La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aaltra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Aaltra   Sam 13 Fév 2016 - 23:54


Fiche du film :
Réalisateurs et scénaristes : Gustave Kervern et Benoît Delépine
Année : 2004
Genre : Comédie dramatique
Acteurs principaux : Gustave Kervern et Benoît Delépine

Mon avis :
Ca doit être le visionnage récent de la bande-annonce du prochain film de Gustave Kervern et Benoît Delépine qui m’a fait repenser à eux. En fait, je n’avais vu qu’un seul de leurs films, Le grand soir, alors que j’avais l’impression d’apprécier ces réalisateurs, juste parce qu’ils sont en marge.
J’ai décidé de me rattraper en voyant leur premier essai, Aaltra. Il faut se rappeler qu’à l’époque, ils n’étaient connus que pour Groland, émission culte que j’aimais quand j’étais ado parce qu’il y avait des conneries et du sexe mais que je trouve plutôt naze maintenant ; et au fil des longs-métrages, ils sont devenus un duo de cinéastes à part entière, avec leur propre style. C’est plutôt pas mal.

Les deux compères jouent aussi les rôles principaux, deux voisins en conflit. Lors d’une bagarre, ils se font écraser par le mécanisme d’un véhicule agricole, et perdent chacun l’usage de leurs jambes. Mais même en fauteuil roulant, ils continuent de se croiser. Ils se retrouvent dans le même train, pour deux destinations différentes, mais se font voler en même temps leurs passeports et cartes d’identité.
Ils tentent de récupérer de l’argent en volant ou en arnaquant des passants, en vain.
C’est le début d’un road trip sans but bien déterminé. L’un des personnages comptait aller à Namur, l’autre en Finlande ; une fois à Namur, on apprend que c’était pour assister à des courses de motocross, et après ça les deux handicapés continuent leur route, sans indiquer vers où. Faut dire que les personnages parlent très peu, et ils n’ont même pas de nom.
Ah, bah on apprend à la fin qu’ils se rendaient à la société Aaltra, en Finlande, pour se plaindre du dysfonctionnement de l’appareil agricole. Pourquoi ne pas avoir fait une démarche judiciaire, tout simplement ?
Ils gueulent, vainement. Une scène assez désagréable. Parce que c’est déplaisant aux oreilles et ça ne sert à rien ; les cinéastes le savent, les personnages aussi je pense.
Pourtant, c’est l’esprit punk, nihiliste et pessimiste du film qui est plaisant au début. On a l’impression que les personnages, comme les réalisateurs (ce n’est pas anodin s’ils partagent le même corps), n’en ont rien à foutre.
Les héros sont des branleurs apathiques et antipathiques, des profiteurs sans gênes.
Aaltra est un film où on voit un type shooter dans une canette sur plusieurs mètres ; une action simple, mais qui en dit long. On retrouve dans ce geste tout simple l’idée du type qui fout rien, si ce n’est la merde, et qui fait preuve d’une certaine hargne pour un rien.

Aaltra est entièrement en noir et blanc, et filmé avec pas mal de grain, ce qui donne un aspect craspec ; les réalisateurs aiment la crasse et les crasses. La mise en scène est simple, et consiste en beaucoup de longs plans, qui servent parfois à conférer un aspect absurde à ce qui se passe.
On a un type dans un bar qui parle pour rien dire, et son interlocuteur qui ne répond rien. On a un vieux fou qui divague. Ca fait sourire un instant, mais c’est long pour pas grand chose.
A d’autres moments, ce n’est pas forcément comique, et les séquences s’éternisent alors qu’on a déjà compris l’idée qu’elles voulaient véhiculer.
Et la séquence où on a l’intégrale de la chanson "Sunny" de Boney M interprétée en mauvais anglais, c’est juste chiant.

La conclusion du film, le moment le plus drôle, ressemble à la chute d’une blague dont le set-up se trouvait au tout début. Mais pour un film d’1h30 environ, ça fait long la blague.
Aaltra est vraiment pas terrible, j’y vois un premier essai de Kervern et Delépine. Dans Le grand soir, il y avait le même esprit, ces personnages punks, ces longs plans, mais c’était mieux utilisé, ça tournait moins à vide.

Bande-annonce :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Aaltra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aaltra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Autres déviances et bizarreries-
Sauter vers: