La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le limier (Sleuth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Le limier (Sleuth)   Sam 11 Juil 2015 - 23:08


Fiche du film :
Réalisateur : Joseph L. Mankiewicz
Scénariste : Anthony Shaffer
Année : 1972
Genre : Thriller
Acteurs : Michael Caine, Laurence Olivier

Mon avis :
Je ne savais pas grand chose de Sleuth, SensCritique m'a appris son existence je crois, et le film est apparemment très apprécié, à en croire sa moyenne et les notes parmi mes éclaireurs : ils sont 9 à avoir mis en 8 et 10 sur 10.
Je suis tombé sur le DVD zone 1 dans une brocante récemment (il n'y a pas de zone 2), neuf, sous blister, avec une étiquette indiquant le prix de 20€... je crois que je l'ai eu pour 3, donc je n'ai pas hésité.

Laurence Olivier joue Andrew Wyke, auteur de romans policiers qui invite dans son luxueux domaine l’amant de sa femme, Milo Tindle, incarné par Michael Caine.
Avant même qu’on ne découvre ce lien entre les deux hommes, on dénote un ton subtilement cassant, sous la couche de courtoisie de leurs échanges, attestant déjà d’une certaine qualité d’écriture. Sleuth est un huis clos, et l’adaptation d’une pièce de théâtre, ce qui présageait un film reposant sur ses dialogues et de l’interprétation des acteurs.
Evidemment, la musique et la mise en scène aident grandement à créer des montées en puissance lors des dialogues, et à maintenir un certain dynamisme.
Laurence Olivier est déjà plein d’énergie, on sent qu’il s’amuse vraiment, à sortir toutes sortes d’accents sans raison et à éclater de rire comme un gamin facétieux. Un gamin dont la demeure, d’ailleurs, est remplie de vieux jouets et de poupées, dont la caméra s’attarde régulièrement sur le regard, donnant la sensation troublante d’être observé.

Le point de départ de l’intrigue est original : le riche romancier veut se débarrasser de sa femme, mais connaissant les goûts de luxe de son épouse, il craint que son amant ne puisse l’entretenir et qu’elle revienne vers lui. Wykes invite donc Tindle chez lui pour régler le problème, et lui propose de lui dérober des bijoux en faisant croire à un cambriolage : l’un récupère l’argent de l’assurance, tandis que l’autre les revend.
Vu que le film dure quand même plus de 2h, on se doute qu’il va y avoir des complications. Il y a plusieurs twits, mais à vrai dire je m’attendais à ce qu’il y en ait plus et/ou qu’ils soient plus étonnants que ça. J’ai pu prévoir à l’avance les twists concernant le vrai plan de Wykes et l’inspecteur…
De plus, il y a pour moi des choses qui ne tiennent pas la route. Wykes qui tourne autour du pot pendant trois plombes avec l’inspecteur sans être rappelé à l’ordre. Et je n’ai pas pu croire en la tournure que prenaient les évènements, l’un des deux personnages étant devenu en l’espace d’un seul jour un véritable maniaque manipulateur.
J’ai trouvé un peu malvenu le burlesque de la scène de préparation où Tindle enfile sa tenue de cambrioleur, un costume de clown… déjà que ça n’a pas de sens pour moi de mettre ce costume avec des chaussures gigantesques pour entrer par effraction dans une maison en grimpant une échelle, l’idée du costume au départ était d’éviter d’être reconnu par des passants, or Wykes sort avec lui, et en plein jour… ça n’a juste pas de sens.

La dernière partie du film est plus surprenante, et tout à fait horrible, sordide. J’ai apprécié tout en étant troublé, ou inversement.
Gaspar Noé essaye de faire des films sordides en faisant appel à des procédés minables, du trash et de la vulgarité gratuite ; Sleuth arrive à créer une ambiance salement malsaine de façon bien plus intelligente.
Je trouve que le film traîne en longueur, et n’est pas toujours logique ou crédible, mais il reste intéressant.

PS : Pour un film de 1972, je suis surpris par la façon dont est abordé le sujet du sexe, et que pour blaguer, Wykes cite un "violeur de moutons" parmi les passants qui pourraient voir le cambriolage.

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Le limier (Sleuth)   Mar 14 Juil 2015 - 13:45

J'ai regardé "A sleuthian journey", un des bonus du DVD, réalisé par David Gregory. Décidément, ce mec a vraiment réalisé une tonne de bonus et de making of ! Je l'avais vu en dédicace pour The theatre bizarre, et j'arrête pas de voir son nom dans des bonus DVD depuis.

Le bonus consiste uniquement en une interview d'Anthony Schaffer, l'auteur de la pièce, qui dévoile pas mal d'anecdotes.
Sleuth devait à la base s'appeler "Anyone for tennis ?", et le personnages de Wykes était un peu inspiré du caractère du compositeur Stephen Sondheum, qui lui aussi était très dévoué à ses jeux. Il avait notamment mis en place pour ses amis une chasse aux trésors très complexe, qui s'étendait sur plusieurs états.
Mankiewicz aussi a dit à Schaffer qu'il aimait les jeux, en particulier les jeux de mots bilingues. Et Schaffer a immédiatement trouvé un jeu de mot sur le nom de Mankiewicz... qui l'a très mal pris pendant tout le reste du tournage.

C'est tout ce que je retiens, mais il y au d'autres anecdotes sympas.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Le limier (Sleuth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin limier ou plutot fin "latino" ...
» "Le Limier"
» [Stéphane Belmont] La chair du limier
» [Collection] Le Limier (Albin Michel)
» [2007] Le Limier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films divers-
Sauter vers: