La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Firefly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Firefly   Lun 4 Aoû 2014 - 23:42


Fiche de la série :
Créateur : Joss Whedon
Année : 2002
Genre : Science-fiction
Acteurs principaux : Nathan Fillion, Gina Torres, Alan Tudyk, Morena Baccarin

Mon avis :
On m'a plusieurs fois recommandé Firefly, et j'ai pu constater à de nombreuses occasions comme était appréciée cette série que beaucoup considèrent comme arrêtée trop tôt. Ca ne m'avait pas plus tenté que ça, mais quand il y a deux ou trois conventions de cela, lors d'un blind-test geek, l'un des animateurs s'est arrêté pour recommander avec insistance Firefly, je me suis dit que, bon, ok, j'allais m'y mettre. Ca m'a quand même pris plusieurs mois avant de me lancer...

Comme on me l'a fait remarquer, rares sont les séries de science-fiction, puisque ça requiert des moyens normalement réservés au cinéma. Alors oui Firefly se lance dans les séquences spatiales, les vaisseaux spatiaux et les affrontements au pistolet laser, ... mais les FX, et même l'ambiance générale, avec les éclairages notamment, fait cheap.
Il y a des plans en CGI où on a rajouté une mise au point floue exprès, pour faire "réaliste" je suppose, mais vu qu’on ne voit jamais ça dans des plans normaux, c’est une très mauvaise idée, qui sort davantage de la scène.
En tout cas l’univers s’avérait plutôt intéressant : de la SF avec beaucoup d’éléments puisés dans le western : la musique, les habits, les situations de conflits, et les personnages d’hors-la-loi. C’est un principe un peu random, même si j’aime bien le fait qu’on allie le mythe de la "frontier" (le wild west) avec ce qui est désigné par les américains comme la nouvelle frontière, à s’avoir l’espace.
Whedon a façonné un univers assez unique, avec ses propres conceptions concernant le gouvernement, la religion, la langue… même si parfois ça semble gratuit, comme le fait que tout le monde jure en mandarin, ou un peu flou, comme pour ce qui est des "companions" : en gros, ce sont des escort-girl totalement intégrées à la société, au point qu’elles ont une respectabilité qui s’assimile à celle de gens nobles, ce qui est étrange, et pourtant il y a quand même des gens, comme le héros, Malcolm Reynolds, pour penser que ce ne sont que des prostituées. Dans l’épisode 4, j’ai trouvé très intéressants les dialogues et situations sur le statut social et le fait que Malcolm fasse un boulot illégal mais honnête, à l’inverse d’Inara qui est une "companion" ; tout ce qui est dit est pertinent, alors même que ça ne fait écho à rien de ce qui existe dans le monde réel.
Il y a dans Firefly des dialogues très bien écrits, créant des persos à l’esprit vif.
Malcolm, le "cow-boy" capitaine du vaisseau, est un personnage aux répliques que l’on veut badass, mais je n’ai pas totalement été convaincu par Nathan Fillion. Je ne sais pas pourquoi, à chaque fois que je le vois dans un rôle, je trouve que cet acteur ne colle pas trop (c’est le cas aussi dans Super et Dr Horrible). Le reste de l’équipe ne m’a pas totalement convaincu non plus. Je n’ai pas trop aimé la fille tout le temps enjouée, d’autant plus que l’actrice m’a donné l’impression de se forcer. Il y a la gamine au cerveau fucked up, parfois agaçante.

Le statut d’outlaw des héros est intéressant, ils cherchent à survivre principalement grâce à des activités illégales, mais pas immorales non plus. La plupart du temps il s’agit de trafic de marchandises à bord du vaisseau, le Serenity, mais il arrive que l’équipage en profite pour transporter de simples voyageurs. Enfin non, ça c’est juste dans le premier épisode, dans lequel les nouveaux arrivants sont en fait les personnages permanents de la série, qui nous sont présentés.
Malcom Reynolds est un héros avec un sens moral, mais ce n’est pas non plus le héros dont la justesse parfaite devient une faiblesse (comme Batman). Quand il peut épargner un ennemi, il le fait, mais quand on le menace, par exemple, de le traquer jusqu’à sa mort, il tue l’adversaire, pas de problèmes.
Enfin par contre, dans un autre épisode, il laisse partir un type qui a essayé de le tuer et de le voler, ce que je ne comprends pas du tout… et ce que je comprends encore moins, c’est pourquoi les ennemis, en groupe et armés, se laissent menacer par Malcolm alors qu’il est seul et blessé…
Mais Malcolm n’est pas le seul personnage inconsistant, pour moi c’est surtout flagrant avec Jayne.
Dans l’épisode 6, il y a une scène de pseudo-suspense, où on veut nous faire croire que Jayne veut tuer Malcolm. La scène est au premier degré, mais si Whedon pensait que la scène marcherait ainsi, alors c’est qu’il fait l’aveu d’avoir mal caractérisé le personnage de Jayne. C’est un personnage de brute, mais dont on essaye de montrer qu’il n’est pas méchant dans le fond. Pourtant, dans l’épisode suivant, on apprend que Jayne a fait un coup de gros connard à un ancien partenaire. Et c’est un truc dont on est sûr qu’il ne ferait jamais à un des personnages principaux ; mais pour moi, s’il ne représente pas une menace réelle, c’est surtout parce que j’ai senti que Firefly était le type de série qui ne chamboule pas trop ce qui est établi, aucun des personnages principaux ne va mourir… ça m’a été apparent rien que par le fait que tous les personnages introduits dans l’épisode 1 s’avèrent être ceux qui constituent l’équipe durant toute la série, personne ne part, personne de nouveau ne vient s’ajouter à eux.
La série échoue aussi à nous faire craindre les "reavers", on ne sait ce que c’est mais on nous décrit ça comme le pire des cauchemars, mais à chaque fois les personnages en parlent pendant trois plombes et en font des caisses, alors qu’on ne voit jamais ces ennemis.
J’ai été surpris du coup avec ces sortes de men in black, à la recherche du personnage de River, qui ont ce petit appareil bizarre qui provoque des saignements internes sur leurs victimes. Mais surtout, il y a dans l’épisode 14 un méchant comme on en voit peu, au comportement très étrange déstabilisant, et ainsi très efficacement inquiétant. Jubal Early, qu’il s’appelle… j’aurais aimé que la série continue juste pour le voir plus souvent.
Je trouve aussi que les relations entre les personnages ne fonctionnent pas, il faut voir Zoe emporter son mari et dire à l’intention de Malcolm, de façon pas du tout naturelle, qu’elle doit lui arracher ses vêtements. Je n’ai pas cru à la romance qu’on a essayé d’imposer entre Malcolm et Inara… même si j’ai ressenti la douleur de cette dernière, dans l’avant-dernier épisode…

Ensuite, il y a beaucoup de moments clichés ou prévisibles, mais le plus dérangeant, c’est ces incohérences.
Il y a un épisode où l’équipe doit s’introduire dans un hôpital, c’est du n’importe quoi total, tout du long. Ils vont chercher une ancienne ambulance dans une décharge, avec pour seule justification la réplique "big hospital means big waste". Plus tard, un employé de l’hôpital laisse le doc de l’équipage de Serenity s’occuper d’un patient mourant, alors qu’il aurait pu être n’importe quel inconnu.
Dans un autre épisode, il y a cette scène complètement conne où Malcolm vient dérober un artefact rare, et le propriétaire, qui débarque dans la pièce, est trop occupé à parler à son "épouse" pour se soucier du reste (Malcolm prend l’artefact, il le balance par le vide-ordures, sans problèmes).
Episode 12, là aussi une situation complètement conne : un perso meurt et faillit tuer d’autres gens, parce qu’il a cru être trahi par Malcolm ; ce dernier aurait juste expliqué son plan, rien de cela ne se serait passé. Mais c’est fait exprès pour apporter du drama à la fin, mais du coup c’est forcé…
Pareil pour certains détails de l’univers de SF, j’aime bien certaines choses (les WC et le lavabo rangeables dans un compartiment, la vitre qui sert de devanture à un magasin remplacée par un hologramme, …), mais des fois ça fait forcé : les boules de billard virtuelles, sur une table de billard bien réelle… à quoi ça sert ?!
Concernant l’univers SF, un bon point pour l’absence de bruitages lors de scènes dans l’espace… on voit pas ça si souvent.
La mise en scène est parfois plus soignée que dans la plupart des séries, même si l’originalité ne signifie pas toujours qualité : dans le premier épisode, dans la première scène avec Inara, on a des plans brefs sur elle où elle regarde ailleurs, sans parler, et ce en plein milieu d’un dialogue où elle a la parole. Je n’ai pas compris pourquoi.
Et un autre gros problème de la série, c’est son action vraiment mollassonne, rien qu’avec le pilote j’ai décroché plusieurs fois…

Firefly n’est pas une mauvaise série, mais je la trouve souvent très médiocre, surtout vu tout le bien qu’on en dit. Je lui ai trouvé des qualités quand même, des choses très biens par-ci par-là, du coup sur SensCritique j’ai mis 6/10…
Je pense que je regarderai tout de même le film, Serenity, mais juste pour connaître le destin des personnages.

PS : Mindy Clarke dans l’avant-dernier épisode, fuck yeah ! Par contre, sa mort, nulle et prévisible…


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Firefly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Firefly => Culte !
» [RB Models] -M4 Sherman Firefly 17pdr OQF
» SHERMAN FIREFLY
» Firefly Vc - Mise en peinture
» [2002] Firefly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Télévision :: Séries TV-
Sauter vers: