La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Trash #14 : Seppuku

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Trash #14 : Seppuku   Mar 26 Mai 2015 - 18:15


De tous les romans de la collection Trash parus jusque là, Seppuku est celui qui m'a le plus fait envie. J'avais même une certaine hâte à finir ma précédente lecture (Joker Anthologie) pour débuter celle-ci.
Il faut dire que l'extrait proposé au verso du bouquin faisait très envie : "En une parodie de fellation, le tentacule s’activa entre ses lèvres déformées, brisant les dents et fracassant le palais. Yeux grands ouverts, la prêtresse ne vit son calvaire prendre fin qu’avec l’éjaculation : la quantité de sperme et la force de cette immonde jouissance lui firent exploser le bas de la figure, projetant des débris de mâchoire inférieure tout autour d’elle."
J'ai bien adhéré au concept de détourner les tentacules géants des hentai à des fins gores, et, en plus de ça, en plaçant l'action dans le japon médiéval, avec pour héros un samouraï.

Dès le début, le héros, Kurogane, voit tout son clan confronté à 5 hommes, dont un avec des tentacules, qui les massacrent. Je me demandais comment allait se pouvoir se poursuivre le récit, mais l'auteur a la bonne idée de faire du personnage principal un guerrier qui est déjà mort, et qui après ce premier affrontement avec ces monstres, peut encore arpenter la terre tant que son âme est conservée dans une jarre. Son sang est désormais remplacé par de la cendre, et il se voit doté d’une plus grande résistance à la douleur. Il possède aussi maintenant un lien invisible avec les créatures, ce qui lui permet de voir toutes leurs exactions. C’est censé pouvoir l’aider, mais bien sûr, Kurogane arrive toujours trop tard ; il faut bien livrer de gros massacres aux lecteurs. Mais j’aime bien l’idée qu’au lieu d’être une aide à Kurogane, ce lien est "un rappel de son impuissance".

Dans les trois Trash que j’ai lus, il y a vraiment une unité de style. Les trois ont un auteur différent, mais chacun a un don pour décrire des blessures, des sévices, des horreurs ordinaires pour quiconque est habitué au cinéma d’horreur, mais avec force détail et de jolies métaphores.
Le gore dans Seppuku est super graphique et imaginatif. Je ne sais pas si je suis habitué maintenant avec les Trash, mais la gratuité du sexe et de la violence ne me dérangent plus, ça m’amuse… en partie par cette abondance, justement.
Mais par contre dans cette histoire-ci, il y a une certaine part d’humanité, à travers les personnages. Je m’en souviens maintenant, ce qui manquait dans Garbage rampage (le dernier Trash que j’ai lu… et le dernier livre aussi, en fait... je culpabilise de rien lire de plus respectable, heureusement que j’ai commandé L’écume des jours), c’était ce genre de contrepoint à toute la violence. Là dans Seppuku, il y a une certaine douceur bienvenue.

Mais même en dehors de ça, Seppuku est bien écrit, on sent que c’est travaillé. Romain D’Huissier pense à beaucoup de détails, qui étoffent la mythologie qu’on imagine derrière cette histoire. Il semble très bien renseigné sur la culture asiatique, puisqu’il y fait de nombreuses références, ou alors si il invente, c’est très crédible.
(par contre, un lexique n’aurait pas été de refus)
En revanche, dans le premier chapitre, les premiers évènements sont dans le désordre, inutilement. C’est une tentative d’accrocher le lecteur, mais ça fait forcé. Ce n’est pas comme si ce qui était relaté se passait dans 3 temporalités bien différentes, ce sont 3 épisodes qui se suivent, sauf qu’on a le 2ème en premier, puis le premier, et enfin le troisième.

Alors que le résumé au dos du livre parlent de "démons aux tentacules fouisseurs", seul un des adversaires de Kurogane a ce type de pouvoir. Mais je comprends que ce soit l’argument le plus vendeur. Donc on oublie assez vite cette idée, et plus l’histoire progresse, plus elle ressemble à une histoire assez banale de vengeance, de rédemption et de combats au sabre ; ce qu’on peut probablement déjà voir dans beaucoup d’animes.
Le récit est très linéaire, ce qui n’est pas tant un problème, mais les mêmes mécanismes se répètent. Un ennemi commet un massacre, Kurogane le vainc, et passe au suivant. Le gore n’est présent essentiellement que sous forme d’épisodes, quand un des monstres se déchaîne sur des innocents.
Autre légère déception : encore un happy end !

Seppuku est tout de même un bon roman, même s’il n’a pas répondu à toutes mes attentes. Je vais essayer de lire autre chose que du Trash pour le moment, sauf si, à nouveau, un résumé ou une couverture ne me tapent dans l’œil.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Trash #14 : Seppuku
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SEPPUKU de Romain d'Huissier
» Street Trash
» [Société] Le Suicide (seppuku)
» R2-D2 Trash Can
» Couture Zengia: chemise trash/goth V2 p.4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Discussions :: Livres-
Sauter vers: