La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mister Dynamite (Armour of god)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Mister Dynamite (Armour of god)   Dim 13 Jan 2013 - 21:00


Fiche du film :
Réalisateurs : Jackie Chan, Eric Tsang
Scénaristes : Barry Wong, Edward Tang, Cheuk-Hon Szeto, Ken Lowe, Jackie Chan, John Sheppard
Année : 1986
Genre : Action / Aventure / Comédie
Acteurs principaux : Jackie Chan, Alan Tam, Lola Forner

Mon avis :
A ne pas confondre avec ça :
http://www.priceminister.com/offer/buy/63307949/Mister-Dynamite-C-Est-Tout-Bon-C-Est-Tout-Doux-CD-Single.html

Je savais que Jackie Chan avait failli mourir lors du tournage de ce film, il était tombé d'un arbre et s'était gravement blessé à la tête.
Je savais aussi de "Mister Dynamite" que c'était le premier volet de deux films de Jackie Chan qui se la jouent à la Indiana Jones, trimballant son héros dnas divers pays (dont la France, wouh !).
Ca fait presque illusion au début, avec cette tribu qu'on voit vénérer une statue de pierre géante, avec ce découpage qui offre beaucoup de plans différents, et ce héros qui débarque avec ses gadgets (grappin, tyrolienne).
Mais ce qui a dû être un budget important pour cette production Hong-kongaise ne fait pas vraiment le poids avec les films américains qui sont son inspiration. Dans la première séquence, les décors naturels constitués de ruines n’ont pas la splendeur des décors factices d’un blockbuster hollywoodien, les masques tribaux des indigènes font cheap (même si c’est, du coup, sûrement plus réaliste), les cadrages et la mise en scène ne sont pas supers, et il y a pas mal de faux-raccords.
"Mister Dynamite" se distingue par sa tentative pour faire un Indiana Jones comique, et c’est vite WTF. Jackie Chan, aka Asian Hawk, est un chasseur de reliques et de trésors, qu’il revend aux enchères. Dans la séquence d’introduction, après avoir dégommé sans le faire exprès la tête en plastoc d’une statue que vénère toute une tribu, il pose sa propre tête sur le socle et sort un charabia étrange, pour se faire passer pour une divinité qui s’adresse à son peuple. Et ça marche, les indigènes le vénèrent même.
La scène est assez hallucinante, surtout qu’au-début je comprenais pas ce que Jackie cherchait à faire, à faire le guignol en parlant un dialecte inventé.
Et puis, pourquoi il se ramène à ce moment-là précisément ? Il ne pouvait pas attendre un moment où les indigènes ne sont pas en plein acte de vénération devant la statue ?

On ne peut pas dire que ce film (ni les films de Jackie Chan en général, il faut l’avouer) brille par sa logique ou son histoire. On apprend que Jackie, avant d’être aventurier, était dans un groupe de musique ressemblant à des sous-Beatles avec des colliers de fleurs hawaiiens autour du cou, se nommant "The losers", et chantant des trucs du genre "L.O.V.E., love, lalalala"…
C’est ce que nous apprennent des méchants qui compte faire appel au Asian Hawk. Ils sont réunis autour d’une TV diffusant un concert des Losers, et portent de grands imperméables noirs et des sceptres en toc, censés montrer 1) qu’ils sont méchants, 2) qu’ils font sûrement partie d’une confrérie ancestrale. C’est hilarant à voir ; dans des détails pareil, on voit que la volonté du film de reprendre des clichés du cinéma US dépasse ses moyens.
Il y a d’autres ratés techniques, comme ces plans de meutes de chien qu’on entend aboyer… sans qu’à l’image les bêtes ne bougent leur gueule.
Pour ce qui est de l’histoire, on nous parle d’une "armour of god", composé de 5 éléments, qu’un culte maléfique veut réunir pour les détruire et dominer le monde. Le topo habituel, quoi.
Le culte maléfique a enlevé la copine d’un ami de Jackie, pour l’obliger de récupérer les éléments de l’armour of god qui leur manquent en échange de l’otage.
Dans une scène, Jackie et son ami vont rendre visite à un collectionneur qui possède 3 éléments de l’armure. Il refuse de les leur prêter, mais tout d’un coup dans la conversation, il leur propose de leur montrer sa collection. Logique.
Le traitement des relations entre les personnages, ce n’est pas bien mieux. J’ai bien ri quand l’ami de Jackie lui dit qu’il chérit plus leur amitié que sa relation avec la femme qui a été enlevée (qui est l’ex de Jackie, dont il est toujours amoureux d’ailleurs), et dit que du coup il n’est pas sûr de vouloir la sauver. C’est trop con ! En plus on a une musique romantique quand les deux copains se disent des gentillesses et s’enlacent.
Le triangle amoureux formé par les personnages n’est pas traité la plupart du temps, et je pense qu’on aurait pu s’en passer sans problèmes, en imaginant que Jackie a passé l’éponge… mais soudain les scénaristes décident d’aborder ça dans une scène où Jackie choisit de sauver la femme mais pas son ami, et puis ils débattent, et j’ai rien compris de leur logique.
Etant donné qu’il y a une femme qui accompagne Jackie et son ami dans leur quête, à un moment une romance avec le héros se forme, de façon très forcée. Pour pénétrer dans l’antre des méchants, qui une fois par mois ramènent des prostituées avec eux, les deux héros s’habillent comme les membres du culte, tandis que la femme se déguise en pute. Out of nowhere, sur le trajet jusqu’au repaire, Jackie embrasse la femme… juste après lui avoir dit "I’ll teach you how to be a whore" D: !! C’est tellement déplacé…
Vers la fin quand le héros dit "the name of my god is money", on voit qu’ils assument d’avoir un héros pas très moral, mais c’est peu traité, et puis quand même, le fait qu’ils évoquent si souvent des "whores"… Le pire c’est lors du moment romantique (forcé lui aussi) entre May et Jackie, ils s’apprêtent à s’embrasser, et il lui dit un truc du genre "you want to play the whore again ?" !!
C’est insensé.

Pour moi ça s’inscrit dans un sens de l’humour étrange. Comme dans d’autres films de Jackie Chan, il y a un certain humour asiatique qui a de quoi surprendre les occidentaux.
A un moment, tandis que les deux héros pissent, Jackie se retourne pour observer May… et urine sur la jambe de son compagnon. On a aussi une scène devant un restaurant avec un serveur qui est une caricature d’homo.
On retrouve aussi des gags burlesques et des quiproquos comme souvent dans les films de Jackie. Il y a la situation vue et revue (mais bizarrement toujours efficace) du personnage qui veut cacher la présence de quelqu’un d’autre à une autre personne.
J’ai aussi retrouvé un truc que j’avais remarqué dans les Police story : on a ici une scène où des méchants qui tuent pleins de gens, pleins de gardes durant un défilé de mode (pourquoi autant de protection pour un défilé ? je ne sais pas), mais le seul acte de violence sur lequel on insiste, puisqu’on nous le repasse au ralenti, c’est la claque qu’on fout à une femme. Dans les films de Jackie Chan, on sait que les méchants sont vraiment méchants quand ils tapent les femmes.
Dans la même séquence, il y a une autre prise de position intéressante quand on voit un photographe shooter les cadavres… avant qu’un terroriste ne revienne lui shooter dans les yeux. On voit l’objectif de l’appareil photo éclater, touchant le photographe à l’œil droit, puis le verre de lunette de son œil gauche éclate, avec du sang qui coule. Effet très impressionnant.

Qu’est-ce qu’il en est des cascades ? C’est le plus important dans les films de Jackie Chan, et c’est souvent capable de sauver ses films les plus faibles.
Il y a quelques cascades sympa au début, quand Jackie saute par-dessus un socle portant un feu, puis le fait tourner tout en faisant des roulades derrière pour avancer sans être touché par les projectiles des ennemis. Il y a la fameuse cascade du saut depuis un arbre.
Il y a une idée marrante, avec une fausse canette de bière qui contient du gaz aveuglant qui permet au héros d’échapper à ses poursuivants.
Une cascade allie même correctement action et comédie : quand la tribu dévale une pente sur leurs boucliers, à la poursuite de Jackie, et qu’ils s’entrechoquent dans la descente.
Mais tout cela se passe durant la séquence d’intro, et il faudra attendre longtemps avant de revoir des cascades. D’ailleurs, dans cette intro, Jackie ne se bat même pas. Et quand on le verra enfin se battre, c’est plutôt décevant. Il n’y pratiquement rien d’aussi extravagant et impressionnant que d’habitude. Juste une ou deux fois où je me suis dit, pour les cascadeurs jouant les ennemis, "ouh ça fait mal". Et dans un film de Jackie Chan habituel, ça arrive beaucoup plus souvent.
Entretemps, on a des poursuites en voiture, pas très impressionnantes, si ce n’est lorsque les voitures font des sauts particulièrement hauts. Grande utilisation de cartons dans lesquels chutent les cascadeurs…
Il n’y a que deux séquences d’action qui sortent du lot, et elles sont toutes deux à la toute fin.
D’abord, le combat de Jackie contre les 4 femmes noires habillées en cuir. Un peu d’humour, et un peu d’action plus impressionnante.
Ensuite, la scène où Jackie est armée d’une ceinture de dynamite, qui vaut pas tant pour son action que pour son humour, car elle m’a vraiment bien fait rire.

Dans l’ensemble, je suis pas mal déçu. Même quand l’histoire est faible et que les gags ne sont pas drôles, d’habitude dans les films de Jackie, les cascades ne déçoivent pas. Or, ici c’est un peu le cas. On n’a pas la même inventivité et folie que d’habitude, on n’a pas ces cascades qui me laissent bouche bée, avec l’envie de crier "Jackie Chan est le badass ultime !"
Je verrai quand même la suite, Opération condor, et le troisième épisode tout récemment sorti, Armour of god 3 : Chinese zodiac.
Un jour.

Bande-annonce VO :
On voit le plan avec les commandes de la voiture, avec le bouton de turbo. C'est un truc qu'on ne voit qu'une seule fois. Preuve supplémentaire qu'il y a des éléments trop épars et sous-exploités dans ce film.


EDIT :
Issu du trivia d'IMDb :
Citation :
While filming the stunt where he leaps from a wall onto a tree, the branch Jackie Chan grabbed a hold of broke and he hit his head on a rock, nearly killing him and leaving him with a permanent thimble-sized hole on the right side of his head. The fall also left him hard of hearing in one ear.

Citation :
Jackie Chan's hair grows between shots (see goofs). This is because before he made 'Long xiong hu di', his hair was always long, but he cut it for this film. However, after his accident, when he fell from a tree onto rocks nearly killing himself, he considered having long hair to be lucky and grew it again.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Mister Dynamite (Armour of god)   Dim 16 Oct 2016 - 22:58


J'adore Jackie Chan, mais Armour of God a beau figurer parmi ses films les plus appréciés, j'avais été très déçu quand je l'avais vu étant ado, et je crois que je l'ai encore moins aimé en le revoyant tout à l'heure.
A part quelques cascades et une poignée d'idées originales, c'est vraiment mauvais.
Jackie incarne un Indiana Jones asiatique, nommé Asian Hawk, sauf qu'au lieu d'être archéologue, il est... chanteur dans un groupe de pop. Et il faut croire que du jour au lendemain, il a plaqué sa carrière pour partir à la recherche de reliques, qu'il n'offre même pas à des musées mais revend au prix fort à des collectionneurs privés.
C'est déjà moralement douteux, mais en plus le héros se comporte en connard avec un peu tous ceux qu'il croise... à moins qu'il n'ait vraiment aucune aptitude sociale, parce qu’il fait et dit toujours ce qu’il ne faut pas.
Le film débute alors que le héros interrompt un rituel entre indigènes, non pas pour sauver la femme qui est probablement sur le point de se faire sacrifier… mais pour voler une épée ; il pense qu’à son propre profit.
De même, Jackie et son ami hésitent à aller sauver la copine de ce dernier, dont le héros est amoureux, parce qu’ils craignent que ça compromette leur amitié. L’intrigue est vraiment bête : un groupe de terroristes kidnappe la fille pour pousser Jackie à récupérer pour eux les morceaux qu’il leur manque de la fameuse armure du titre.
Et plus on avance dans le film, plus ça devient n’importe quoi ; on découvre en milieu de métrage que les méchants peuvent injecter un sérum qui met quiconque à leur service.

Armour of God est sûrement le plus bis des films de Jackie Chan, les ennemis sont tous droits sortis d’une série Z, c’est des moines avec des maquillages grossiers, de sorte qu’ils aient de gros sourcils maléfiques, et tout le temps vêtus de robes de bure noires, tenant aussi parfois des sceptres kitschs… Autant dire qu’ils ne sont pas discrets quand ils veulent se mêler à la population.
Il y a même un peu de nudité gratuite et de gore, ce qui est très inhabituel pour un film de Jackie, d’autant plus qu’il a réalisé celui-ci lui-même.
C’est mal écrit, pleins d’éléments sont incohérents (le type qui prétend être contre la violence alors qu’il a assommé un homme deux scènes plus tôt), il y a des moments WTF dont on ne sait s’ils sont censés être comiques ou non ("Je vais te montrer comment être une pute"), et des séquences qui ne servent vraiment à rien, comme celle du cauchemar, d’autant plus qu’elle ne dure qu’un instant.
J’ai l’impression qu’après avoir enchaîné les succès (un an avant, il y avait le monumental Police story), Jackie s’est vu allouer de gros budgets sans savoir qu’en faire, concrétisant du coup des idées qui n’ont rien à voir dans le film. Allez, on va transformer la voiture en ersatz de K2000, on va mettre des guépards pour garder le château de tel personnage…
En plus, la réalisation ne suit pas ; par exemple à l’apparition du guépard, on ne voit l’animal qu’en arrière-plan, de loin, si bien que je n’étais pas sûr au début de ce que c’était… alors que, quitte à se payer une bête pareille, autant la mettre en valeur.
Le montage m’a aussi posé problème, il très cut durant certaines séquences, enchaînant les plans et les actions trop vite, quand il n’y a pas carrément des ellipses soudaines.
Les poursuites en voiture, malgré les moyens déployés, font amateur là encore à cause de la mise en scène et du montage : les rampes sont apparentes, on voit les cartons bien disposés en tas pour amortir la chute, …
C’est très surprenant car Armour of God n’est pas la première réalisation de Jackie Chan, et il n’y avait pas de pareils défauts jusque là.

L’humour potache, ça j’y suis plus habitué, mais ici il est particulièrement lourd, on est dans du Max Pécas : Asian Hawk qui pisse sur son pote, le serveur gay caricatural, …
La seule chose qui marche, c’est la séquence de quiproquos à la Vaudeville, comme on en a aussi vu dans Twin dragons ou Le marin des mers de Chine 2 ; ça reste très bête, mais c’est efficace.
Pour ce qui est des cascades, il y en a quelques unes au début pour nous faire patienter, mais il faut attendre 1h environ avant qu’on ait des combats dignes de ce nom (le premier accrochage avec les moines ne compte pas, on ne voit pratiquement rien).
Et là, on retrouve le Jackie qu’on connaît : la chorégraphie est fun et inventive, le rythme excellent, et les cascades bluffantes. D’ailleurs rien qu’en y repensant, j’ai envie de me revoir des extraits de ces prouesses ; même si là encore, le mauvais goût s’invite : Jackie affronte en dernier quatre amazones, dont une série de gros plans détaille le physique en s’attardant entre autres sur les seins… dont une paire que Jackie finit ensuite par frapper des poings…

Je reste stupéfait après avoir revu ce qui est pourtant considéré comme un classique de Jackie. Mais si on est habitués à ses autres films… celui-ci a de quoi troubler, dans le fond et la forme.
Et dire que c'est pour Armour of God que l'acteur a failli mourir !

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Mister Dynamite (Armour of god)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mister Dynamite - Jackie Chan - 1986
» Mister Dynamite:
» Armour of God:Mister Dynamite (1986,Jackie Chan)
» jackie chan
» Mister Dynamite:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films divers-
Sauter vers: