La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Kill zombie

Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 26
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Kill zombie   Dim 20 Mai 2012 - 12:30

Cannes 12 : Kill zombie !


Encore un film de zombies au Marché du film, comme c’est original ! De toute façon c’est un genre qui marche, et j’ai la nette impression que pour qu’un pays se fasse remarquer un minimum à l’internationale, il lui faut son film de zombies. J’ai vu le cubain Juan of the dead plus tôt cette semaine, là c’est le tour des Pays-bas avec un film au titre que je trouvais absurde jusqu’à ce que je voie celui original : Zombibi. Il doit y avoir un jeu de mot dans cette VO, mais pour exporter le film c’est sûr que Kill zombie c’est déjà mieux.
Je n’en avais jamais entendu parler avant de voir l’affiche au marché. Le maquillage d’un des zombies sur une photo au verso du feuillet du film m’a rendu suspicieux, mais apparemment Fangoria a dit que c’était le meilleur film de zombies de 2012. Alors dans ce cas-là… (même si je ne sais plus ce qu’on a eu cette année, comme film de zombies).

La comédie avec des morts-vivants est à la mode maintenant depuis Shaun of the dead, et le film d’Edgar Wright a sans nul doute servi d’inspiration au réalisateur de Kill zombie (comme pour celui de Zombieland, qui l’a avoué clairement). Il est question d’Aziz, un loser avec un job qui lui déplaît (dans un open space, à la Fight club), qui traîne un acolyte un peu lourd qui, selon lui, le ralentit dans son avancée (c’est lui qui le dit à la fin, mais ça n’est pas du tout perçu dans le film), et qui, une fois l’invasion des zombies lancée, va tenter de rejoindre la femme qu’il désire.
Jusque là, l’originalité vient chez les personnages vient du fait que les héros sont des Marocains. Je dois dire que j’ai jamais vu de héros Marocain dans un film de zombie, ça c’est vrai ; je le dirai à un ami de cette nationalité, il sera probablement ravi.
Le personnage du frère du héros est une caricature du fêtard, décrit sans aucune finesse : il appelle plusieurs fois Aziz à son boulot pour l’inviter à une fête où il s’empare d’un cocktail à une femme qu’il appelle "bitch" au passage.
Les deux larrons seront rejoints par des caricatures de gangstas, chez qui en fait le réalisateur ne cherche une originalité qui ne se manifeste qu’en surface, puisque les personnages ont le look et un peu de l’attitude des gangstas, mais dans le fond ne font rien digne d’un wannabe-Tony Montana (Scarface est cité gratuitement, et ce n’est pas en émettant une critique par rapport à ça par un autre personnage que la pilule passe mieux), puisqu’ils n’émettent que des menaces de pacotille et ne passent jamais à l’action, de sorte à arranger le scénario pour qu’ils puissent plus tard devenir les compagnons de route des héros. Dans la vraie vie, ils se seraient au moins frappés un minimum au lieu de s’en tenir aux menaces imagées mais non vulgaires ; je ne crois pas en ces bad boys qui se bagarrent assez pour aller en prison mais qui, une fois libérés et face à leurs adversaires, ne font rien, si ce n’est assurer un rôle comique.
Evidemment les personnages sont sans profondeurs, et lors du passage apparemment obligé par la case "moment émotion car mon meilleur pote s’est fait mordre par un zombie", aucune émotion ne passe.
Du côté des personnages, le plus intéressant concerne certains secondaires. Une des trouvailles sympas du film est le militaire Russe badass surnommé "Mad Dog", assez drôle. Et le fait que la femme à sauver se révèle être une salope est pas mal aussi.

Le film ne montre autrement aucune originalité dans son intrigue, si l’on excepte quelques détails, et cède très vite à la facilité, avec une écriture assez bâclée.
Ca se voit surtout lors de cette explication grotesque sur l’origine de l’épidémie : un journaliste évoque "the satellite" (ah, on est censés savoir lequel, il n’en existe qu’un ?), et le "green slime" qui en sort. C’est sûr que ça fait pas bien pro, ni très crédible. Autant ne rien aborder de l’origine de l’invasion, si on n’est pas capable de le faire correctement.
La logique des personnages est ultra-simplifiée : en gros, "armons-nous et affrontons des zombies pour paraître bien devant les meufs et la TV". Sauver une femme par contre, ça, non, au début ils veulent pas.
Des raccourcis scénaristiques mènent à des moments irréels : les personnages se battent pour savoir quelle voiture prendre, entre une BMW et je ne sais plus quelle voiture de luxe, jusqu’à ce qu’ils voient une limousine. Et tous ces véhicules sont censés se trouver réunis à une même station service déserte…
Presque inévitablement, il y a des scènes prévisibles, dont une qui rappelle beaucoup un certain moment de Pulp fiction (c’est surtout ça qui fait que c’est prévisible, en fait, car même le plan est similaire), et des facilités dans les gags du film.
Comme dans 80% des comédies avec des zombies, on a la blague traditionnelle sur Michael Jackson et Thriller, disposée ici de la façon la plus simple possible : "it looks like a Michael Jackson video !"…
On retrouve aussi par exemple ce gag antédiluvien du personnage qui balance un objet hors-champ qu’on entend s’écraser, accompagné du cri d’un chat. Ce gag fait sourire des 258 premières fois, mais après… Et en parlant de bruitage ré-ré-entendu et ré-ré-ré-entendu, on nous fait l’affront de placer un cri Wilhelm… Le monteur a dû puiser dans les banques de sons, et faire pareil avec la musique, probablement libre de droit, tant elle fait penser à toutes ces musiques qui donnent un air décalé, un peu burlesque, à n’importe quelle scène dans lesquelles elles sont placées. Ouais, ces musiques nazes là…

Là où le film m’a surpris, c’est dans ses FX dans l’ensemble bien fichus. Les immeubles détruits numériquement sont crédibles, et autrement Kill zombie semble avoir eu assez de budget pour se fournir en décors dévastés où jonchent des objets démolis. Pour les zombies, par ailleurs, je pense qu’on a fait appel à des fans, du moins c’est ce que le t-shirt Night of the living dead chez un des figurants me fait imaginer.
Les images par ordinateur servent aussi à créer des effets rappelant ceux de Zombieland.
Concernant les CGI des hélicos, même si on sent le fake en regardant bien, ils sont pas trop mal ; c’est dans les effets gores de têtes explosées et dans la création de faux slime numérique que les trucages par ordinateur montrent leurs faiblesses. Effectivement, les zombies, contaminés par un produit vert, crachent du slime vert quand on les frappe, ce qui est un peu rigolo… mais qui pose un problème de logique quand on voit les héros finir par en être recouverts sans craindre pour leur vie.

Je critique pas mal, car Kill zombie n’est pas un bon film, mais ça se laisse regarder sans trop d’ennui. Mais vraiment, le film ne montre pratiquement pas d’originalité, et contrairement à ce que doit croire le scénariste, ce n’est pas avec quelques petites idées qui, au final, relèvent du détail, que ça va changer les choses.
Il faut encore que les bonnes idées ne soient pas sabotées. Au début de l’invasion, il y a cette grand-mère en fauteuil roulant, j’ai trouvé ça amusant. Dommage qu’après, l’idée du zombie infirme soit abandonné, et que la vieille femme marche normalement. Pourquoi ne s’était-elle pas levé dès le début, d’ailleurs ?
Ah, et maintenant que j’y pense, il y avait déjà un zombie en fauteuil roulant dans Shaun of the dead.
C’est triste…

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Kill zombie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Zombies-
Sauter vers: