La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Narc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Narc   Mar 21 Avr 2015 - 23:20


Fiche du film :
Réalisateur et scénariste : Joe Carnahan
Année : 2002
Genre : Policier
Acteurs principaux : Jason Patric, Ray Liotta

Fiche du film :
Voir Shaft l'autre jour m'a redonné envie de voir de bons polars.
Je suis tombé sur Narc, dont nous avions vu un extrait en cours un jour, et une fois que j'y ai repensé, je sentais que c'était le film qu'il me fallait.
Je connaissais de Joe Carnahan ses films décalés, dont le très sympathique Agence tous risques, et l'immonde Mise à prix, mais là pour Narc il s'agit d'un film sérieux, qu'il a écrit, de surcroit.

L'histoire est celle de Nick Tellis, un flic des narcotiques qui travaillait sous couverture, et qui a été démis de ses fonctions suite à une bavure. Mais lorsque la police se retrouve dans l'impasse dans l'affaire de la mort d'un autre flic sous couverture, on propose à Nick d'aider l'enquête, grâce aux contacts qu'il avait parmi les dealers. En échange, il réintègrera les forces de l'ordre.
Il refuse au départ, mais ne s'imagine pas faire autre chose de sa vie.
Il doit collaborer avec le précédent policier qui s'occupait de l'enquête, Henry Oak, jusque là suspendu des forces de l'ordre à cause de son tempérament. Ne supportant pas les sévices des criminels qu'il côtoie, il a tendance à ne pas les ménager.
Tellis est plus jeune que Oak, et son boulot l’affecte différemment : c’est son couple qui en pâtit, sa femme n’en pouvant plus de le voir plongé dans un travail qui l’a, par le passé, mené en cure de désintox.
Au cours de l’enquête, on rencontre des situations qui sortent de l’ordinaire, par rapport aux autres films policiers qu’on a pu voir : un camé mort car il a utilisé un fusil en guise de bong, et a oublié de vider les cartouches ; un dealer qui réclame une réduction de peine contre ce qu’il sait, alors qu’il a brûlé le visage de sa copine car la MST qu’elle lui a refilé lui a rendu la bite toute bleue et enflée.
Mais même s’il y a ce genre d’originalités, je trouvais que l’enquête en elle-même se déroulait trop normalement, sans fausses pistes. Heureusement, la fin nous fournit une flopée de twists et de révélations inattendus.
Ce qui est très fort, c’est que la fin chamboule nos convictions quant à savoir qui est le méchant dans l’histoire. On en vient à comprendre la démarche de celui que, quelques minutes auparavant, on percevait comme l’ennemi. Et, quand on y pense, ça rejoint ce qu’il disait plus tôt dans le film à propos de la différence entre la loi et le bien et le mal.

Concernant la mise en scène, elle est très intéressante et variée. Carnahan fait appel à pleins de styles différents en fonction de ce qu’il veut signifier, et il y a beaucoup de plans porteurs de sens. Quand on voit le héros sous la douche par exemple, et qu’on découvre par un pano qu’il a un bébé. Ou lors de la dispute du couple dans la salle de bain, durant laquelle on alterne entre un gros plan de Nick seul et un autre où on voit sa femme, mais dans le miroir, le reflet donnant l’impression qu’elle tourne le dos à son mari. Et les deux personnages ne sont ensemble que quand la femme vient embrasser Nick pour lui dire adieu.
Il y a aussi de superbes idées de transition, s’appuyant souvent sur le son. Quand Nick et Oak découvrent un cadavre dans une baignoire, à la fin de la séquence on entend un "I hear bubbles"… qui vient du plan suivant, où on retrouve Nick avec son bébé qui prend son bain !
Toujours concernant les bruitages, là aussi c’est plutôt bien pensé : lorsque les deux flics préparent une descente dans un quartier mal famé, on entend au loin l’alarme d’une voiture, qui fait un peu penser à une sirène qui accompagne l’arrivée de la police.

Narc alterne moments calmes et scènes d’action au montage cut avec la caméra qui tremble, et quelques effets de styles, pas de trop mauvais goût heureusement.
En tout cas, les moments de tension et les scènes d’émotion sont tout aussi efficaces. Il y a cette séquence où Oak parle de sa femme défunte, et explique qu’il est devenu un meilleur flic lorsqu’elle est morte, n’ayant plus rien le faisant hésiter face au danger. Et on explique également pourquoi il est si violent envers le criminels en exposant son humanité, je trouve ça intelligent.
Mais les acteurs sont très investis quelle que soit la scène, ça se voit.
Les seuls éléments que je reproche au film, c’est cet étalonnage dégueu lors de certaines scènes, d’un bleu bien trop marqué, et quelques effets gratuits, comme cette séquence présentant un split-screen cheap et sans grande utilité.
Mais si on excepte ça, Narc est un très bon polar, comme j’aimerais en voir plus souvent. Non, sérieusement, où est-ce que je peux trouver des films policiers aussi prenants que Narc ou Training day ?

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Narc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Collection] Narc - Sélection BRUCE / Presses de la Cité
» Narc - Joe Carnahan 2003

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films divers-
Sauter vers: