La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mythologies (Roland Barthes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Mythologies (Roland Barthes)   Lun 23 Mai 2011 - 15:56


Fiche du livre :
Auteur : Roland Barthes
Année : 1956

Mon avis :
Roland Barthes m'était totalement inconnu, certains profs l'ont évoqué cette année, et en cours de Faits divers (apparu au second trimestre) plus précisément on nous a donné un descriptif d'un devoir à rendre pour la fin de l'année, ce qui signifie maintenant "pour la semaine prochaine" : écrire un texte à la façon de Roland Barthes avec ses mythologies.
Notre enseignant avait évoqué le projet, Barthes décryptant ce qu'il considère comme des mythes modernes, et il nous avait citer quelques sujets : les jouets, le steak et les frites, le strip-tease, le catch, les martiens, etc...
Ca avait l'air passionnant, la lecture du texte sur Les jouets me faisait prévoir une oeuvre pertinente et facile d'accès... mais ce n'était là que le texte le plus simple de l'ouvrage, et j'ai déjà eu plus de mal à la lecture du mythe du steak-frites.

Une fois avoir amorcé la lecture de moi-même, ayant acheté l'oeuvre, c'est par le premier texte, celui sur le catch, que je débute vraiment mon entrée dans l'oeuvre... finalement très complexe. "Le monde où l'on catche" n'était pourtant pas le plus dense, comme j'allais le découvrir plus tard. Il est long par contre, Barthes traînant, ressassant un peu les mêmes idées, pour quelque chose qui pouvait être formulée finalement de façon beaucoup plus simple qu'il ne le faisait. Il en arrivait finalement à l'affirmation que le catch était la version moderne de l'art du théâtre antique... il aurait pu argumenter entre 15 pages, je pense que j'aurais pas été plus convaincu ; c'est vraiment trop exagéré.
Heureusement ce texte est à part, et juste après celui-ci j'ai pu remarquer une évolution positive aussi bien dans la construction, épurée, que dans ses propos, moins farfelus.

Je dois tout de même avouer que pour la plupart des textes, j'ai encore eu du mal à la lecture, pouvant rester plusieurs minutes sur une même page avant de comprendre ce qu'il voulait dire. Il est arrivé aussi que le sens d'une phrase de prime abord incompréhensible soit explicité par celle qui suivait...
Roland Barthes peut donc être considéré comme compliqué, quoique je le comprend dans sa démarche : à mon avis il ne peut s'empêcher de rédiger ainsi pour articuler ses pensées, se comprenant lui-même avant que le lecteur ne puisse le comprendre.
Il y a donc des textes où j'ai abandonné, soit parce que je suis trop sot, soit parce qu'ils se réfèrent à des sujets qui ne sont pas d'actualités, des évènements et personnes suit ne sont plus connues de nos jours. Il lui arrive de faire des textes seulement sur un film, mais là encore ce sont des films qui n'ont pas traversé les années, bien que je me doute qu'il ait du choisir des oeuvres populaires pour l'époque.

Je pensais par ailleurs faire moi-même ma rédaction mythologique sur la fin de Pretty in pink et Breakfast club, mais ça ne convenait pas, et le prof m'a décrit l'oeuvre de Barthes de façon très simple et très juste au vu de ce que j'ai lu : comment est-ce qu'un sujet précis dit quelque chose sur notre société ?
Et c'est en effet le point commun entre ses sujets : en observant comment ils sont, il nous dit ce que ça nous dit sur la société qui les perçoit et les assimile, ou plutôt comment ces sujets répondent à ce que la société a d'assimilé, ce qu'elle attend de quelque chose. Par exemple : il désigne un film sur Cesar qui s'adapte à la vision qu'a notre monde de la façon dont était présentés les Romains, et ce que cela signifie sur notre société.
Je n'ai donc pas tout compris, d'autres fois j'ai fait des efforts, parfois il n'y en avait pas même besoin (et c'est pour ça que j'ai retenu plus que les autres le texte sur les jouets), mais quand je saisissais le propos, je dois avouer qu'il était particulièrement pertinent et d'une clairvoyance inouïe, Barthes démontant régulièrement ce qui est accepté par notre société alors que ça ne devrait pas l'être.

Alors évidemment c'est bon, voire excellent à certains passages, mais trop dense pour moi. Et je sais pas si le relire dans des années arrangerait les choses.

EDIT : J'ai relu quelques mythologies aujourd'hui. Dans le cas des Romains, en sachant où l'auteur voulait en venir, c'était plus simple à lire, car plus compréhensible rapidement.
Sinon je suis en désaccord avec ce que j'ai lu sur les Martiens : il n'est pas obligé que leur monde soit exactement similaire au notre pour en être arrivé eux aussi à l'architecture, et comment auraient-ils progressé technologiquement pour créer la soucoupe volante si leur monde était la copie exacte de la Terre ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
 
Mythologies (Roland Barthes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Roland Barthes
» Le Plaisir du Texte (Roland Barthes)
» Albi 2 autres vues
» A demain
» Respirer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Discussions :: Livres-
Sauter vers: