La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le péril jeune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Le péril jeune   Sam 11 Avr 2015 - 23:22


Fiche du film :
Réalisateur : Cédric Klapisch
Scénaristes : Cédric Klapisch, Santiago Amigorena, Alexis Galmot, Daniel Thieux  
Année : 1994
Genre : Comédie dramatique
Acteurs principaux : Roman Duris, Vincent Elbaz, Nicolas Koretzky, Julien Lambroschini, Joachim Lombard

Mon avis :
Je n'avais aucun intérêt pour ce film. Il ne m'intéressait vraiment pas, juste comme ça. Je ne voulais pas le voir. Mais on me l'a passé, j'ai pas osé refuser, je me suis forcé à le voir...

Le titre du film est trompeur, "Le péril jeune", ça laisse présager un film avec un fond, une sorte d'analyse de la décadence de la jeunesse... rien de ça en fait, le film n'a nullement ces prétentions.
On nous présente 4 hommes qui se retrouvent, des années après le lycée, pour la naissance de l'enfant d'un de leurs amis... mort un mois plus tôt.
En attendant l'accouchement, ils se remémorent leurs souvenirs communs.
Etant donné que pour le premier évènement qu'on nous présente, deux personnages apportent un point de vue différent sur ce qui allait se passer, je croyais que ça allait faire partie de l'intérêt du film, faire se croiser les témoignages de façon amusante. En fait pas du tout, c'est la seule fois dans le film que ça arrive ; je trouve d'ailleurs que c'est une erreur que d'avoir fait ça pour le premier flashback, ça donne une idée fausse des intentions du réalisateur.
Le film consiste essentiellement en un enchaînement de séquences, chronologiques certes, mais sans lien entre elles.
C’est décousu, mais c’est sympa à voir, en partie grâce à la complicité palpable entre les acteurs. Qu’ils soient ados ou adultes, les 5 héros sont de grands gamins qui semblent partager les mêmes délires. Des délires qui font sourire à la fois parce que leurs blagues et gamineries peuvent se montrer drôles, mais aussi parce que ça fait penser à notre propre vécu.
Il y a des moments par contre où ils sont vraiment lourds, et n’apparaissent que comme des branleurs insolents. Je ne sais plus par qui, mais ils se font à juste titre traiter de branleurs à un moment dans le film.

Il y a de séquences sympas, celle du type complètement à l’ouest dans le bar plein de hippies, ou alors la séquence de trip aux effets très simples mais qui donne de façon très réussie la sensation d’être dans un état second.
Mais c’est un peu ça le problème que j’ai : c’est sympa, c’est amusant… mais j’aurais aimé, pour rendre ces flashbacks pertinents, que le film exploite davantage les retours entre le passé et le présent, et que les personnages commentent davantage les évènements avec le recul qu’ils ont maintenant.
Ce que j’ai trouvé "pertinent" par contre, c’est la façon dont sont dépeints les profs, c’est à la fois drôle et réaliste… et sûrement drôle justement car c’est réaliste.
Le prof de maths dit dans sa première scène "Mais t’as compris ? Car l’important c’est pas le résultat, on s’en fout du résultat, l’important c’est le raisonnement". J’ai entendu la phrase en entier mentalement avec que l’acteur ne la finisse, c’est comme si je connaissais déjà la réplique alors que je ne l’avais jamais entendue dans le film… j’ai dû l’entendre dans la vraie vie.
Mais même dans les moments un peu insolites, plus gaguesques (le prof qui gueule pour rien, l’autre qui fait un exercice de détente avant un examen), le sérieux appliqué par les acteurs fait que ça reste crédible.
J’ai été assez étonné que le film cède à des gags plus faciles, moins bien menés, avec le personnage de sourd, le père d’un des héros…
Sinon, la jeunesse des personnages se déroule à une époque où les filles parlent d’émancipation, et tous les étudiants parlent de politique, de manifestations, … des engagements auxquels je suis allergique, d’autant plus qu’ils sortent des grandes phrases dans le vent.

Un film correct.

Deux remarques comme ça, pour finir :
-Un personnage qui fume en classe sans qu’on lui dise rien. WTF ?
-Romain Duris avait vraiment une sale gueule.

Bande-annonce :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Le péril jeune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeune fille cheveux bleus
» Nu d''un jeune homme...
» 20 ans = vieux ou jeune ?
» La Jeune Parque, Paul Valéry
» La jeune fille et ses colombes (texte de Masirène, toile de Shérazade)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films divers-
Sauter vers: