La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un baiser s'il vous plaît

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Un baiser s'il vous plaît   Jeu 6 Aoû 2015 - 22:26


Fiche du film :
Réalisateur et scénariste : Emmanuel Mouret
Année : 2007
Genre : Comédie dramatique
Acteurs principaux : Emmanuel Mouret, Virginie Ledoyen, Julie Gayet

Mon avis :
Après Changement d'adresse, je voulais continuer avec du Mouret, mais j'ai dû attendre, car ses films ne sont pas si simples à trouver.
Je ne les regarde pas dans l'ordre, je choisis en fonction des notes.
Le troisième film d'Emmanuel Mouret que je regarde est donc Un baiser s'il vous plaît, et encore une fois, je me suis lancé sans rien en savoir.

Le point de départ est à la fois original et intriguant : une femme de passage à Nantes dîne avec un homme qu’elle vient de rencontrer. A la fin de la soirée, pour justifier son refus de l’embrasser, même s’il s’agit d’un baiser "sans conséquences" puisque tous deux sont en couple, elle raconte une histoire qui est arrivée à une de ses connaissances.
C’est ainsi que démarre la principale intrigue du film, bien qu’il reviendra par moments sur ces deux personnages, pour créer une parallèle.
L’histoire qui nous est racontée est celle de Judith et Nicolas, deux amis d’enfance qui peuvent tout se confier, sans retenue. Chacun est en couple, jusqu’à ce que Nicolas se sépare de sa copine. Dès lors, Judith sent un changement dans leurs rapports, elle sent une certaine réserve de la part de son ami. Celui-ci finit par lui avouer qu’il est en manque d’affection… d’affection physique. Le problème est qu’il a besoin de rapports avec des sentiments, or il n’est soi-disant pas en état d’en avoir pour quelqu’un de nouveau.
Même si Judith est trop naïve pour comprendre, ou alors fait mine de ne pas savoir, on sait dès le départ où Nicolas va en venir, que ça soit calculé ou non de sa part.
Judith accepte de "guérir" son ami, s’ensuit une séquence assez cocasse, où les deux s’étendent en formalités et précautions. On croirait "bande avec les mous", et ça doit être la première fois que je dis ça sans vouloir me moquer, puisque ça va dans le sens des intentions du réalisateur.
Suite au baiser que les deux amis s’échangent, ils se rendent compte que plus rien n’est pareil, pour l’une avec son mari, pour l’autre avec la nouvelle compagne qu’il se trouve.
Judith propose donc à Nicolas de recommencer, pour se convaincre que leur expérience n’était pas si bien que ça.

C’est assez idiot comme concept, mais là non plus, ça n’est pas vraiment un reproche que je fais, il y a un aspect saugrenu plutôt amusant ; des situations absurdes qui font sourire (ce dialogue absurde où ils se convainquent que ce n’est pas de l’amour, ou Nicolas qui veut que Judith le rejette violemment).
Mais au fur et à mesure, l’aspect comédie s’efface totalement et Un baiser s’il vous plaît penche beaucoup plus vers le drame. La seconde séparation du film est même assez douloureuse à voir.
Ce n’est pas un mal, mais j’aurais préféré retrouver une comédie légère comme Fais-moi plaisir.
Mais si je n’ai pas tant aimé le film, c’est surtout parce qu’il est long à avancer.
De tous les Mouret vus jusque là, c’est aussi avec ce film-ci que le mot "niais" m’est venu à l’esprit, très tôt même. Je ne sais pas s’il l’est davantage que les autres, mais ça n’est qu’avec Un baiser s’il vous plaît que je me suis dit que c’était niais.
Il n’y a qu’à voir la façon très prude qu’a Mouret de parler de son "manque d’affection physique", et doit expliciter à la demande de son amie en se retenant de dire le mot "sexe", comme s’il jouait à Taboo. Je me rends compte que c’est pareil dans les deux autres films que j’ai vu, surtout que dans Fais-moi plaisir ça commence au lit quand le héros fait tout pour essayer de coucher avec sa femme, en en parlant par des périphrases, évoquant un besoin d’exprimer son amour ou une bêtise comme ça. On dirait que "sexe" est un mot interdit, qui retirerait toute innocence du cinéma de Mouret, alors même que chacun de ses films parlent de désir, de drague, de relations amoureuses et sexuelles. J’aimais bien dans Fais-moi plaisir cette sorte d’innocence, ou illusion d’innocence, mais finalement je trouve ça plutôt hypocrite.

Et décidément, c’est vrai que les acteurs jouent faux dans les films de Mouret. Je crois que par moments, c’est aussi un problème de mise en scène, en tout cas dans le cas présent.
Il y a des fois où Mouret filme en plan fixe, les deux acteurs d’une scène, or quand l’un parle, l’autre n’a pas grand chose à faire si ce n’est écouter, et c’est là qu’il prend une expression un peu bête. Un simple champ-contrechamp aurait aidé.
En revanche, il y a une séquence avec une excellente idée de mise en scène, c’est quand Judith imagine tout dévoiler à son mari : on le voit passer devant elle, elle fait tout son discours, puis on le revoit passer, jouant exactement la même chose, ce qui véhicule l’idée que tout ce qu’on a vu juste avant n’est pas vraiment arrivé. C’est génial, et je crois n’avoir jamais vu ça ailleurs auparavant.

Je suis donc partagé, il y a du bon, et je trouve que le film donne matière à réfléchir par rapport aux sujets abordés, mais je me suis ennuyé…

Bande-annonce :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Un baiser s'il vous plaît
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel baiser Cangel êtes-vous ?
» Comment avez vous perçu le baiser de Bella et Jacob ?
» Un baiser échangé entre deux hommes vous choque t'il ?
» Harper le magnifique ! Oui oui vous avez le droit de me baiser la main si vous voulez.
» avez vous déja surpris vos parents en train de baiser ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films divers-
Sauter vers: