, et la famille de ce dernier sont toujours dans la ligne de mire de la mafia arménienne, et ils sont obligés de coopérer avec Shane pendant un temps pour s'en sortir. Mais ils lui font croire qu'ils lui ont pardonné ses fautes, pour mieux le manipuler.
Shane quant à lui est obligé de collaborer avec la mafia, mais cette fois contre la fille du boss de l’organisation, avec qui il s’était associé juste avant.
Il continue d’accumuler les mensonges et trahisons pour se couvrir. Lui et Vic mentent littéralement comme ils respirent, ils trouvent toujours moyen de détourner leurs actions, inventer des excuses en cours de route… on se dit que c’est sans fin.
C’est marrant, ce n’est qu’à l’épisode 3 de cette ultime saison que pour la première fois, un personnage (Ronnie) fait remarquer que tout ce qu’ils font pour se sauver ne fait que les enfoncer davantage. Jusque là, il est vrai qu’il y a toujours eu un moment où Vic disait que les choses allaient s’arranger… et on ne lui a jamais répondu que non.

Les problèmes ne se font pas moins nombreux au fil de la saison, ils ne font que changer.
Car peu importe à quel point les plans sont élaborés, il y a toujours quelque chose qui dégénère.
Les derniers épisodes sont particulièrement tendus, tellement les personnages sont submergés par des problèmes de plus en plus conséquent, de quoi laisser le spectateur les nerfs à vif.
Les intrigues sont plus complexes que jamais, les héros jouent double voire triple jeu, chacun se trompe sur les intentions et démarche des autres…
Il y a des machinations et retournements de situation assez dingues, Ronnie et Vic en ont après Shane sans qu’il ne se doute de rien, puis la situation s’inverse ; c’est juste dommage qu’on ne la fasse pas durer.
Mais je me rends compte qu’il y a un personnage dont on ignore les motivations exactes : David Aceveda. Il fait des deals contre son gré pour grimper en politique, mais on ignore depuis le début s’il fait ça pour son propre profit ou s’il veut vraiment défendre les intérêts de la population, comme ça semble parfois être le cas.

Tous ces évènements et la fin qui approche n’empêchent pas le quotidien au poste de rester le même : des enquêtes toujours originales et prenantes.
Il y a par exemple un criminel d’envergure dont la fille se fait enlever, et la police doit la retrouver sans qu’on connaisse leur implication, le but étant que le mafieux reprenne ses affaires en se rendant à un deal, pour pouvoir l’arrêter.
Il y a également un adolescent, tueur en série en puissance, qui piège un type à entrer par effraction chez lui pour le tuer.
Et dans les premiers épisodes, le maire rend publique une liste des gangs les plus dangereux, à l’intention de la population, mais ça a pour effet de créer une compétition entre les gangs pour grimper dans le top.
Les scénaristes ont eu la bonne idée de faire revenir brièvement Tavon, que Shane a failli tuer ; ça apporte une conclusion à cette intrigue, puisque je trouvais trop injuste et limite frustrante que Tavon croie avoir attaqué Mara alors que c’était juste une histoire pour couvrir Shane.
On pense que Dutch va être pris entre deux eaux, avec Tina et Dani… mais finalement la série ne mène nulle part l’une et l’autre de ces romances, c’est dommage. Et dans le dernier épisode, Dutch se fait draguer par une avocate, mais on ne connaîtra jamais le dénouement. C’est un moyen de dire que malgré la fin de la série, la vie de ses personnages continue, mais c’est un peu frustrant.
A noter au passage que j’aime braiment le rapport particulier entre Dutch et Claudette ; ils tiennent l’un à l’autre même sans le montrer trop ouvertement, chacun étant trop buté pour ça, mais c’est une relation très forte entre collègues/amis.

La réal… comme d’hab, mais là il y a un faux-raccord marrant dans l’épisode 3, à 16mn30 : un type balance un sachet de coke vers le hors-champ, et on le voit rebondir et tomber à terre, mais au plan suivant un personnage fait comme s’il l’avait récupéré.
Et je crois que j’ai jamais vu autant de cameramen apparaître dans le cadre que dans cette saison…

J’avais vu que The shield se trouvait dans la liste des séries aux meilleures fins, et quelqu’un m’avait confirmé que la conclusion était une des meilleures qu’il ait vu. Donc j’en attendais beaucoup.
L’avant-dernier épisode est déjà très tendu, et se finit par un aveu qui devrait être cathartique, un soulagement sûrement pour le personnage et aussi le spectateur… mais il fait ça en sachant avoir une totale impunité. Et en face, les autres persos se rendent compte avoir signé un pacte avec le diable.
La conclusion est affreuse, pour tous les personnages impliqués ; le méchant l’emporte, quoique sa victoire est amère, et les conséquences retombent sur tout le monde, même les justes.
C’est énorme, et ça n’aurait pas pu avoir un tel impact s’il n’y avait pas eu 7 saisons derrière.

Farmington va un peu me manquer…

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The shield   

Revenir en haut Aller en bas
 
The shield
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nouvelle série qui succèdera à The Shield
» THE SHIELD
» The Shield (Introduction)
» [SERIE US] THE SHIELD (série terminé)
» HUMVEE M1025 - "Operation Desert Shield 1991"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Télévision :: Séries TV-
Sauter vers: