La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rec 3 : Genesis

Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 26
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Rec 3 : Genesis   Mar 3 Avr 2012 - 21:42


Fiche du film :
Réalisateur : Paco Plaza
Scénaristes : Paco Plaza, Luiso Berdejo
Année : 2012
Genre : Horreur / Comédie
Acteurs principaux : Leticia Dolera, Diego Martín, Ismael Martínez, Javier Botet
Résumé : Le mariage de Clara et Koldo se voit gâché par une attaque d'infectés. Le couple est séparé, mais fait tout pour se retrouver, malgré les invités devenus des démons enragés.


Hell yeah !
Mon avis :
Ma première rencontre avec Rec 3 dont je me souvienne, c'était au Marché du film, avec l'affiche préliminaire, il y a presque un an maintenant. Rec 1 était bien, Rec 2 était une bonne suite, mais continuer la saga en revenant aux origines comme le laissait penser le titre, je trouvais ça vain, et me demandais déjà quand ça allait s'arrêter. Je crois que je savais que le 4 était déjà prévu, à l'époque.
Plus récemment, quand le premier trailer est sorti, j'ai ri (en mal) de cet effet trop pourri de montage à un moment, avant d'être conquis par les derniers plans.
Mariée+tronçonneuse = winning. Et j'étais déjà fan de la réplique "Hoy es mi dia".
Avant-première à UGC ce soir, un jour avant la sortie, ce qui n'est pas le mieux, mais il y avait le réal et l'actrice. Ils n'ont pas dit grand chose, mais c'était déjà mieux que lors de la projection d'American reunion étant donné que les deux invités d'aujourd'hui semblaient plus chaleureux et sympathiques. Ils ont parlé un peu plus du film, et le réalisateur avait fait l'effort de rédiger une présentation en français, n'étant pas aussi doué dans notre langue que l'actrice.

Dans Rec 3, on se retrouve dans la même temporalité que le premier film de la trilogie, mais le "Genesis" ne signifie pas qu'on nous éclaire davantage sur les origines de l'infection. M'en fiche, en fait, car c'est vraiment pas ma préoccupation. En fait le titre est presque trompeur, faisant surtout référence aux écrits Bibliques dont parle un personnage de prêtre. Le titre du 4ème film, "Apocalypse", prend donc tout son sens.
Le film se démarque des autres en n'étant en caméra portée qu'au début. Tant mieux, car ça commençait à me saouler au début du film, avec ces coups sur le micro de la caméra, ces tremblements, ... Plus tard dans le film, le réalisateur fait un peu d'expérimentation rapport à ce support d'enregistrement d'images, jouant avec les coups donnés dans l'appareil, le son et l'image qui connaissent des problèmes, ... mais ça ne pouvait pas durer longtemps ainsi. Le son était trop fort dans la salle aussi, ça joue, rendant l'expérience presque désagréable.
Le réalisateur Paco Plaza a heureusement pris conscience de l’effet que peut avoir le procédé de la caméra portée sur les spectateurs, surtout maintenant, après que tant de films en aient abusé, et a dû comprendre aussi que pour l’épisode 3 de Rec il fallait changer.
Il se moque d’ailleurs de cet effet, via un personnage qui vante les mérites de son steadycam et fait comprendre que la petite caméra tenue au poing, c’est dépassé. Il n’arrête pas, au passage, de citer le cinéma-vérité et Dziga Vertov, ce qui n’a fait rire je crois que les étudiants d’école de ciné parmi lesquels j’étais (cf projection de X-men first class dans le même ciné, wink wink).
On ne reviendra à la caméra portée que quelques fois, et les excuses trouvées pour cela sont plutôt amusantes, ça relève de l’allusion qui crée une certaine complicité avec les spectateurs.
Le caméraman explique qu’avec son équipement, on a un rendu ciné, ce qui sous-entend que Rec 1 et 2, ce n’en était pas. Ca se tient, si on interprète ça comme une allusion à l’envie de "réalisme" des deux premiers épisodes, alors que celui-ci part dans un délire qui ne peut relever que de la fiction.

Paco Plaza, séparé de l’autre réalisateur des deux premiers films, Jaume Balaguero, a voulu partir dans quelque chose de plus fun et décomplexé, et non plus un produit de terreur pure.
C’est ainsi qu’on croise des personnages atypiques tels que John l’éponge et le contrôleur, et que l’on voit des personnages en armure pour affronter les infectés. Ceux qui avaient vu les bandes-annonces devaient savoir à quoi s’attendre.
Je pense que si ce film n’avait pas été le troisième épisode d’une franchise reconnue, il n’aurait pas pu être fait dans la même façon, et n’aurait pas été aussi distribué, tant on voit là un gros délire du réalisateur qui aurait pu connaître plus d’embûches dans sa conception. A moins qu’on soit Tarantino ou Robert Rodriguez.
Malgré son niveau de démence plus élevé que la moyenne des films, je juge que Rec 3 ne va pas assez loin dans son trip, justement. Je n’ai même pas trouvé que le réalisateur avait réussi à rendre la violence fun, alors que c’est clairement l’intention. Au contraire, à chaque fois, j’y ai vu une gravité peu réconfortante. Peut-être, encore une fois, que c’était le son de la salle de ciné qui me gênait, rendant les bruits des coups désagréables.
Le film a quand même, selon moi, un problème de ton, ne sachant pas sur quel pied danser entre sérieux et comique. Et pourtant, des deux côtés, il y a de bonnes idées, aussi bien scénaristiques que visuelles.

Après, le film comporte aussi nombre d’autres défauts, certains relatifs à son statut de film d’horreur moderne.
Dans les banalités du genre horrifique, on a droit à quelques jumpscares pourris (pardon, pléonasme), et un "gag" qui repose sur le fait qu'un personnage s'acharne sur un ennemi, trop vu encore faire de l'effet. En plus tout le massacre sa passe hors-champ.
Il y a un manque de subtilité qui passe par le fait qu’un invité parle d’une morsure au bras en début de film, ou cette hyper-insistance dans certains plans sur l’épée dont va forcément s’emparer un personnage.
Le film a un problème avec une prévisibilité trop grande, ouais, par moments.
On a également un manque de constance dans la caractérisation des zombies : ils sont vifs ou ils sont lents, mais il faut se décider ; ne pas les faire courir à des moments et bouger au ralenti voire s’immobiliser complètement à d’autres, et ne pas montrer pleins d’ennemis taper sur une vitre sans jamais la casser puis plus tard une seule d’entres eux arriver à traverser une fenêtre d’un coup.

Dommage, au moins ça aurait pu être un film fun s’il s’était assumé complètement. Je sors de Rec 3 partagé et insatisfait.
Je sais pas ce qu’ils vont pouvoir faire du 4.

PS : L'actrice principal a de très beaux yeux. Qui ne sont pas assez mis en valeur sur l'affiche ci-dessus.

Bande-annonce VO :

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Rec 3 : Genesis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Zombies-
Sauter vers: