La Crypte

Zombies, horreur, SF. Et cinéma en tous genres.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Sam 26 Mar 2011 - 22:58


Fiche du livre :
Auteurs : H.P. Lovecraft, C.A. Smith, R.E. Howard, F.B. Long, A. Derleth, Robert Bloch
Année de parution : 1989

Mon avis :
Je m'étais dit depuis un moment que je devais lire du Lovecraft, avant tout les bases du mythes de Cthulhu pour ne pas être trop naze dans l'univers du fantastique, en incluant ce morceau de littérature crucial de le genre. Je m'étais dit qu'au pire je lirais Dagon, mais j'ai pu trouver "L'appel de Cthulhu" qui est, comme je l'ai découvert après des recherches sur internet, le premier récit de Lovecraft qui parle de Cthulhu. Nhoj est censé être le spécialiste (mais en fait il l'a pas lu, bouh !), mais il m'a répondu qu'il fallait lire toute l'oeuvre de l'auteur comme un groupe d'un même mythe, sans vraiment de début. Ca n'empêche que "L'appel de Cthulhu" est le premier à évoquer le Grand Ancien !

Je pensais que c'était tout un roman mais en fait c'est une nouvelle, donc dans ce topic je vais parler avant tout de l'histoire nommée L'appel de Cthulhu mais aussi les récits qui l'accompagnent et qui sont d'auteurs différents. Dommage que ce soient pas d'autres Lovecraft, mais il semblerait que l'ouvrage que je me suis acheté ait favorisé les dérivations du mythe plutôt qu'un auteur unique.

L'appel de Cthulhu, H.P. Lovecraft, 1926
Après avoir lu la préface de A. Derleth qui présente un nouvel univers s'ouvrant à moi, extrêmement vaste et dont je ne pouvais retenir tous les noms alambiqués de dieu, je pénétrais vraiment au coeur dy mythe par le récit fondateur.
C'est écrit sous la forme d'un journal avec en lui-même la mise en abyme, par des citations ou des paroles/écritures rapportées, d'autres journaux. Le procédé rappelle Dracula de Bram Stoker, sauf que ce dernier m'avait terriblement ennuyé, voilà déjà la distinction que je fais.
Je suppose que la réputation du mythe de Cthulhu y est pour quelque chose dans mon engouement à la lecture de cette première histoire, mais cela ne suffit pas à expliquer la fascination que j'ai eu à la lecture. Lovecraft a un style à la qualité indéniable ; il use d'abord de phrases recherchées mais au sens limpide afin de donner l'impression de pensées profondes décrivant une vision savante des secrets cachés de notre monde, puis évoque les faits sur lesquels reposent son intrigue avec des détails si précis que ça en devient crédible. D'après ce que j'ai lu dans la préface, des gens ont même cru à une édition du Necronomicon, au point de le demander en librairie.

La structure de l'histoire n'est pourtant pas si extraordinaire : on lit en fait le journal d'un homme enquètant sur un mystère dans un monde occulte qui lui est totalement inconnu, il se rend compte de choses bizarres au fur et à mesure qu'il se documente, et ces infos qu'ils récoltent servent à bâtir un mystère énorme. Ce procédé de préparation à quelque chose d'immense est assez courant, mais ça marche ici aussi, et les descriptions de Lovecraft sont à chaque fois fascinantes. La façon dont il décrit ses visions d'un monde autre où Cthulhu est perçu à travers des rêves d'artistes troublés est imposante.
Lovecraft a un don pour faire des emphases qui grossissent des faits qui, de nos jours du moins, ne sont pas si terribles que ça. Il décrit des rites sataniques qui paraissent bien pauvres par rapport à ce que j'ai vu depuis au cinéma, mais qui à l'époque ont peut être choqué. En tout cas je peux comprendre que les personnages ayant assisté au terrible spectacle se soient sentis mal ; en sachant à quelle époque ça a été écrit je me suis prêté au jeu, et quoiqu'il en soit l'écriture en fait tellement pour donner de l'ampleur aux faits que je veux bien y croire.

Là où c'est plus innovant par contre, c'est dans la description de l'île où repose Cthulhu dans son tombeau. Lovecraft imagine un lieu qui se fout des règles physiques logiques des humains et se permet des bâtiments qui ont une forme et un angle de positionnement différent selon d'où on les regarde. C'est assez fou.
En général je n'aime pas quand on en fait des tonnes pour quelque chose qu'on ne voit pas, et je ne parle pas tellement de l'architecture mais surtout du Grand Ancien à peine présent et qui en plus est indescriptible, cependant en face de lui nous avons des hommes qui deviennent fous ou meurent sur place. Je suppose que par je ne sais quelle magie Lovecraft fait croire à l'indescriptible, et le fait bien.

_________________




Dernière édition par Fry3000 le Mer 30 Nov 2011 - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Nhoj
Zombie
Zombie
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Age : 27
Localisation : R'lyeh.
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Sam 26 Mar 2011 - 23:18

Y a une reference explicite aux angles "contre-nature" de Lovecraft dans le recueil de Poppy Z. Brite que tu veux lire justement, dans une des seules nouvelles que j'ai vraiment bien aimé d'ailleurs.

Sinon pour ce que j'ai pu lire dans ta critique cette nouvelle est très semblable à ce que j'ai lu de/sur l'auteur jusqu'ici (l'horreur de Dunwich, Night ocean + des analyses faites par d'autres ecrivains).

J'ai bien envie de repprocher - comme tous ses detracteurs - son style déjà vieillot pour l'epoque, mais c'est ce qui fait en partie son charme, et on ne peut nier à H.P.L un talent, un imagination et une culture assez extraordinaires.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/ko9kyfv
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Dim 27 Mar 2011 - 16:07

C'est une référence de quel genre ? Est-ce qu'ils citent Lovecraft ou reprennent le principe de l'architecture impossible ? Dans ce dernier cas, ça m'étonnerait pas que ça ait été repris depuis (enfin bon si ça se trouve Lovecraft l'a pas inventé non plus).

Je continue à parler des histoires du premier tome des "Légendes du mythe de Cthulhu" :

Talion (The return of the sorcerer), Clark Ashton Smith, 1931
Une histoire liée au mythe de Cthulhu par l'évocation du Necronomicon et de son auteur, l'Arabe Dément.
Ca parle d'un jeune homme éduqué sans le sou qui répond à l'annonce d'un vieil érudit qui a besoin d'aide dans ses recherches. Il veut notamment qu'on lui traduise quelques passages en arabe du Necronomicon qui ont été omis dans une traduction en français.

L'histoire est en fait assez classique puisque globalement ça reprend le principe de la maison hantée, et des idées qui ne sont pas sans rappeller des pseudo-légendes urbaines où des membres détachés font du bruit la nuite. On n'apprend que ce n'est que ça qu'à la fin, d'ici là on garde le mystère en n'évoquant que des formes dans l'ombre, des bruits la nuit, et le vieil employeur qui est tout le temps très stressé.
Rien de bien extraordinaire jusqu'à la fin, la révélation sur l'identité des formes qui s'animent la nuit tombée n'est pas si surprenante (ça se devine dès le début quand le professeur dit qu'il a besoin d'aide et de compagnie après le départ d'une certaine personne). Par contre il y a bien de quoi se demander ce que fait le professeur avec ses bouquins et d'où viennent les bruits qu'il attribue aux rats, mais rien de bien prenant ni de surprenant.

Ca reste agréable à lire mais surtout grâce au style minutieux et aux descriptions très détaillées, notamment celle du studio du professeur.

Ubbo-Sathla, Clark Ashton Smith, 1933
Ce récit parle d'un Grand Ancien autre que Cthulhu (orthographié ici Kthulhut), à savoir Ubbo-Sathla, qui affirme son lien de parenté par son nom tout aussi imprononçable pour quiconque n'est pas un Ancien extra-terrestre. Le lien avec le mythe de Lovecraft est fin, et même concernant Ubbo-Sathla, on se demande ce qu'il fait là vu que sa présence dans le récit, si on en reste au principe qui le constitue, est à peu près dispensable.

Le récit ne fait que 10 pages, et pour cause il se base sur une idée des plus simples : un homme du 20ème siècle découvre par hasard, dans une boutique, un cristal étrange qui aurait appartenu à un grand sorcier. Rentré chez lui il regarde dans sa nouvelle acquisition et retourne dans le passé, découvrant qu'il est le sorcier que lui-même évoquait (ce qui pouvait être déjà deviné plus tôt). Il continue de regarder jusqu'à remonter des millénaires plus tôt. D'abord effrayé, il retente l'expérience plusieurs fois, avec toujours le même résultat, jusqu'à ce qu'il aille jusqu'au bout.

Ca se finit par un illogisme sur lequel est en fait basé tout le récit, et qui crée faussement du mystère.
Spoiler : le type est redevenu un têtard issu du dieu Ubbo-Sathla, et ses identités futures de sorcier et d'homme du 20ème ont disparu. Quel est le sens dans cette histoire ? Il n'y en a absolument pas, et cette aberration a été créée de toutes pièces afin de donner lieu à une histoire prétenduement énigmatique.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Jeu 7 Avr 2011 - 17:57

La pierre noire, Robert E. Howard, 1931
Sujet différent des autres, mais par son introduction trop similaire. Ca parle encore de quelqu'un qui découvre quelque chose de "cyclopéen" (toujours ce terme, dans chacune des nouvelles) et/ou part à sa recherche. Sauf que, puisque le récit se déroule au début du 20ème siècle, il faut passer par divers ouvrages afin d'avoir des informations très vagues sur l'objet de la quète, et le fait qu'on n'en trouve que peu ajoute au mystère. C'est à peu près le même procédé dans chaque histoire qui fait suite à celle de Lovecraft, et à force ça devient assez lassant.

Puisqu'à l'époque ils n'avaient pas google, le héros se rend en un lieu imprécis qu'il ne peut repérer sur une carte.
Je me souviens peu du reste ; ça parle un peu de la région et des origines du peuple qui y habitent, puis du grand monolithe noir qui rend fou les gens qui s'en approchent de trop, mais bien entendu le personnage principal y va.
Il y voit un double sacrifice humain, avec une chorégraphie assez curieuse, à la suite de laquelle une sorte de grenouille géante aux yeux terrifiants arrive. Assez étrange, comme choix d'animal, rien de bien intriguant dans tout ça finalement, mais ce qu'on ne peut pas reprocher à aucune des nouvelles de ce recueil, parmi celles lues jusque là, c'est l'écriture, toujours soignée.
Par contre, peut être pour un souci de réalité, il y a un passage assez étrange où le héros, qui s'est procuré une boîte contenant un énorme mystère, est trop fatigué pour l'ouvrir. Il raconte qu'il va dormir et qu'il continue le lendemain. C'est étrange qu'un tel détail n'ait pas été omis, et quand on a un truc pareil en sa possession on ne va pas dormir.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Lun 11 Avr 2011 - 17:46

Les chiens de Tindalos, Frank Belknap Long, 1929
Le récit par d'un principe qui m'a plu : un vieux savant nous dit que le temps tel que nous le percevons n'est qu'un fragment d'une réalité supérieure. Grâce à une drogue qu'aurait utilisé Lao Tseu pour découvrir le tao, il va pouvoir accéder à cette autre réalité qui n'est pas celle des humains, et va pouvoir voir le temps comme un ensemble et non plus comme une ligne droite où le passé et le futur sont séparés du présent, qui est normalement la seule partie du temps qu'on peut percevoir.
Cette nouvelle date de 1929 et pourtant cette idée me paraît très moderne ; rien que de pouvoir imaginer le temps sous cet angle là c'est extraordinaire.

Sous les yeux d'un ami, ce type prend donc sa drogue et est capable d'assister en même temps à tout ce qu'il s'est passé, et tout ce qu'il se passera (bien que, comme par hasard, il ne nous parle que d'évènements historiques passés très connus). Ca c'est toute la partie vraiment captivante de la nouvelle.
Après, quand le personnage remonte avant l'histoire humaine, il faut bien sûr inventer une sorte de monde fait de lignes et de courbes, où apparaissent des créatures indescriptibles qui essayent de choper le savant.
Apparemment ces monstres ne peuvent se déplacer que sur des lignes, contrairement aux hommes qui se déplacent dans le temps sur des courbes, et là j'ai trouvé que ça devenait vraiment idiot de la part du personnage, mais il pense qu'il peut échapper à ces créatures en transformant à l'aide de plâtre les coins de son appartement en courbe, comme à l'intérieur d'une boule.
Je ne sais pas si l'auteur y croyait vraiment, ou si son personnage est idiot, ou si son plan aurait pu marcher, de toute façon on ne saura sûrement jamais puisqu'un imprévu détruit les courbes qu'il a créé.

Ca se termine par des écrits divers (articles de journaux, rapport scientifique de la police, extrait d'un journal du savant), à croire que c'était populaire à l'époque de faire ça, mais vu que jusque là le récit était mené par un ami du savant, et que celui-ci ignore certainement lui-même la suite de l'histoire, c'est une bonne façon de prendre le relais pour apprendre au lecteur ce qu'il s'est passé.

Une bonne histoire donc, surtout pour son idée de départ, intelligente et captivante.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Ven 15 Avr 2011 - 13:25

Les mangeuses d'espace, Frank Belknap Long, 1928
J'avais pas fait attention au nom des auteurs, mais cette nouvelle-ci est écrite par le même qui a fait le récit précédent, qui partait d'une idée que j'avais beaucoup aimé. Et dommage qu'il ne soit pas plus connu, car il commence à rentrer dans mes petits papiers.

Ca commence par une mise en abyme avec cet auteur d'ouvrages fantastiques, décrit par son ami présent avec lui, et qui ne parvient pas à écrire une certaine nouvelle car il ne sait comment décrire une monstruosité qu'il perçoit très bien dans sa tête en tant qu'être pouvant exister, mais ne peut en préciser les traits, simplement parce que cette abomination dépasse l'imagination humaine. Et pourtant, en disant minutieusement à son compagnon ce qu'il aimerait pouvoir décrire, il le fait, indirectement. Ca commence à fasciner.
L'auteur fictif expose directement ses intentions quant au récit qu'il compte faire, mais on aurait pu s'en passer, car c'est suffisamment clair comme ça qu'il veut décrire l'indescriptible. Le personnage dit ne pas y arriver, mais ce qu'il y a d'ironique, c'est que par la suite débarque un voisin qui fait justement le genre de récit que l'auteur dans la nouvelle voudrait faire, et de fait le vrai auteur, Frank Belknap Long, réalise ce qu'il prétend ne pas pouvoir à travers son double fictif. Vous suivez ?
Et je dis ça, car il réussit vraiment à transmettre au lecteur ce qu'il souhaitait.

C'est marrant que j'aie vu le projet blair witch hier, car en lisant Les mangeuses d'espace, je m'étais dit que ce serait exactement le genre de chose qui marcherait pas au cinéma, qu'on ne nous montrerait pas mais ne ferait que suggérer.
Seulement à l'écrit ça marche tellement mieux. Le voisin nous décrit précisément ce qu'il croit avoir vu, et par la bizarrerie de ce qu'il explique, on imagine vaguement de quoi il est question mais c'est aussi le partage entre la précision de certaines comparaisons et l'imprecision de certaines idées qui fait qu'il y a un certain flou mais clairement effrayant. Comment représenter ça autrement que par l'écrit aussi, que par quelqu'un qui raconte ce qu'il a vu sans savoir ce que c'était ?
Il se passe par la suite tout un tas de choses étranges, dont un homme qui a un trou dans la tête sans être mort, qui a terriblement froid à l'intérieur de la tête, et un médecin qui vieillit de 10 ans en examinant ce qui était dedans.
A part ça, les personnages fuient pas mal une menace invisible.
C'est dingue comme ça pourrait me faire chier et être attribué à un foutage de gueule au cinéma, mais comme c'est incroyablement fascinant à la lecture.

La fin est un peu moins enthousiasmante : les personnages font un signe étrange (un signe de croix à mon avis, mais c'est pas sûr) qui fait partir le monstre immense, et on a une conclusion qui consiste en une série de questions sur ce qu'il s'est passé... ce qui rend assez étrange le fait que le personnage de l'écrivain ait toutes les réponses alors que l'idée du signe soit venue de son ami.
Il y a une relance avec la réapparition du démon à la fin, et ça se résout de façon assez cryptique, mais le coeur de la nouvelle c'est ce qu'il se passe au milieu, complètement prenant. Dans l'ensemble, du très bon, tout de même.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Jeu 30 Juin 2011 - 17:42

L'habitant de l'ombre, par August Derleth, 1976

Le premier récit du recueil, L'appel de Cthulhu, était admirable dans son pouvoir de suggestion et la grandeur effroyable qu'il laissait apercevoir, en précisant bien toutefois que ça dépassait l'imagination humaine.
Je ne sais pas si Lovecraft est le premier à avoir écrit comme ça et dans ce cas il faut le vénérer, ou si lui même s'est calqué sur un autre auteur, peut être lui-même moins connu, de toutes façons il serait difficile pour moi de déterminer qui a commencé et à qui attribué les honneurs de ce schémar d'écriture.
En tout cas il est certain que tous les écrivains qui s'alignent sur les légendes du mythe de Cthulhu ont copié la façon de faire de Lovecraft, et à force de lire les nouvelles de ce premier tome, je retrouve presque toujours les mêmes thèmes et procédés narratifs. Du coup j'en viens à oublier si Lovecraft écrivait si bien que ça, ou si ça me paraissait nouveau la première fois, et que maintenant que je lis pleins de récits construits de façon similaire j'en suis dégoûté. J'ai peur que si je me mettais à relire L'appel de Cthulhu, je trouverais mauvais ce que j'avais aimé. Quoique dans tous ces récits semblables, il y en a un autre qui utilisaient les mêmes accessoires mais en mieux, c'était Les mangeuses d'espace, l'avant-dernière que j'ai lu, donc il y a de quoi avoir de l'espoir malgré tout.

Bref vous l'aurez compris, cet "Habitant de l'ombre" reprend bien des choses qui ont déjà été vu : des personnages qui basent ce qu'ils savent sur des notes et des paroles rapportées à propos de créatures incroyables, et une fois qu'ils sont confrontés eux-même à l'horreur dont ils ont tant entendu parler, ils se retrouvent dans l'incapacité de la décrire, et là en plus c'est souligné par le personnage principal qui rappelle qu'il n'est pas romancier, donc ne peut parler en détail de ce qu'il a vu.
Et même avant l'ébauche d'une description, le personnage fait attendre en disant à quel point ce qu'ils ont vu est inimaginable et qu'à chaque fois qu'il y repense il ne peut s'empêcher de trembler.

Evidemment à chaque fois, pour essayer que, malgré un procédé qui reste toujours le même, il y ait un renouvellement du suspense, la façon de présenter les choses change un peu, du genre "aucun regard humain n'aurait du voir ce que nous avons vu", ou alors de façon programmatique le héros imagine qu'il va affronter un "danger supérieur à Goliath" et se demande s'ils vont s'en sortir. Bon évidemment, l'auteur a beau varier les hyperboles à chaque fois, ça ne marche pas.
Ce qui est très embêtant aussi, c'est que les personnages sont toujours dans la démesure dans le choix des mots pour décrire ce qu'ils imaginent qu'ils vont voir, ou ce qu'ils ont vu et que du coup ils ne peuvent décrire que par des périphrases qui rappellent à quel point c'était horrib-terrib. Puisqu'on ne peut voir les monstre ni même trop les visualiser, justement parce qu'ils échappent à la compréhension humaine et qu'on ne peut les décrire, tout se fait dans les propos qui essayent de définir l'effet produit, ce que ça a produit comme répulsion chez les personnages.

A force de lire les récits, c'est toujours la même chose, donc forcément au bout d'un moment ça ne prend plus, mais là dans cette nouvelle d'August Derleth le même procédé d'exagération, toujours le même, se retrouve en un nombre de fois trop poussif, à croire que les différents auteurs de l'ouvrage faisaient un concours de celui qui trouverait le plus d hyperboles et periphrases pour parler de quelque chose d'indescriptible, et que Derleth a gagné.
Et puis le pire c'est quand toute cette surcharge dans les propos ne se retrouve pas dans le récit du héros qui rédige une fois en sûreté, mais dans les paroles d'un personnage, qui énumère tout un nombre de lieux aux noms bizarres qu'il a exploré, qui en balance pleins à la suite, plus que nécessaire ; d'un point de vue de l'auteur, on voit qu'il en expédie tout un tas, autant que possible et même plus, pour bluffer le lecteur avec cette accumulation de lieux qui, par la sonorité de leur nom, paraissent bien mystérieux et lointains, mais on n'y croit plus du tout quoi.

Dans les points positifs qui font un peu ressortir ce récit des autres qui copient la même formule, il y a l'idée de faire une mise en abyme en incluant "Je suis d'ailleurs" de Lovecraft dans les ouvrages qu'utilisent les personnages, en le considérant comme un document et non une fiction. On pense à une simple blague référentielle au début, mais par la suite c'est assez bien utilisé et intégré au récit, puisqu'on apprend que le professeur a laissé dans ses notes des descriptions de créatures similaires à celles dont parle Lovecraft, sans avoir lu son livre.
Et vers la fin de l'histoire, ça change un peu grâce au monstre dont les pouvoirs se distinguent des caractéristiques de Cthulhu, puisque l'habitant de l'ombre est capable de changer de forme, et puis il apparaît sur une dalle dans la forêt... rien de bien original, mais c'est déjà ça.

J'ai beaucoup critiqué ce récit parce que ses stratagèmes sont bien trop réchauffés et visibles, mais ça reste de la bonne lecture.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Sam 2 Juil 2011 - 16:54

Si tu veux vraiment lire du grand Lovecraft, je te conseille plutôt de lire ces deux recueils :




Revenir en haut Aller en bas
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Dim 3 Juil 2011 - 11:03

L'appel de Cthulhu est pas aussi bien ?
Je pensais continuer avec Dagon, surtout qu'il y a Herbert West réanimateur dans l'édition française, mais merci de tes conseils, je les suivrai certainement, peut être à la place de l'autre.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Dim 3 Juil 2011 - 19:04

L'appel de Cthulhu fait partie de ce recueil. "Dagon" et "Je suis ailleurs" sont à découvrir également mais ces deux recueils ci-dessus comportent les 8 grands récits de Lovecraft. Comme "Le cauchemar d'Innsmouth" ou "Les montagnes hallucinées".
Revenir en haut Aller en bas
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Dim 3 Juil 2011 - 19:36

Ah ok je ne savais pas que c'était des recueils. Ca sûrement plus intéressant que celui que j'ai, aux récits à qualité variable. Enfin je suis content quand même d'avoir découvert F.B. Long quand même...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Dim 3 Juil 2011 - 19:53

Tu devrais essayer Clark Ashton Smith dans la même veine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Dim 3 Juil 2011 - 19:55

Fry3000 a écrit:
Ah ok je ne savais pas que c'était des recueils.

Non, non ! Ils font partie des deux recueils cités.
Revenir en haut Aller en bas
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Dim 3 Juil 2011 - 20:52

Horla a écrit:
Fry3000 a écrit:
Ah ok je ne savais pas que c'était des recueils.

Non, non ! Ils font partie des deux recueils cités.
J'avais bien compris : je ne savais pas que La couleur tombée du ciel et L'abîme du temps étaient des recueils.

Pour Clark Ashton Smith, j'en ai lu deux dans les Légendes du mythe de Cthulhu, pas tellement aimé, mais sinon qu'est ce qu'il a fait de bien ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Lun 4 Juil 2011 - 5:18

"Zothique" est un classique.
Revenir en haut Aller en bas
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Lun 4 Juil 2011 - 9:51

C'est noté, même s'il ne semble pas facile à trouver.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Lun 4 Juil 2011 - 14:50

Sur Price Minister, tu le trouves à 10 euros. Mais tu peux attendre, il revient souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Mer 30 Nov 2011 - 20:59

Au delà du seuil, August Derleth, 1941

Je me plaignais avec les derniers récits de ce recueil de retrouver toujours la même formule : celle d'un homme qui fait des recherches dans divers documents sur un truc obscur, trouve peu de choses, le mystère s'épaissit, il doit enquêter lui-même, et il découvre une entité énorme et horrible.
A force j'en ai eu marre.
Heureusement, l'introduction de l'histoire change avec ce récit d'August Derleth, qui présente un personnage averti par son cousin des problèmes de santé de son grand-père, et qui va leur rendre visite. Evidemment, les potes de Cthulhu ont quelque chose à voir là-dedans.
Mais une fois arrivé, au final on retrouve la même chose que bien souvent : des phénomènes inexpliqués se font de plus en plus fréquents et de plus en plus présents, annonçant en réalité la venue d'un des Grands Anciens. Et on retrouve toujours les mêmes bizarreries, à savoir une musique indescriptible qui semble venue de nulle part, un froid inexplicable qui apparaît et disparaît soudainement, des chants bestiaux, et un bruit de vent terrible alors que les arbres aux alentours sont figés.
Ces phénomènes là, ils ont déjà tous été évoqués dans plusieurs histoires de ce recueil, donc il n'y a absolument rien de nouveau de ce côté là.
Ok, on retrouve des créatures qui font partie du même groupe à chaque fois, mais ce n'est pas une raison.

La plupart du temps, les auteurs à la suite de Lovecraft se recyclent.
August Derleth, qui signe la préface de cet ouvrage, est loin d'être le meilleur auteur (pour moi, avec Lovecraft, c'est Clark Ashton Smith), et il ne fait même pas dans l'originalité, mais comme souvent ce qui le sauve, c'est son style.
Je sais pas dans quels conditions étaient conçus les pans du mythe de Cthulhu, si les auteurs faisaient ça pour le fric, ce qui ne m'étonnerait pas trop et même me rassurerait à voir comme ils font toujours la même chose, mais au moins Derlerth écrit bien.
Lors de la description du grand-père par le héros, on a l'impression de le voir à travers ses yeux d'enfants, puisqu'il a surtout des souvenirs de lui datant de sa jeunesse, et en même temps que la description est claire et donne une bonne idée de ce à quoi ressemble le personnage, par conséquent on s'imagine même bien ce que doit être son caractère.
Et alors qu'il y a aussi une superbe description d'ambiance au début, dans la nature, Derleth bizarrement semble ne pas pouvoir décrire correctement un lieu. J'ai rien compris de la configuration de la maison, entre le bureau qui se situe du Nord-ouest à l'ouest, la cuisine au Sud-ouest, ... j'ai pas saisi où est le "mur Est" qui semble si important, et finalement j'ai laissé tomber. Nous expliquer au départ dans quelle direction se trouve l'avant de la maison, ça aurait été un bon début pour situer les pièces.

Si le schéma est toujours le même, jusque dans le thème des personnages terrifiés devant une entité d'une grandeur inconcevable, Derleth trouve encore une fois de nouvelles façon de dire qu'ils se chient dessus.
Ici, dans les bonnes idées, il y a celle du silence qui tombe "comme un drap mortuaire", le cri terrible où les noms que le personnage aurait pu appeler sont refoulés dans la gorge par "la plénitude de l'horreur", et ce personnage qui frémit et qui a l'impression que ça vient du fait que la maison elle-même frémit.
J'ai bien aimé aussi l'idée de relier l'un des Grands Anciens au Wendigo. Non, pas le film de Paul Kenner, mais la légende indienne. C'était une bonne idée.
Enfin il y en a quand même peu, par rapport à ce qui est du recyclage dans ce récit, et ce qui ne va pas.
C'est une récurrence dans les histoires du recueil, mais faut le faire remarquer car à force c'est embêtant : la description d'une action d'un personnage tandis qu'il parle peut se retrouver au milieu d'une parole, entre deux virgules, sans que rien ne l'annonce, pas même un "dit-il...".
Et plus spécifiquement à cette histoire-ci, Derleth essaye désespérément de relier son récit au mythe de Cthulhu, en créant pleins de liens pas crédibles du tout, ainsi voilà que le héros travaille à la bibliothèque du Miskatonic, qu'il a des parents à Innsmouth qui semblent avoir disparus dans une catastrophe (ça vous dit rien ?), et voilà que son grand-père veut ouvrir un seuil vers le monde des Grands Anciens. Ca fait beaucoup.

Il y a un moment une allusion à un livre de Lovecraft, Je suis d'ailleurs, comme ça a déjà été fait aussi, mais cette fois on évoque sa mort 3 ans auparavant.
Du coup, peut-être que cette histoire a été pensée comme un hommage de la part de Derleth ?
Enfin bon je m'en fous, il a fait du foutu recyclage.
Ca se lit sans difficultés, mais voilà...
Plus qu'une histoire de 10 pages et j'aurai fini le recueil. La prochaine fois que je m'attaque à du Lovecraft, je prends un livre qui a été entièrement écrit par lui, pas lui et ses confrères/admirateurs.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Ven 2 Déc 2011 - 13:42

Le tueur stellaire, Robert Bloch, 1935

Dernier récit du recueil, qui ne dure qu'une dizaine de pages.
Ca me paraît logique qu'il ait été placé en dernier, puisqu'au début ça s'apparente à un texte sur le mythe créé par Lovecraft, et non pas un récit qui vient s'y greffer.
L'auteur Robert Bloch (connu surtout pour avoir écrit Psychose) rédige à la première personne, évoque sa vie, ce qui l'a attiré dans le fantastique, pourquoi il n'a pas choisi un autre métier, ... On dirait au départ une introduction de ce que, j'imaginais, allait être une lettre d'amour à l'oeuvre de Lovecraft, amorcée par la façon dont Bloch en est arrivé à lire cet auteur.

Bloch évoque, dans un style romancée, les difficultés de ses débuts en tant qu'écrivain.
Il décrit ses premiers essais, parlant d'accumulations d'adjectifs pompeux à défaut de pouvoir retranscrire correctement sur le papier la grandeur de ses visions. Ca semble parfaitement palpable pour le lecteur, en tout cas je pense avoir déjà fait cette expérience là, et même dans ce recueil des mythes de Cthulhu, des fois ça s'apparentait presque à ce type d'écriture.
En tout cas on voit que Bloch a réussi à aller au-delà (du seuil, aha) de ces défauts, car dans ce texte-ci il exprime ses désirs de l'époque avec une précision qui devient un pouvoir de stimulation de l'imagination du lecteur : il parle de son envie de connaître la mort, le baiser des vers sur la langue, la caresse froide du linceul, ...
J'ai lu tout à l'heure sur Senscritique, dans les commentaires d'un avis sur le recueil, que la personne supposait que c'était peut-être la traduction qui l'a fait ne pas trop aimer Lovecraft. J'avais pas pensé à ça, mais je viens de voir en cherchant la date du Tueur stellaire qu'il y a eu d'innombrables versions françaises, et que j'ai eu la chance d'en tomber sur une avec une traduction qui me semble bonne.
http://www.noosfere.com/icarus/livres/EditionsLivre.asp?numitemsommaire=14621

Bloch attribue le problème du fait qu'il n'évolue pas à ses thèmes, toujours les mêmes : vampires, loup-garous, goules, etc... Et il a cherché un mythe plus grand.
Voilà, on le voit déjà évoquer sa rencontre avec l'oeuvre de Lovecraft.
Non, en fait c'est plus profond que ça, il fait entrer son récit dans le mythe en le faisant continuer sur la voie de la fiction, car il fait soudain comme si Arkham existait, tout comme le Livre d'Eibon et le Necronomicon.
Comme pour les évocations des oeuvres de Lovecraft au sein même des récits des autres auteurs, qui font partie du mythe malgré leur intertextualité, ça participe à faire comme si tout ça était vrai. Même si de nos jours il n'y a personne pour y croire. Mais je crois que Derleth disait dans la préface que des gens ont vraiment réclamé en libraire les livres fictifs du mythe. Les sots !
Et aussi, j'ai eu l'impression que l'écriture de Bloch perdait en crédibilité dès lors qu'il parlait de choses qui relevaient plus de l'imaginaire, alors que quand il parlait de lui, que ce qu'il ait dit soit inventé ou non, ça semblait bien plus vrai.

A un moment, Bloch dérive complètement en parlant pendant deux pages dans une sorte de biographie de Ludvig Prinn, l'auteur fictif du livre non moins fictif qu'il aurait trouvé. Je ne saurais dire quoi, mais ça ne semble pas vrai ce qu'il raconte.
Enfin aussi, des fois Bloch n'est pas très logique : lui qui parlait du peu que lui rapportaient ses nouvelles, voulant se mettre à un roman entier, il raconte ensuite qu'il s'est lancée dans une longue recherche d'un livre ancien et rare. Et une fois qu'il le trouve, il fait un voyage pour que quelqu'un le lui traduise depuis le latin.
Bloch a dû se laisser porter, s'imaginer dans la peau de ces personnages de Lovecraft qui peuvent partir en quête quand ils veulent, mais ce n'est pas logique avec ce qu'il racontait, et on n'y croit plus du tout.
Et tout ça, alors qu'il est censé être fauché, il ne le fait que pour chercher l'inspiration pour son livre. Encore, s'il était un passionné de magie noire ou quoi...

A la fin, on en revient à une de ces histoires classiques où le vent devient froid, des bruits sortent de nulle part (ici un rire), etc... ça change un peu des autres, mais pas tellement. Ce qui est pas trop mal, c'est l'idée que la créature invisible ne peut être repérée par le personnage principal qu'une fois qu'elle s'est emplie du sang de sa victime.


Bon bah, j'ai fini.
Comme je l'ai dit, la prochaine fois, même si je suis tombé sur de bons récits parmi les autres auteurs, je prendrai un livre écrit exclusivement par Lovecraft. Si je veux lire du Clark Ashton Smith, j'essayerai de trouver un de ses livres.
Maintenant, je vais pouvoir passer au livre de Kevin Smith que Kevin m'a offert pour mon anniversaire en mars dernier...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Nhoj
Zombie
Zombie
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Age : 27
Localisation : R'lyeh.
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Ven 26 Sep 2014 - 10:00

Je ne m'étais pas intéressé à ce livre avant d'avoir lu toutes les nouvelles de Lovecraft (les deux seules de ce dernier dans ces deux volumes étant des rééditions), afin de pouvoir l’apprécier justement.

À chaque nouvelle que je finissais de lire, je venais voir l'avis de Fry ici ensuite. Dans l'ensemble nos avis concordent pas trop mal, malgré certains détails. Par exemple l'affiliation supposée du narrateur de Le tueur stellaire avec Bloch, alors que ce-même narrateur a plutôt les caractéristiques d'un pastiche de Lovecraft.
Je passe les détails parce qu'à la base je voulais aller de l'avant pour aborder dans les grandes lignes le tome 2.


La première histoire est à l'origine publiée dans Dagon, La chose des ténèbres est une réponse de Lovecraft à Bloch suite à Le tueur Stellaire. Ici c'est Bloch (Blake) qui est menacé par une créature from outter space. Lovecraft se " venge " délicieusement. La nouvelle suivante (L'ombre du clocher) est rédigée par Bloch des années après la mort de son ami Howard Phillips et fait suite au récit précédent. Lovecraft y est cité comme dans les histoires de Derleth, mais ici en acteur important dans les recherches du narrateur. Sa mort est implicitement liée à Nyaralothep, qui désire protéger ses sombres secrets.

Maintenant que j’ai fait le point sur ces trois textes, je voudrais aborder celui qui m'a fait entamer cette procédure dans un prochaine message :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/ko9kyfv
Nhoj
Zombie
Zombie
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Age : 27
Localisation : R'lyeh.
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Ven 26 Sep 2014 - 10:44

Manuscrit trouvé dans une maison abandonnée (1951)
Par Robert Bloch

Une originalité de taille dans cette nouvelle, qui apporte une certaine fraîcheur : le narrateur est un enfant!
Dans toutes les précédentes, il s'agissait d'un homme mûr, érudit et posé. Ici nous avons droit à un très jeune garçons d'une douzaine d'années, qui se sait condamné dès les premières lignes. Il nous raconte son histoire via un manuscrit qui - comme l'indique le titre - aurait été retrouvé dans une maison abandonnée.
C'est en quelque sorte un huis-clos qui met en avant une de mes figures préférées de l'univers lovecraftien et trop peu exploitée : Shub-Niggurath, le bouc aux mille chevreaux (même s'il se fait voler la vedette par un shoggoth).

Le personnage principal est élevé par sa grand-mère qui lui transmet sa peur envers ce qui vit dans la forêt voisine, et suite à la mort de cette dernière, il se retrouve sous la responsabilité de parents éloignés qui vivent dans une cabane isolée dans cette-dite forêt.
Quelques attentions réalistes que j'ai bien aimé : par exemple lorsque le gamin entend des voix surnaturelles proférer des incantations, au lieu de les retranscrire avec une orthographe semblable à celle des nouvelles d'H.P (comme chez Derleth), il les interprète en fonction de ce qu'il connait. Ainsi lorsqu'il affirme qu'il a entendu des créatures crier des choses du style " Shub nigger ah! " dans la forêt, on comprend pour la première fois qu'on a droit à des adeptes de Shub-niggurath.
D'un autre côté, ce n'est pas logique qu'un gamin de la campagne qui n'a jamais été à l'école écrive aussi bien, sous l'emprise du stress en plus. Mais on pardonne volontiers.
Pendant que j'y pense, j'ai lu sur Wikipedia que cette nouvelle aurait été une inspiration pour le film Le projet Blair Witch, même si je n'ai pas trouvé d'autre source. J'avoue avoir pensé à ce film aussi. Si c’est vrai c'est plutôt cool.

Pour le reste c'est assez classique, le mal revêt une apparence familière pour piéger le héros, une aide extérieure se voit réduite à néant rapidement, quelques scène cauchemardesques de choix (l'enlèvement de la tante, la fuite dans la forêt...)

C'est très simple, peu subtil, on peut même dire que par certains aspects ça reste " classique " mais malgré cela il subsiste quand même une forte impression d'originalité qui réside dans l'âge du narrateur (en comparaison aux autres histoires), au choix de l’antagoniste (pour une fois on laisse Nyaralothep tranquille) et surtout à l'audace de l'auteur en ce qui concerne le sort de l'enfant : conclusion peu commune, même si implicite.
Efficace, poignant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/ko9kyfv
Nhoj
Zombie
Zombie
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Age : 27
Localisation : R'lyeh.
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Ven 26 Sep 2014 - 11:24

L'abomination de Salem (1937)
Par Henry Kuttner

Une histoire qui rend sans doute hommage à La maison de la sorcière de Lovecraft, parue dans Dans l'abîme du temps.
On y retrouve l'idée de cauchemar, de rats et... de maison de sorcière, bien sûr. Hum.
Le personnage principal est un écrivain qui recherche un endroit calme pour entamer son roman, et il loue une chambre ayant appartenu à une sorcière. Il y découvre une pièce secrète qui l'aide à écrire de par son isolement et son calme, mais des évènements étranges s'ensuivent.
Il est assisté par un occultiste plutôt cool, à la Van Helsing, que l'on voit trop peu. Il est question d'hypnose et/ou de possession.
Il y a beaucoup de choses ridicules qui manquent leur effet en fin d'histoire. La " sorcière " arrive comme un cheveux sur la soupe et le lecteur y assiste sans aucune terreur, juste un vague intérêt. Le détail final, avec la main (censé être le comble de l'épouvante), est risible.
Ça se lit, c'est sympathique. Sans grand intérêt.
Il est intéressant de noter que ce récit a été publié l'année de la mort de Lovecraft. Peut-être que la rédaction en a débuté juste après, ce qui en ferait un hommage funèbre.

Il y est aussi question pour la première fois d'une rare divinité inventée par Kuttner, qui n'apparait que dans trois textes il me semble : Nyogtha, la chose qui ne devrait pas être. Rien de spécial.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/ko9kyfv
Nhoj
Zombie
Zombie
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Age : 27
Localisation : R'lyeh.
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Ven 26 Sep 2014 - 13:33

La chose dans le cimetière (1969)
Par J. Vernon Shea

Un homme " excentrique " possède une maison victorienne en bordure d'un cimetière abandonné. Il y découvre un jour dans sa cave un passage secret qui mène derrière un mausolée.
Le narrateur s'avère être un animateur qui présente des films d'horreur pour la télévision, un peu comme Peter Vincent dans Fright Night, ou encore - et bien sûr - Elvira. Il utilise d'abord sa maison comme décors, puis le cimetière. Des choses étranges apparaissent sur les films (murmures, ombres, brouillard) qui contribuent au succès de son show. C'est plutôt amusant, il y a des traces d'humour noir (peut-être? cf: le gamin qui fuit devant le héros endormi sur une tombe, dans son costume de Dracula). Il y a une grosse référence à Le témoignage de Randolph Carter du cycle du rêve de Lovecraft. Ce dernier est d'ailleurs encore cité explicitement dans cette nouvelle.
La fin est un peu confuse, on ne sait ce qu'invoque le héros en proférant la formule affirmant que Cthulhu attend. Il trouve un autre passage secret sur la tombe d'un certain Jeremy Kent qui était apparemment un sorcier, et suite à une ellipse est retrouvé mort, la gorge arrachée. Il y a aussi l'apparition d'un truc qui fait penser à Yog-sothoth dans le ciel, sans que ce soit dit clairement.
En gros à part quelques ambiances macabres et quelques traits d'humour (supposés) il n'y a pas grand chose à dire. L'idée du narrateur/host est pas mal, mais ça ne mène pas à grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/ko9kyfv
Fry3000
King of the zombies
King of the zombies
avatar

Masculin Nombre de messages : 8764
Age : 25
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Ven 26 Sep 2014 - 19:15

Nhoj a écrit:
À chaque nouvelle que je finissais de lire, je venais voir l'avis de Fry ici ensuite.
Ca fait plaisir.

En fait, aucune nouvelle de Lovecraft dans le tome 2 ? Je sais pas si je le lirais, déjà qu'avec le tome 1 j'ignorais qu'il n'y avait qu'une seule histoire de lui.

L'histoire de l'animateur TV semble sympa, mais si tu dis que l'idée est pas vraiment exploitée...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deadbydawn.users-board.net
Nhoj
Zombie
Zombie
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Age : 27
Localisation : R'lyeh.
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   Sam 27 Sep 2014 - 10:18

Le rempart de béton (1969)
Par Brian Lumley

L'idée principale de ce texte n’est pas pour me déplaire. Un homme part à la recherche de la citée " mythique " de G'harne en se basant sur les fameux fragments souvent cités dans ces histoires, il y découvre une race de larves gigantesques qui vivent sous terre, menées par un certain Shuddle-M'ell (écrit ainsi dans mon édition, mais " Shudde-M'ell partout ailleurs sur internet). Ils attendent le bon alignement des étoiles et d'avoir assez de forces pour reprendre le contrôle de la terre, exactement comme Cthulhu et ses minions, mais en version " tellurique ". L'explorateur parvient à fuir et retourne chez lui en Angleterre en ramenant deux orbes étranges. Spoiler : Il s'avère que les habitants des ténèbres arrivent à le localiser grâce à ces mêmes orbes et creusent un tunnel sous la terre jusqu'à lui. Il s'agit en réalité de deux œufs de larves. Moment le plus badass de l'Histoire réelle et fictionnelle : avant de mourir submergé par les créatures, le Monsieur écrase les larves fraîchement écloses avec son cigare./spoiler.

Toutes les infos importantes dans les grandes lignes sont remises à son neveu qui connaîtra un sort similaire, et on apprend que les autorités ne prennent pas l'affaire au sérieux. Le lecteur se sent donc presque investi du devoir qui incombait à la base au neveu qui possédait certaines clefs du mystère, puisque ce dernier a plus ou moins échoué également. Je ne sais pas si c'est vraiment volontaire mais ça crée une belle mise en abîme.

Les passages qui traitent de la paranoïa sont intéressants, la menace peut venir de partout, même des villes de béton (à cause des métros) et personne n'est au courant. Il y a un sismographe dont les mesures permettent de créer ou non des suspenses.
J'ai bien aimé.




Dernière édition par Nhoj le Lun 6 Oct 2014 - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tinyurl.com/ko9kyfv
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Légendes du mythe de Cthulhu Tome 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Mythe de Cthulhu
» [Dark Fantaisy] Lovecraft et le mythe de Cthulhu
» Essai : Mythe et merveilles, Tome 1
» Les Livres du Mythe de Cthulhu
» Appel à textes Collection 400§ : Spécial Mythe de Cthulhu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte :: Discussions :: Livres-
Sauter vers: