La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 In treatment (En analyse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: In treatment (En analyse)   Ven 18 Mar 2016 - 1:44


Fiche de la série :
Créateurs : Rodrigo García, Hagai Levi, Nir Bergman, Ori Sivan
Année : 2008
Genre : Drame
Acteurs principaux : Gabriel Byrne, Dianne Wiest, Blair Underwood, Mia Wasikowska, Josh Charles, Embeth Davidtz, Melissa George

Mon avis :
Je voulais une série déprimante, et j’ai repensé à In treatment, dont j’avais entendu parler quand j’étais en première année d’école de ciné. Je ne savais pas si ça valait vraiment le coup, parce qu’on parle peu de cette série, mais le principe m’intriguait. Chaque épisode est une séance chez le psy, et d’un épisode à un autre, on voit un patient différent, qu’on retrouve une semaine plus tard.
La saison 1 fait 43 épisodes, soit à peu près 18h en tout. Ca me semblait énorme, mais en fait c’est plus ou moins la durée de l’unique saison de Freaks and geeks ; ça m’a aidé à relativiser et à me lancer.
Et puis je me devais de respecter le boulot du scénariste pour livrer autant d’un coup (bon, j’ai vu ensuite que la série est une adaptation, très fidèle, d’une autre série Israélienne).

Les séances chez le Dr Paul Weston doivent concrètement durer un peu moins d’1h, mais le temps est compressé, et les épisodes soit réduits à une vingtaine de minutes.
Je pensais qu’il y aurait des flashbacks lors des séances, que serait représenté à l’image ce que les patients racontent… Non. C’est une vingtaine de minutes de dialogues uniquement. Et tout repose sur l’écriture. C’est admirable.
Le naturel avec lequel on passe d’un sujet à un autre, ou d’une émotion à une autre, est admirable. Et l’écriture est d’autant plus intelligente qu’au bout d’un moment, on peut percevoir dans certaines répliques plusieurs niveaux de lecture, qu’on devine en raison de ce qu’on sait du personnage qui les prononce.
C’est vraiment prenant, et au début je voyais à peine le temps passer.
Et il faut dire que les acteurs sont tous exceptionnels.

Comme patients, il y a Laura, qui est amoureuse du psy ; Alex, un pilote de chasse qui veut avoir le contrôle sur tout ; Sophie, une ado qu’on soupçonne d’avoir des envies suicidaires ; et Jake et Amy, un couple qui envisage un avortement.
Ils ont tous des personnalités très différentes, ce qui est une difficulté supplémentaire pour l’écriture, mais chacun est bien défini.
Et on a de l’empathie pour ces personnages, surtout la fille qui essaye désespérément de convaincre Paul qu’elle l’aime, alors qu’il refuse de la prendre au sérieux, cherche à rationnaliser ce qu’elle ressent, … (ça m’évoque quelque chose)
Laura est la patiente que j’avais le plus hâte de retrouver.
(et j’ai été un peu déçu par la conclusion de l’intrigue avec elle)

Paul Weston est décrit comme le meilleur, ce qui place haut la barre pour le scénariste encore une fois. Le psy me paraissait trop effacé au début, laissant ses patients partir dans des monologues, mais il fait des remarques futées aux bons moments.
Mais c’est lui, le psy, le personnage que j’avais envie de percer, alors qu’il s’efforce d’être neutre et purement professionnel face à ses patients.
Le dernier jour de la semaine, toutefois, c’est lui qui consulte, une ancienne collègue qu’il n’a pas vue depuis des années, et avec qui il a un passé conflictuel dont on n’obtient des détails qu’au fur et à mesure.
C’est une superbe idée, et ça nous permet de découvrir l’intériorité de Paul, et les réactions qu’il cache à chaque patient par rapport à ce qu’ils lui racontent.
Il a ses propres problèmes personnels ; la série étant en huis-clos, avec la salle de consultation telle une bulle dont on voit à peine l’extérieur, et c’est justement le ressenti de la femme de Paul, qui lui reproche de négliger sa famille. La façon d’amener le sujet est intelligente.

Comme on reste dans une pièce unique la plupart du temps, la mise en scène ne peut pas varier tant que ça, mais le découpage est plutôt astucieux, les changements de plans au montage sont choisis judicieusement, et le changement d’axe, qui se produit au moins une fois par épisode, est bien géré.

Vraiment une excellente série. Mais je vais devoir faire une bonne pause avant de me lancer dans une saison 2. Et puis j’ai la saison 2 de Daredevil à voir à partir d’aujourd’hui !

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
In treatment (En analyse)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» In Treatment
» Gabriel BYRNE
» John Harvey (Grande-Bretagne)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Télévision :: Séries TV-
Sauter vers: