La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Marty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Marty   Lun 1 Juin 2015 - 23:53


Fiche du film :
Réalisateur : Delbert Mann
Scénariste : Paddy Chayefsky
Année : 1955
Genre : Comédie dramatique
Acteurs principaux : Ernest Borgnine, Betsy Blair, Joe Mantell

Mon avis :
En août 2014, je m'étais renseigné sur l'apparition d'Ernest Borgnine dans un épisode des Simpsons, puisque c'est un des guests les plus surprenants de la série, pour moi. J'avais alors lu que Nancy Cartwright, qui double Bart en VO, avait été enchantée, Ernest Borgnine ayant incarné le personnage de Marty dans le film éponyme ; un film qui a changé la vie de Cartwright. Elle raconte que ça lui a fait découvrir que les acteurs, par leur travail, pouvaient inspirer les gens, les illuminer.
Des propos aussi forts, ça m'a donné envie de voir le film. Par contre, je sais déjà plus pourquoi je me suis décidé à le voir, ces derniers jours...

Je savais déjà de quoi allait traiter le film, mais sinon, j’aurais vite compris, tant le scénario va droit au but et enfonce le clou. Marty est un boucher de 34 ans, et durant la première scène du film, une cliente lui répète qu’il devrait avoir honte, car tous ses frères et sœurs plus jeunes sont mariés, mais pas lui. Je croyais au départ que cette femme ironisait, mais non, elle dit ça au premier degré, c’est une vraie connasse. Une seconde cliente arrive et sort exactement les mêmes répliques ; là du coup j’ai cru qu’elle imitait l’autre femme, pour se moquer, mais encore une fois, je me trompais.
Quand Marty rejoint ensuite ses amis, ils parlent tous de filles qu’ils ont dragué, ou qu’ils vont draguer, quand ils ne zieutent pas un magazine pour adultes.
Le protagoniste, lui, montre un désintérêt complet pour tout ça. En fait, il a juste décidé de baisser les bras. Il est probable qu’il en ait eu marre d’être rejeté.
Mais, sous la pression de sa mère, il va à contrecœur à un bal. C’est là que se rend aussi Clara, accompagnée d’un vrai connard qui est venu dans le cadre d’un blind date, et se retrouve déçu.
Marty et Clara se rencontrent, et se reconnaissent rapidement comme étant deux laissés pour compte. Alors qu’ils font connaissance, leurs premiers échanges se fond à cœur ouvert, et s’avèrent très personnels ; c’est peut-être juste de la fiction, mais j’ai trouvé ça rafraîchissant, par rapport aux dialogues tout à fait superficiels qu’on aurait dans un film contemporain qui montrerait la formation d’un couple.
Je pense en revanche que Marty et Clara se confient trop, et trop vite. Ils parlent dès le premier soir de pleurs, d’envies de suicide. Ouhla. On voit aussi très bien que Marty n’est pas habitué à parler aux femmes.
Et, sans que je sache si c’est une bonne chose ou non, il n’est pas sans défauts. On le voit notamment s’énerver quand il se voit refuser un baiser, c’est assez déroutant, même si, ok, ça fait longtemps qu’aucune femme ne veut de lui.

Par la suite, le film veut que Marty soit partagé entre sa bonne entente avec Clara et l’avis de ses proches, qui ne cessent de dire du mal d’elle. Ca ne marche pas du tout, premièrement car Clara est loin d’être si laide que tous les personnages le prétendent, mais aussi parce que Marty est censé être un chic type, qui n’est pas sorti avec une femme depuis des lustres, donc j’ai du mal à concevoir son hésitation à simplement appeler cette fille avec qui, la veille, il a discuté pendant des heures et à qui il a avoué, plusieurs fois, avoir passé un bon moment.
Je trouvais au départ les acteurs bien choisis, puisque sans être des mannequins ils ont un certain charme, mais je me suis dit m’être trompé au fil du film, à force d’entendre tous les personnages dire de Clara qu’elle est laide.
Même la mère de Marty lui dit qu’elle paraît gentille mais qu’elle n’est pas jolie… mais quelle mère dit ça à son fils à propos d’une femme qu’il a rencontré la veille ? D’autant plus que, là encore, ça ne colle pas au caractère du personnage, qui a l’air d’être une mère poule.
Et elle se plaint pendant trois plombes que Clara n’est pas italienne, mais WTF, c’est elle qui insistant une heure plus tôt pour que Marty se trouve une femme.

C’est vraiment une toute autre époque, que celle à laquelle se déroule le film. On met la pression aux gens pour se marier, et c’est ok pour un trentenaire d’habiter avec ses parents… même pour des jeunes mariés.
Plus problématique, le jeu d’acteur qui fait daté aussi, bien qu’il y ait des moments plutôt touchants, où j’ai eu un peu mal pour Marty. Ca tient à la mise en scène aussi, surtout lorsque le héros appelle une fille pour lui proposer un rencard : on ne voit que Marty au téléphone, donc seul le silence répond à ses répliques, et sans entendre la fille, on comprend peu à peu, comme le personnage, que ça ne va pas marcher.
Le réalisateur a eu un Oscar pour ce film, son premier, et il est vrai qu’il y a quelques bonnes idées de plan : lors de la scène de danse, la caméra s’approche du couple lorsqu’ils parlent, et ils sont visibles malgré la foule, puis la caméra se ré-éloigne et les figurants entourent de nouveau les personnages, d’une manière crédible.
En revanche, je trouve que l’écriture laisse à désirer. Hormis les défauts déjà cités, le film traîne, les personnages discutent trop de ce qui se passe ou vient de se passer, et les dialogues se répètent souvent. C’est devenu de plus en plus irritant pour moi au fur et à mesure, mais ça m’a vraiment marqué quand, alors que Marty parle avec son ami de Clara, un autre personnage en même temps continue de répéter que Mickey Spillane est un type qui sait bien écrire (en avançant pour arguments des trucs débiles, comme toutes les femmes que se tape le héros des romans).
Certains dialogues, comme celui-là, sont très étranges, et peu réalistes.
Une chose que j’ai apprécié, c’est qu’en parallèle de l’intrigue principale, le scénario s’intéresse aux préoccupations de la mère de Marty et de sa tante, qui évoque entre autres sa crainte de devenir vieille, et son problème à quitter sa maison maintenant que son fils, marié, veut son indépendance.
C’est très rare pour moi de voir un tel traitement pour des personnes âgées, dans un film.
Mais le problème c’est que je trouve ça, là aussi, mal écrit, enfin surtout parce que le personnage m’a énervé et paru inconsistant.

Je suis assez déçu ; je ne m’attendais pas à ce que ce film me change la vie à moi aussi, mais je pensais tomber sur un film charmant, qui met de bonne humeur, à la "Harvey"…

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Marty
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Géraldine Marty - 16 Août 2005
» Marty Hélène / Davet michel
» Les chaussures de Marty retour vers le futur 2 enfin en vente
» Cadre Retour vers le futur III Marty et Doc
» Marty (La Crouzette, 81)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films divers-
Sauter vers: