La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Brooklyn nine nine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Brooklyn nine nine   Sam 11 Oct 2014 - 16:48


Fiche de la série :
Créateurs : Daniel J. Goor, Michael Schur
Année : 2013
Genre : Comédie
Acteurs principaux : Andy Samberg, Andre Braugher, Joe Lo Truglio, Melissa Fumero

Mon avis :
Brooklyn nine nine avait l'air d'une série bien débile et poussive, mais il y a Andy Samberg des Lonely island dedans, et... voilà.
Et un de mes amis m'en avait parlé, mais lui il aime beaucoup de comédies débiles dans le genre.
Mais bon, j'avais besoin d'un truc pour me faire rire de toute façon...
Je ne savais même pas que le pilote avait été réalisé par Phil Lord et Chris Miller.

Bon, déjà, je sais que c'est une série comique, mais depuis que j'ai vu les trailers, j'avais un léger problème avec le fait qu'une bonne part de l'humour passe par le comportement d'une immaturité démesurée de personnages censés être policiers. Et bien sûr, on veut nous faire croire que le personnage archétypal de branleur cool d'Andy Samberg est malgré tout très bon dans son boulot. Le meilleur de son commissariat, même ! C'est un peu le syndrome "Le flic de Beverly hills", mais au fil des épisodes, je m'y suis fait.
Il y a quand même un panel sympa de personnages variés, même si très classiques par rapport au domaine de la fiction policière : le boss black autoritaire, le garçon manqué, la fille qui veut réussir à tous prix, etc. Il y a quand même quelques détails qui apportent des changements : le fait que ce boss soit gay, le fait que le garçon manqué a quand même une personnalité cool et assez altruiste.
On a un personnage relativement nouveau aussi avec Terry Crews qui joue un ancien badass devenu soft depuis qu’il a deux petites filles.
Il y a une scène pas mal dans l’épisode 3 où chacun cite son film policier favori, et ça correspond à leur personnalité. Rosa, la dure à cuire, qui dit "RoboCop. It has everything I like : gratuitous violence." – "I thought you were making a list ?" – "I was. That’s it."
L’alchimie entre les personnages marche bien, leur personnalité respective est bien utilisée dans les interactions et les situations, et on se retrouve à s’attacher à eux.
Bon par contre, épisode 17, on apprend tout d’un coup que Jake et Gina ont grandi ensemble… Ils n’en ont jamais parlé, mais en parlent comme si c’était déjà su de tous.
A part ça, je trouve ça bien qu’ils aient donné leur chance à des acteurs pas connus pour les rôles principaux, si on excepte Crews et Samberg. Les acteurs sont bons en plus. Joe Lo Truglio, je le voyais toujours dans des rôles de second plan dans les comédies d’Apatow, mais là il se retrouve enfin mis en avant.

Brooklyn nine nine a beau avoir un environnement de série policière, on se fout un peu des enquêtes… même si à quelques occasions il y a des idées (le tire-bouchon magnétique, collé sur la paroi d’un vide-ordures, l’épisode où on a 48h pour trouver des preuves car Peralta a arrêté un type trop précipitamment…)
J’ai été plus intéressé par d’autres enjeux, qui s’étendent sur le long terme : le pari entre Jake et Amy, Charles qui veut sortir avec Rosa, et Jake avec Amy…
Ces histoires de romance, c’est ce qu’il y a de plus simple et de plus utilisé dans les séries pour faire tenir les spectateurs… mais bon, ça marche toujours. Au moins, Brooklyn nine nine fait progresser ces intrigues assez rapidement.
Toujours concernant l’évolution des personnages, j’apprécie l’idée que Jake obtienne des résultats mais manque de rigueur, une qualité qu’essaye de lui imposer son boss, mais au final ça n’est pas une idée plus exploitée que ça. Il aurait fallu montrer une évolution, voir Jake ravaler sa fierté et se rendre à l’évidence que malgré ses bons résultats, il pourrait faire encore mieux.

Concernant l’humour en lui-même, j’ai souri et été amusé plusieurs fois, mais ri qu’à quelques occasions.
J’ai l’impression que peu de gags me resteront en mémoire. Parmi ceux qui sortent du lot :
-La "coroner" (la serveuse d’It’s always sunny in Philadelphia) qui semble aimer ce qui évoque son travail lors de ses rapports sexuels.
-Le gag récurrent dans un des épisodes où les personnages disent ne savoir décrypter le capitaine, avec plusieurs flashbacks l’illustrant, finissant par un personnage qui met le boss hors de lui, mais ne comprend toujours pas le message.
-La discussion sur les plus vieilles personnes qu’ils ont arrêtés. Boyle arrive en disant 68 ans… mais en ayant pris la conversation en cours de route et sans avoir bien compris de quoi il était question.
-Le jeu pour savoir si Scully parle de son chien ou de sa femme, quand il dit ce qu’il a fait avec "Kelly"… une belle idée de gag.

Il y a un épisode qui a la bonne idée de faire débarquer un type qui est l’idole de Jake, qui a écrit un bouquin sur les flics badass des 70’s… et qui s’avère être un ivrogne con et macho.
Et il y a cet excellent épisode, le meilleur de la saison sûrement, où Jake gagne son pari avec Amy, et profite du rencard qu’il a ainsi gagné avec elle pour en faire une énorme blague. Dans un même temps, Boyle prend des médicaments qui semblent avoir pour effet de le rendre ultra sincère… même trop. Les situations qui en découlent sont à la fois drôles, et intéressantes par ce qu’elles révèlent sur les relations entre les personnages.
Il n’y a que deux gags dans cette saison 1 que j’ai trouvé trop bêtes, ce qui est un exploit avec une série de ce type jouant sur l’absurde : Hitchcock qui balance des punaises en guise de confettis, et Jake qui est fier d’avoir cherché sur internet "cheapest date possible" et a emmené une fille une fille à un distributeur de friandises. Ca n’a aucun sens.

Pour le moment je trouve la série juste sympa… mais j’ai quand même assez vite enchaîné les 22 épisodes, et j’ai légèrement hâte de connaître la suite, car je me suis attaché aux personnages et veux savoir ce qui leur arrive.

PS : En guests il y a l’avocat dans It’s always sunny in Philadelphia, Stacy Keach, Patton Oswalt, Craig Robinson, et Adam Sandler qui fait un cameo très amusant, où il annonce un projet de film sur la révolution Russe. "Who does Kevin James play in it ?".


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Brooklyn nine nine   Dim 5 Avr 2015 - 17:41


Ca fait un bon moment que j'avais commencé la saison 2 de Brooklyn nine nine, mais là la série fait une pause et ne revient qu'à la fin du mois, donc j'ai préféré poster ma critique maintenant, sans avoir vu les 3 derniers épisodes pour le moment.
J'avais trouvé la saison 1 sympa, pas dingue mais sympa. J'avais malgré tout envie de voir la suite, je m'étais plutôt attaché aux personnages, et les épisodes s'enchaînaient avec une facilité étonnante.
On m'a aussi dit que la saison 2 était, jusque là, meilleure que la 1, donc je suis passé à ça après Daria (et entretemps j'ai quand même posté sur 2 ou 3 autres séries, comme la saison de BNN était pas finie...)

A la fin de la saison 1, Jake Peralta s'en allait pour enquêter sous couverture. J'ai cru que ça ferait partie des enjeux de la nouvelle saison. Et finalement, c'est expédié en même pas 5mn, pour le que le personnage soit vite de retour parmi les autres. De plus le moment où il est sous couverture est complètement absurde, il est à un mariage de mafieux, tout le monde sait qu'il est un ancien flic, mais ils l'ont accepté parmi eux. Et soudain, des policiers débarquent pour emmener Peralta tandis que les autres se font arrêter. Et aucun des mafieux n'est suspicieux par la suite... C'est complètement ridicule et paresseux...
Et Jake ne retourne sous couverture qu'une fois, le temps de la durée de cet épisode.
En même temps, je n'aurais pas voulu le voir séparé du reste des personnages, mais les scénaristes auraient pu se creuser davantage la tête.
On retrouve les intrigues laissées en suspens, et c’est sympa de voir l’évolution des rapports entre les personnages. Jake évoque de nouveau ce qu’il avait dit à Amy sur ses sentiments pour elle, au cours d’un épisode Terry se met à voir Jake comme un véritable ami et non plus un collègue, et surtout, on apprend que Boyle et Gynna continuent à coucher ensemble… par erreur, avant de devenir sex friends. Alors même que de jour, ils ne se supportent pas. Rosa se montre désormais plus cool avec Boyle, elle l’aide sans demander quoi que ce soit en retour, probablement car elle a pitié de lui.
On découvre aussi un nouveau personnage, une concurrente du capitaine Holt, qui lui en veut depuis des années. C’est un bon apport pour le personnage de Holt que d’avoir un nemesis, qui s’avère être une bonne source de gags. Ils se balancent d’excellentes piques, ça aide à apporter de temps à autre une touche comique dont Holt manquait un peu, tout en gardant son sérieux qui contraste avec les autres personnages.

Les scénaristes ont beau ne pas trop se casser la tête avec les intrigues, Brooklyn nine nine n’en comporte pas moins des gags et des répliques énormes ; j’ai véritablement été frappé dès la reprise de la série par la qualité des gags, très cons mais très drôles. Par exemple, Hoyt qui met ses collègues en situation, en jouant une prostituée en colère ou… un colis abandonné. Ou Hitchcock qui fait du chantage à Boyle pour qu’il le fasse paraître cool.
Et les acteurs sont tous vraiments bons pour la comédie.
Quand les intrigues sont intéressantes, c’est toujours par rapport à une idée comique.
Il y a un épisode qui renvoie à un autre de la saison 1, où, le jour d’Halloween, Jake faisait le pari à Holt de pouvoir lui voler sa médaille. Cette fois, ils font un nouveau pari nécessitant le vol de la montre d’Holt, mais l’intrigue s’avère suffisamment différente, on part dans de nouvelles directions aussi intéressantes que drôles.
Un autre épisode m’a étonné en réunissant pas moins de trois idées d’intrigues assez nouvelles : Diaz qui flashe sur le neveu du capitaine, Terry qui dessine un livre pour ses filles en s’inspirant des gens du boulot, et Jake et Boyle qui restent en planque pendant 8 jours ensemble et finissent par se taper sur les nerfs (ah et on a droit à cette superbe chanson de Boyle, "Stake me out tonight"…)
Il y a même des fois des idées originales sans rapport avec l’univers de la police, comme le "silent disco"… tellement absurde que ça en est brillant.

Brooklyn nine nine est une série qui me fait beaucoup rire par moments, mais qui manque de quelque chose pour être vraiment géniale. Tout s’appuye uniquement sur les gags ; ce qui serait bien, c’est qu’ils forment des équipes de scénaristes, avec certains qui pourraient combiner les gags avec des scénarios plus réfléchis.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Brooklyn nine nine   Mar 12 Mai 2015 - 19:09

J'ai regardé les deux avant-derniers épisodes.
Très bête mais marrant, comme d'hab. Ou marrant mais très bête.
Je crois que ce qui fait fonctionner la série, c'est le rythme auquel s'enchaînent les répliques, les gags, les scènes, et l'enthousiasme des acteurs, qui font passer mêmes les blagues les moins drôles.

Dans le premier des deux épisodes, il y a un principe pas mal : Amy et Jake font équipe avec un détective très efficace d'un autre département, qu'ils cherchent tous deux à impressionner, avec des gimmicks et punchlines dignes des Experts.
Finalement, le type veut inviter Amy à un date une fois l'affaire bouclée, ce qui pose problème à Peralta évidemment.

Par contre, j'ai commencé déjà à être un peu saoulé avec l'autre épisode, car dans chacun, on retrouve des procédés scénaristiques et des tournants vus et revus. Et tout finit toujours bien.
Je pense que je ne regarderai pas la saison 3. C'est drôle oui, mais il y a de meilleures séries à regarder.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Brooklyn nine nine   Lun 18 Mai 2015 - 11:55

Vu le dernier épisode.
Ca me saoule l'histoire entre Jake et Amy, c'est tellement classique, ils s'embrassent car ils sont contraints et passent trois plombes à répéter que c'était "weird" et "awkward", c'est gonflant et ils l'ont déjà répété pleins de fois, qu'il ne faut pas qu'ils soient ensemble, alors qu'on sait très bien que c'est là qu'on veut nous amener.
Par contre, la fin de la saison est assez émouvante, j'arrive pas à comprendre pourquoi je suis touché alors que cette série se prend aussi peu au sérieux. En plus, ce retournement de situation fait très forcé, pour tenir le spectateur jusqu'à la prochaine saison.
Et ce cliffhanger, pfft... J'ai presque envie de continuer avec la saison 3... on verra dans un an.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brooklyn nine nine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brooklyn nine nine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Vachss, Andrew] La sorcière de Brooklyn
» [Chronique] Brooklyn Dreams de De Matteis et Barr
» USN CROISEURS LEGERS CLASSE BROOKLYN
» [2007] Brooklyn Rules
» Un Vampire à Brooklyn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Télévision :: Séries TV-
Sauter vers: