La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Boogie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Boogie   Dim 22 Fév 2015 - 23:59


Fiche du film :
Réalisateur : Gustavo Cova
Scénariste : Marcelo Páez Cubells
Année : 2009
Genre : Animation / Comédie / Action
Acteurs principaux : Pablo Echarri, Nancy Dupláa, Rufino Gallo

Mon avis :
"Boogie" doit bien être le premier film Argentin que je vois. Il faut dire qu'il est rare que la production ciné de ce pays soit distribuée en France, mais là c'est un cas particulier, il s'agit d'un dessin animé en 3D avec pour héros un tueur que l'affiche française décrit comme "sexiste, violent et sadique".
Ca a suffi pour me donner envie.

Première chose qui m'a frappé, l'animation, qui n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais.
Les personnages sont en 2D, dans un style à l'ancienne même si on sent nettement l'animation numérique, mais ils sont placés dans des décors composés soit de textures dégueu, soit de photos auxquelles on a attribué une teinte à vomir, parfois du vert bouteille, d'autres fois du jaune pisseux.
Il y a quelques éléments en 3D, mais texturisés de façon sommaire, le résultat dénotant pas mal avec le reste.
Il y a beaucoup de scènes plongées dans des zones d'ombres, celles-ci étant ajoutées par un layer au-dessus des images ; c'est censé créer une ambiance, je suppose, mais c'est très moche, et souvent ça cache une bonne portion des personnages.
Les mouvements de la "caméra" virtuelle semblent avoir été rajoutés parfois après qu'un action ait été animée, par exemple l'image se secoue n'importe comment quand le héros saute dans les airs, l'effet étant à la fois pauvre et moche.
Un problème qu'on remarque souvent de nos jours avec les films d'action, c'est qu'on ne comprend rien aux scènes d'action justement. Il y a les contraintes liées au réel, le fait qu'on doit masquer l'usage de doublure, le fait qu'on ne puisse exécuter une chorégraphie en un coup, etc. Pour un film d'animation, on croirait qu'il y aurait plus de liberté... mais non, avec Boogie, pour les raisons évoquées jusque là, les scènes d'action sont très brouillonnes.
Bon, au fil du film, je ne sais pas si l’animation s’est améliorée ou si je me suis juste habitué, mais il faut avouer que Boogie n’est pas beau à voir…

Comme je le disais, le film est Argentin, mais comme tout le monde, il cède à l’influence du cinéma US. Boogie n’est pas juste un archétype, c’est un concentré d’archétypes d’anti-héros américains. Il a fait la guerre du Vietnam, mais aussi la guerre du Golfe, il a buté des insurgés en Afrique, etc. Maintenant, il est un tueur à gages craint de tous, exagérément et gratuitement méchant avec n’importe quelle personne qui croise son chemin.
Je pensais que ça me ferait rire, mais en fait j’ai été agacé en même pas 10mn. Le personnage principal est méchant tout à fait gratuitement, il s’attaque par exemple pendant trois plombes à une femme laide, en en faisant des tonnes. Ca n’est pas de l’humour ça ; le personnage est juste méchant, sans qu’aucune de ses remarques n’ait quoi que ce soit de décalé, de… comique, quoi.
Boogie fait appel à la violence pour des raisons absurdes, et là par contre, je ne sais pas trop pourquoi, alors que normalement ça devrait m’amuser, ça ne m’a pas fait rire non plus. Je ne sais pas exactement si c’est en raison du manque de rythme des scènes, d’une constante mollesse (en dépit d’une musique dynamique), ou si les gags ne sont juste pas drôles. Par exemple, quand Boogie, après avoir tiré dans la poitrine d’un type, lui fait un garrot au cou… C’est peut-être trop débile ?
Mais je me suis rendu compte surtout que je n’ai trouvé au héros aucun charisme, il n’est que la caricature d’une caricature.
Les gags sont tellement paresseux, ils en reviennent toujours à la même idée, toute simple. Un chien suit Boogie ? Il l’abat. Un vieux se fâche contre Boogie ? Il le frappe. Un taxi se montre en colère ? Boogie lui balance une grenade. Il n’y a aucune originalité, ça devient vite ennuyeux.
Et pour que le personnage soit drôle, il aurait fallu contrebalancer de temps à autres son sadisme. Mais Boogie est un personnage totalement unilatéral, ça n’a aucun intérêt. J’ai l’impression que le réalisateur n’a pas compris ce qui faisait l’intérêt de personnages comme Marv ou Dirty Harry, deux inspirations évidentes pour Boogie (il cite Harry, et certaines scènes reprennent le style visuel de Sin city). Dans le cas de Dirty Harry par exemple, ce qui est génial, c’est que ses méthodes extrêmes sont justifiées par la finalité. Marv lui est un personnage dont la barbarie est contrebalancée par une part d’humanité, créant un décalage.
Boogie par contre est juste détestable.
Et il croise la route de plusieurs filles qui sont à ses pieds, même s’il reste indifférent ou, pire, veut livrer l’une d’elles à un mafieux voulant la tuer. Au lieu de fuir, la fille essaye de charmer Boogie.
Mais c’est probablement aussi parce que le scénario est paresseux… chose qui est d’autant plus flagrante dans des scènes comme celle où la captive du héros demande "s’il veut que je témoigne, il faut abandonner toutes les charges contre Boogie", ce à quoi l’avocat, comme s’il avait un quelconque pouvoir là-dessus, hésite juste une demie-seconde avant d’accepter.
Et cette scène où Boogie brûle, en live à la TV, un journaliste… il n’y a aucune cohérence.

Je vais être de bonne foi et citer quelques éléments que j’ai appréciés. Boogie, à la base, est une BD qui s’est arrêtée dans les années 90 ; j’aime bien l’idée que dans le film, on confronte le personnage à un ennemi plus jeune, censé le remplacer, qui a une arme évoquant les films de super-héros… dommage que l’idée ne soit pas plus exploitée que ça.
Et il y a trois passages qui m’ont amusé : la scène avec la femme de la ligue contre le cancer, Boogie qui dit qu’il faisait pipi au lit étant gamin car il buvait trop de bières, et Boogie qui, à un mourant qui réclame un médecin, dit "je ne suis pas médecin, je suis celui qui donne du boulot aux médecins".
Ca m’a amusé, c’est tout ; rire, non.
C’est décevant, Boogie aurait pu être un bon délire.

Bande-annonce VOST :

BOOGIE EL ACEITOSO TRAILER 01 VOSTAN par Mister3ZE

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Boogie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Autres déviances et bizarreries-
Sauter vers: