La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Love on delivery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Love on delivery   Dim 25 Jan 2015 - 12:26


Fiche du film :
Réalisateurs : Stephen Chow, Lik-Chi Lee, Siu-Tung Ching
Scénariste : Vincent Kok
Année : 1994
Genre : Comédie
Acteurs principaux : Stephen Chow, Christy Chung, Man Tat Ng

Mon avis :
Love on delivery est une comédie de Stephen Chow pas mal appréciée, d'après ce que j'ai pu voir sur le net. J'avais pas trop apprécié son autre film pré-Shaolin soccer que j'avais vu, God of cookery, qui était trop inégal et trop étrange, mais ses films ont toujours un humour WTF et over-the-top qu'on n'a pas l'occasion de voir ailleurs, donc ça me pousse à continuer à explorer sa filmographie.

Dans Love on delivery, Stephen Chow joue encore le personnage principal, un livreur naïf et lâche, une victime.
Il rencontre une fille qui rêve d'un vrai héros (son idéal semble être Schwarzenegger, ce qui vaut au film une parodie de Terminator), mais pour narguer son professeur d'arts martiaux qui ne cesse de la draguer, elle embrasse le personnage de Chow. Un procédé très classique, pour établir de façon forcée un certain rapport entre deux personnages que tout oppose, et dont le caractère fake continue de m'agacer... Mais bon, à partir de maintenant, je l'ai compris, avec les films de Chow il ne faut pas s'attendre à une bonne caractérisation des personnages. Dans Love on delivery, on se fout de la romance, car elle est complètement bidon. A chaque fois que les deux personnages principaux se croisent, c'est par hasard, et on ne voit jamais de lien se tisser entre eux, leurs scènes ensemble restent très fonctionnelles, pour faire avancer l’intrigue.
Pour conquérir la fille, le héros va chercher l’aide d’un épicier qui se fait passer pour un maître du kung-fu, alors qu’il n’est qu’un escroc. Un escroc qui s’avère être un vrai maître, mais en fait non, mais en fait si !

L’intrigue est un peu bête, mais l’humour, lui, est complètement con.
Il y a des situations vraiment débiles qui font penser à du Benny Hill (et ce n’est pas une bonne chose), comme quand pleins de serveurs se mettent à massacrer une mouche qui était dans la soupe d’un client.
Des fois, les personnages rient juste comme des cons à n’importe quel truc, ce qui donne déjà un côté absurde aux scènes. Et peu après l’intro, Chow filme des gens impressionnés, multipliant les adjectifs pour signifier leur admiration, en dézoomant à partir d’un gros plan sur leur bouche. Ce qui suffit à donner un effet bien débile mais plutôt marrant.
Mais il y a un passage qui m’a vraiment stupéfait, me faisant pousser de longs "whaaat the fuuuck", c’est quand le héros tombe et met sa main dans de la crotte, puis essaye d’éviter de serrer la main de la fille, se prend la tête avec un type qui l’oblige à lui donner des gifles, et finit par se mordre les doigts ! C’est tellement con et ça va si loin que, là, par contre, j’ai trouvé ça désopilant.
Il y a aussi un combat plutôt marquant, puisque le héros porte un masque de Garfield (mais… pourquoi ?). La fille cherchant ensuite qui est son sauveur se retrouve avec une horde de Garfield lui courant après… Juste après, ils sont empilés dans une voiture, et un accident les projette dans les airs, comme dans un cartoon.
L’anime, le cartoon, là encore Stephen Chow en réutilise les codes pour un film en live-action. Il y a un combat vraiment pas mal qui mêle le cartoon à l’exagération des films de kung-fu classique, avec des gens qui passent à travers des murs, ou s’écrasent contre des briques, qui ressortent dans la pièce d’à côté, …
Le combat final se passe dans une roue de loto géante, puisque l’intérieur est ce qui se rapproche le plus d’une échelle, le héros ayant besoin de ça ou d’un escalier pour effectuer son coup spécial.

Vraiment, Love on delivery, quel film ultra-con… mais bon, ça m’a fait marrer, et il y a moins de gags gênants que dans God of cookery.
Par contre je pense qu’à partir de maintenant je vais m’en tenir aux films plus récents de Stephen Chow, son humour post-Shaolin soccer s’est sûrement occidentalisé, et avec ses plus gros budgets je pense qu’il s’appuie plus sur le WTF visuel, avec ses effets spéciaux, que sur de simples gags débiles.

PS : J’ai vu qu’un site vendait une figurine du héros avec sa tenue de combat et son masque de Garfield… ah ouais quand même.

Bande-annonce VOST :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Love on delivery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Autres déviances et bizarreries-
Sauter vers: