La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rush hour (Jackie Chan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Rush hour (Jackie Chan)   Mar 31 Jan 2012 - 22:10


Fiche du film :
Réalisateur : Brett Ratner
Scénaristes : Ross LaManna, Jim Kouf
Année : 1998
Genre : Action / Comédie
Acteurs principaux : Jackie Chan, Chris Tucker, Ken Leung, Tzi Ma, Tom Wilkinson
Résumé : Quelques mois après son arrivé aux Etats-Unis, un consul chinois voit sa fille se faire enlever pour une rançon de 50 millions de dollars. Il fait venir un de ses hommes sur le territoire Américain, mais le FBI voulant se débarasser de lui, ils lui confient comme coéquipier un policier de Los Angeles dont ils ne veulent pas non plus dans leurs pattes, pour le tenir à l'écart.

Mon avis :
Ca faisait un moment que je l'avais dans mes DVD celui-là, plusieurs mois, et je ne l'avais toujours pas regardé, alors que ça doit être un des plus simples à voir dans le sens où il n'y a pas du tout à se prendre la tête, au contraire.
Je l'avais acheté parce qu'il y Jackie Chan dedans et... c'est tout. Jackie Chan, voilà quoi, pas besoin d'en dire plus.
J'avais vu Rush hour 2, et pourtant jamais le 1, qui avait l'air fun aussi.
Quand je l'ai démarré, je me suis dit que ce serait le premier film de Jackie Chan que je verrais en cette année scolaire où je me prends à sur-analyser tout, guetter les faux-raccords, les changements de mise au point, etc...
Finalement j'ai regardé ça de façon posée, sans prendre de notes ni vraiment faire attention à la mise en scène, ou juste quelques fois.
Enfin par "mise en scène" je parle de la technique surtout, parce que le réalisateur Brett Ratner est en fait ce bouffon qui a dit que les répétitions c'est pour les "fags", alors côté mise en scène, hein...

"Quand les poings les plus rapides de l'Est rencontrent la plus grande gueule de l'Ouest" nous indique le slogan.
"Grande gueule", ça va parfaitement au personnage de Chris Tucker. Pour Jackie Chan, faudrait parler de "ultimate badass", m'enfin ça aurait moins marché pour l'accroche. Qui est assez nulle, quand même.
Bon en tout cas ça résume bien ce le film tout simple, qui est un buddy movie tout à fait typique avec deux mecs complètement différents obligés de faire équipe alors qu'ils ne le veulent pas, et qui finalement deviennent plutôt complices après des débuts difficiles.
Chris Tucker est un black qui affirme son appartenance à la communauté afro-américaine par sa musique, son attitude, et son usage du mot "black" ou "nigger". C'est une grande gueule, décidément c'est le terme, le genre comique full of shit vulgaire, qui parle trop fort et se vante sans cesse. Qui danse régulièrement, quand il conduit, quand il doit surveiller un lieu, ou après avoir fait sauter une voiture.
Il ne peut pas s'empêcher de blaguer, même dans des moments délicats, et il y a beau y avoir une musique à suspense car en face on a un méchant monsieur, c'est toujours le Chris Tucker show, qui gueule et qui blague avec sa voix de fausset.
On ne croit décidément pas que ce type est un policier qualifié, qui peut se montrer un peu compétent lors de certaines scènes.
Il m’aurait saoulé à force si le film n’avait tourné qu’autour de lui, mais heureusement qu’il y a Jackie Chan, qui permet de partager le temps de présence à l’écran, et qui vient créer un duo comique tout ce qu’il y a de plus simple mais sympa. J’ai même ri, aux éclats parfois.
Jackie joue l’asiatique de service nommé Lee qui supporte aux débuts les blagues racistes de Tucker. Il nous parle de déshonneur et tout, c’est limite cliché.
En tout cas ce qu’il apporte, en plus d’une contrepoint avec le personnage du black, c’est surtout son savoir-faire en arts martiaux.
Jackie Chan demeure un putain de badass qui mène des combats superbement chorégraphiés et qui virevolte incroyablement en se servant toujours de façon originale du décor et des objets autour.
Jackie Chan est Jackie Chan quoi. Pas besoin d’en dire plus.
On ne voit pas tellement la relation entre les deux protagonistes évoluer, mais on a déjà le temps au moins de voir un échange entre eux (v’voyez, contrairement à ce film français récent totalement merdique avec deux mecs intouchables et un échange unilatéral).

L’histoire ne va pas beaucoup plus loin que l’association de ces deux personnages. Ils vont d’un lieu à un autre en se faisant succéder les fails contre le grand méchant, mais en nous fournissant le quota de blagues+bastons, jusqu’au moment où les scénaristes se sont dit qu’on ne pouvait plus déconner avec le bad guy plus longtemps, déjà qu’il a menacé 3 fois de tuer son otage… à un moment il va le faire. Donc les deux gentils zigotos vont au lieu final, bastons+blagues, et win.
Le seul "rebondissement", c’est quand on apprend qu’un des gentils est le méchant, m’enfin bon, rien d’original.
Faut pas s’en étonner, mais le film se montre aussi lourd dans ce qu’il veut signifier. Quand Tucker se fait avoir, on a une scène où on croirait que tous les policiers du poste se sont réunis autour du téléphone pour se moquer de lui. Quand Tucker arrête de faire semblant de menacer un truand après que Chan ait quitté la pièce, il demande au type où il l’était l’autre jour, quand il ne l’a pas vu à l’église… carrément quoi, direct, l’église, sérieusement…
N’ayant pas trop fait gaffe, il n’y a qu’une grosse erreur que j’ai remarqué : que Tucker puisse se barrer si facilement de l’expo à la fin sans que personne ne le voie, alors qu’il est quand même celui qui a fait croire à une alerte à la bombe il y a quelques minutes plus tôt, compromettant ainsi le plan du méchant.
Dans les bonnes idées… pas grand-chose qui sorte vraiment de l’ordinaire en fait.
Il y a un set-up/pay-off qui a marché pour moi, quand on voit la collègue de Tucker échouer à son entraînement pour désamorcer une bombe, et que ça lui revient plus tard… J’avais pas vu ça venir, mais j’avoue que j’aurais dû.
Après, à part les idées astucieuses dans les combats de Jackie Chan, permettant de montrer une fois encore l’étendue de ses talents avec n’importe quelle situation ou accessoires, je ne vois pas. Dans le genre, la scène où le personnage de Jackie doit se battre tout en essayant d’éviter que d’anciens artefacts chinois se cassent, de façon qui m’a rappelé des cartoons de ce cher Tex Avery.

Voilà, mais Rush hour remplit très bien son rôle de divertissement qui mêle action et humour. J’ai ri, j’ai été impressionné par les prouesses de Jackie Chan, je n’en demande pas tellement plus.
Je crois que prochainement je me mettrai à Police story, là-aussi j’ai vu le 2 mais pas encore le 1.

Bande-annonce VF :

Bande annonce rush hour VF par cityofstars

_________________




Dernière édition par Fry3000 le Dim 12 Juin 2016 - 22:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Rush hour (Jackie Chan)   Mer 8 Juin 2016 - 12:48

Dans les bonus du DVD anglais de Soif de justice (Wheels on meals), il y a une interview de Brett Ratner ; je me demandais ce qu'il foutait là, parce que même si les deux premiers Rush hour sont divertissants, ce type est un mauvais réalisateur.
Mais je suis un peu plus en paix avec lui maintenant que je l'ai vu parler de son engouement pour les films de Jackie Chan... même s'il reste un mauvais réal !
Il raconte avoir grandi avec les films d'arts martiaux, et avoir adoré Bruce Lee, avant de passer à Jackie Chan. C'est lui qui a eu l'idée d'allier l'humour verbal de Tucker à celui plus physique de Chan. Il l'a rencontré en Afrique du Sud pour lui parler de son projet de film, et comme il le raconte, la différence avec les autres réals américains avec qui Jackie a bossé, c'est que lui connaissait ses anciens films et comprenait sa façon de travailler. Du coup, il lui a laissé s'occuper des combats, et a cherché avec lui à faire référence à des éléments de ses autres films.
C'est vrai qu'après tout, Rush hour est le film américain qui a vraiment fait connaître Jackie Chan aux USA, et c'est grâce à Brett Ratner...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Rush hour (Jackie Chan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heure limite 4 (Rush hour 4)
» jackie chan my story avec la video
» jackie chan
» Rush Hour 3:
» Jackie Chan Stuntmaster

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Cinéma :: Films divers-
Sauter vers: