La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rendez-vous (The shop around the corner)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Rendez-vous (The shop around the corner)   Dim 31 Jan 2016 - 22:58


Fiche du film :
Réalisateur : Ernst Lubitsch
Scénariste : Samson Raphaelson
Année : 1940
Genre : Comédie romantique
Acteurs principaux : Margaret Sullavan, James Stewart, Frank Morgan

Mon avis :
Sur SensCritique, dans les commentaires de ma critique sur le pitoyable Love actually, quelqu’un m’avait conseillé 3 films plus anciens : La garçonnière, Rendez-vous, et Indiscrétions, "Si t'as rien contre les vieux films". Bah non, j’ai rien contre les vieux films, tant que c’est bien. Je désespérais toujours pas de trouver quelque part une bonne comédie romantique, qui traiterait un peu mieux les rapports humains que dans les conneries nunuches habituelles…
Je savais pas si j’allais y trouver mon bonheur, mais j’ai quand même voulu tester, au pif, Rendez-vous (The shop around the corner). En plus c’est de Lubitsch, un cinéaste dont j’entends souvent parler comme d’un génie comique (même si le peu que j’en avais vu m’avait laissé de marbre).
J’avais même pas vu qu’en allant sur la fiche du film sur SensCritique, n’apparaissent que des critiques qui lui ont attribué 9 ou 10…

L’histoire se situe en Hongrie, j’ignore pourquoi ; tout le monde parle en anglais, et on n’a pas un instant l’illusion que ça se passe ailleurs que dans un studio.
La plupart du film se déroule à l’intérieur de la boutique de Mr Matuschek, dont tous les employés lèchent les bottes. Ca sert de gags, mais moi ça me faisait juste pitié, c’est personnage qui s’abaissent à de l’hypocrisie pour plaire à n’importe quel prix. C’est pareil quand ils mentent juste pour pouvoir vendre une boîte de cigarette, ça me débecte.
Il n’y a que le héros, Alfred Kralik, qui dit ce qu’il pense. Il se dispute d’ailleurs souvent (apparemment), avec une collègue de travail, mais on n’y croit pas, aussi bien parce que les prétextes évoqués pour leurs prises de bec sont absurdes que parce que les deux comédiens sont beaucoup trop dociles pour jouer la colère.
Enfin c’est sûrement une question d’époque ; non pas qu’on ne se fâchait pas en ce temps, mais on ne représentait pas ça de la même façon, je suppose.
Et quand le boss, Matuschek, pense que sa femme le trompe avec Kralik, il se contente de le renvoyer, avec une lettre de recommandation très positive, et essaye de se suicider. Normal.
Dans un même temps, Kralik correspond par courrier avec une fille qu’il n’a jamais rencontré. Elle prétend n’avoir que faire de son physique ou de son emploi, tant qu’ils se correspondent intellectuellement.
On voit venir de tellement loin que c’est Klara Novak, la collègue de Kralik…

Je me rappelle, quand j’avais vu Haute pègre en salle, il y avait des quinquagénaires ou plus âgés qui étaient hilares pour des trucs que je percevais à peine comme des gags. Et en voyant Rendez-vous, j’imaginais ces rires tonitruants, sur des gags que j’arrivais à repérer, mais qui me faisait au maximum simplement sourire.
J’ai trouvé quelques gags faciles et prévisibles, mais globalement c’est une question d’époque… le film m’a vraiment fait rire à aucun moment, parce que ce n’est pas un type d’humour auquel je suis sensible. C’est comme les différences d’humour selon les pays, c’est culturel, et là avec un film comme ça, c’est la différence d’époque qui pose problème (quoique certains apprécient encore du Lubitsch, mais je ne comprends pas comment)

Pendant la seconde moitié du film, Kralik est au courant de l’identité de sa correspondante, et il essaye d’en jouer… mais c’est vraiment ennuyeux.
Et au final Rendez-vous est tellement plein de bons sentiments… et mal placés, en plus. Le boss est tout content, passe trois plombes à féliciter ses employés, parce qu’ils ont rapporté un max d’argent à la boutique la veille de Noël…
Ensuite tous les moments où Kralik fait allusion à ses sentiments, toute la révélation finale, mais quelle horreur !

J’ai pas du tout supporté.

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Rendez-vous (The shop around the corner)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES COLLECTIONS OUBLIEES: 2- AU RENDEZ VOUS DE L'AVENTURE / VAILLANT
» [Collection] Au rendez-vous de l'aventure Lib. Vaillant
» INFO] Affichage des rendez-vous
» MANU - Rendez-vous / 29.09.08
» Clarke Arthur C. - Rendez-vous avec Rama - Le cycle de Rama T1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films divers-
Sauter vers: